Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
(SITE EN RENOVATION JUSQU'A FIN 2017, fonctionne, mais avec des bugs !! ) Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres. EXEMPLES. Ce ne sont plus tant les individus qui comptent ici, mais les concepts, la réflexion, la lecture, le rêve, l'humour. Les mots et les images que vous y mettez. Faites-vous plaisir... Lire la suite >>
Nuage de corrélats : pour l'activer, cochez seulement catégorie et tag dans la recherche avancée à gauche.
Search results: 10
Search time counter: 0.0692s

mère-fils

Ma Lilette, tu ressembles à une vache. Je t'aime.

Auteur: Depardieu Gérard

Info: à sa mère

[ hommage ]

Commenter

Commentaires: 0

deuil

Que sont devenues
Ta forte parole
Ta haute fierté,
Ta valeur royale?

Les puissants n'ont pu
Entamer ta force,
Mais le noir automne
T'a coupé la gorge.

Auteur: Koltzov Alexis

Info: en hommage à Pouchkine

[ poésie ] [ épitaphe ] [ hommage ]

Commenter

Commentaires: 0

personnalisée

Je vais bientôt mourir. Je trouve que c'est une grâce d'avoir vécu après Bach. Dans mon calendrier personnel, l'histoire du monde se divise en deux périodes : avant Bach, et après.

Auteur: Mankell Henning

Info: Le retour du professeur de danse, trad. Anna Gibson, p.239, Seuil/Policiers

[ bipolaire ] [ hommage ]

Commenter

Commentaires: 0

nostalgie

Tu sera là
On entendra ta voix
Où que tu soies
Tu seras toujours là
Tu sera là
On entendra ta voix
Où que tu soies
Tu ne nous quitte pas.

Auteur: Bachelet Pierre

Info: pour Jacques Brel

[ deuil ] [ hommage ] [ musique ]

Commenter

Commentaires: 0

déclaration d'amour

Toi qui fus de ma chair la conscience sensible
Toi que j'aime à jamais toi qui m'as inventé
Tu ne supportais pas l'oppression ni l'injure
Tu chantais en rêvant le bonheur sur la terre
Tu rêvais d'être libre et je te continue.

Auteur: Eluard Paul

Info: Capitale de la douleur. Répétitions. Mourir de ne pas mourir. Les Petits Justes.

[ deuil ] [ poésie ] [ hommage ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-hommes

L'expérience lui apprenait que toute femme est belle et sait dispenser des joies, que la plus insignifiante, la plus méprisée, peut cacher en elle une ardeur et un dévouement inouïs, que celle dont la fraîcheur est fanée vous réserve une tendresse maternelle, mélancolique et délicieuse, que chacune a son secret et sa magie dont la découverte fait vos délices. Toutes les femmes se trouvaient ainsi égales.

Auteur: Hesse Hermann

Info: Narcisse et Goldmund

[ hommage ] [ éloge ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-hommes

Carl Hansun s'inquiétait pour son fils. Il ne comprenait pas comment un être humain pouvait avouer qu'il avait assassiné des femmes. Qui voudrait les tuer ?
Sans les femmes, que restait-il ? Lui qui avait fait la guerre, il savait ce qu'une vie sans femmes faisait sur les hommes. Ils devenaient des brutes, ils retournaient à l'état sauvage, transformés en bêtes. Sans ces femmes qui mettaient de la douceur et de la beauté dans la vie, à quoi bon vivre ?

Auteur: Stevens Shane

Info: Au-delà du mal

[ indispensables ] [ hommage ]

Commenter

Commentaires: 0

déclaration d'amour

Vous ne saurez jamais que votre âme voyage
Comme au fond de mon cœur un doux cœur adopté ;
Et que rien, ni le temps, d’autres amours, ni l’âge,
N’empêcheront jamais que vous ayez été.
Que la beauté du monde a pris votre visage,
Vit de votre douceur, luit de votre clarté,
Et que ce lac pensif au fond du paysage
Me redit seulement votre sérénité.
Vous ne saurez jamais que j’emporte votre âme
Comme une lampe d’or qui m’éclaire en marchant ;
Qu’un peu de votre voix a passé dans mon chant.
Doux flambeau, vos rayons, doux brasier, votre flamme,
M’instruisent des sentiers que vous avez suivis,
Et vous vivez un peu puisque je vous survis.

Auteur: Yourcenar Marguerite

Info: A André Fraigneau, après sa mort

[ hommage ] [ poésie ]

Commenter

Commentaires: 0

juriste

Pour un petit étudiant comme moi, qui achève ses études dans un monde en voie de pasteurisation, où les bons sentiments s'affichent chaque jour avec davantage d'obscénité, où l'on voudrait tout réduire à un affrontement binaire de gentils et de méchants, d'opprimés et d'oppresseurs, d'artistes engagés et d'exilés fiscaux, un monde où l'on ne peut plus faire grand-chose sans enfreindre quelques règles, encouragement ou campagne de prévention, bref un monde en voie de lissage pour tous, Vergès était un prince de la transgression et ça donnait envie.
Je ne suis ni communiste ni tiers-mondiste, je n'utilise pas l'expression "radio shalom" pour désigner les intellectuels juifs quand ils s'expriment dans les médias, je ne souscris pas à grand-chose de la plaidoirie en défense de Klaus Barbie, n'aurais pas trouvé beaucoup de poésie à fréquenter les Khmers et pourtant, l'hommage ici rendu au défunt prince n'est pas suivi d'un "mais" ou d'un "même si". Pour moi, Vergès, c'était un maître, et c'est bien humblement, comme un élève, que je le pleure.

Auteur: Consigny Charles

Info: Vergès donnait envie

[ avocat ] [ transgression ] [ hommage ] [ subversion ] [ liberté ]

Commenter

Commentaires: 0

deuil

D'Honoré, je garde l'image d'un conteur. Quand il vous saluait, il s'inclinait légèrement, en vous demandant droit dans les yeux : " Tu vas bien ? " Honoré adorait raconter des histoires, et c'était toujours passionnant. D'ailleurs, il lui arrivait toujours des choses incroyables, comme sa découverte d'un dessin de Raymond Queneau dans une benne à papiers. Il aimait les histoires, mais aussi l'Histoire. Il adorait détourner les images célèbres, de tableaux, de films ou de pubs. Dans l'univers d'Honoré, les gargouilles de Notre-Dame portent des masques à gaz, les panneaux autoroutiers posent des questions philosophiques, Chaplin et son Kid deviennent des racailles de cité, les gorilles jouent de la guitare électrique, et les grands noms de la littérature sont des rébus. À l'heure de la palette graphique et de Google Images, Honoré faisait de la résistance esthétique. Il dessinait toujours à l'ancienne, sur une table d'architecte des années cinquante, au milieu d'une multitude de boîtes à chaussures remplies de photos découpées dans les journaux, où il allait puiser son inspiration. Honoré m'aidait à prendre du recul pour mieux comprendre le monde.

Auteur: Fischetti Antonio

Info: Même pas morts

[ hommage ] [ épitaphe ]

Commenter

Commentaires: 0