Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.   EXEMPLESJEUX et PASSE-TEMPSCHAINESPUNCHLINESHUMOURREPARTIESFEMMES. ETC.          ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.             ... Lire la suite >>
Search results: 7
Search time counter: 0.0426s

cauchemar

En quel siècle suis-je venu ?! L'on se déchire, l'on se mange.

Auteur: Gombaud Antoine chevalier de Méré

Info:

[ horreur ] [ monde ]

Commenter

Commentaires: 0

surprise

- Oh, vous êtes réveillé, me dit quelqu'un lorsque que j'ouvris les yeux. Écoutez, n'essayez pas de parler, vous êtes immergé dans une solution. Vous avez un tube transpiratoire planté dans le cou. Et Vous n'avez plus de mâchoire.

Auteur: Scalzi John

Info: Le Vieil Homme et la guerre

[ inattendu ] [ réveil ] [ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0

naitre

Mon père était une bête féroce et ma mère une hyène. La charognarde est morte en mettant bas. Dès les premières heures, j'ai dévoré mes frères... nous n'étions que des monstres. Des monstres issus de la même portée! Alors j'ai quitté les tréfonds de ma caverne pour la surface du monde... Et ce monde aussi, était un enfer!

Auteur: Lamy Thierry

Info: Promise, tome 1 : Le livre des derniers jours

[ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0

mémoire

Le souvenir de ce qui est arrivé est en nous indélébile, comme le tatouage que les rescapés des camps portent encore sur le bras... Chaque printemps les arbres fleurissent à Auschwitz car l'herbe n'est pas dégoûtée de pousser dans ces campagnes maudites... Quand les sophistes nous recommandent l'oubli nous penserons à l'agonie des déportés sans sépulture et des petits enfants qui ne sont pas revenus. Car cette agonie durera jusqu'à la fin du monde.

Auteur: Jankélévitch Vladimir

Info: Pardonner, 1971

[ horreur ] [ camp de concentration ]

Commenter

Commentaires: 0

limitation

Ce qui est, à mon sens, pure miséricorde en ce monde, c'est l'incapacité de l'esprit humain à mettre en corrélation tout ce qu'il renferme. Nous vivons sur une île de placide ignorance, au sein des noirs océans de l'infini, et nous n'avons pas été destinés à de longs voyages. Les sciences, dont chacune tend dans une direction particulière, ne nous ont pas fait trop de mal jusqu'à présent ; mais un jour viendra où la synthèse de ces connaissances dissociées nous ouvrira des perspectives terrifiantes sur la réalité et la place effroyable que nous y occupons : alors cette révélation nous rendra fous, à moins que nous ne fuyions cette clarté funeste pour nous réfugier dans la paix et la sécurité d'un nouvel âge de ténèbres.

Auteur: Lovecraft Howard Phillips

Info: Dans l'abîme du temps

[ être humain ] [ ignorance ] [ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0

obsession

Je me mis en quête de souvenirs agréables. Creuser des citrouilles avec ma mère à la table de la cuisine tandis que les feuilles d'automne tombent paresseusement sur le sol. Descendre en luge une colline escarpée, des flocons de neige atterrissant sur ma langue. Se lancer une balle de base-ball avec mon père, des sourires entendus sur nos visages quand la balle vient frapper le cuir. M'asseoir au bord du lac un après-midi d'été paresseux, à regarder les têtards fuser dans l'eau. Mais ces moments n'avaient jamais existé, et ils furent vite remplacés par une image plus morbide : une femme allongée sur un lit à baldaquin, des vers grouillant dans ses orbites, une croix en bois pendant à l'envers sur le mur. Je fermai les yeux, roulant à l'aveugle.

Auteur: Bassoff Jon

Info: Corrosion

[ cadavre ] [ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0

temps

Je suis né 13 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. En mes jeunes années, nous parlions très fréquemment de la guerre, de ses anecdotes et autres atrocités. Vu de mes dix ans cet événement, rapporté principalement par mes parents lors des repas familiaux, semblait extraordinairement éloigné à l'époque. Aujourd'hui, la cinquantaine bien installée et l'année 2010 se profilant, je ne suis pas loin de penser que je suis né quasi en fin de seconde guerre mondiale.
De plus ma mère - qui aimerait se croire juive - nous a tant bassiné sur l'horreur des camps, (chose tout à fait compréhensible), que j'ai passé une grande partie de ma jeunesse a percevoir la foule d'"au-dessus" dans une sorte de grand spleen. Supermarchés, gares ou festivals de musique, je ne voyais souvent qu'un rassemblement de primates en sursis, tout prêts de se faire embarquer dans des wagons plombés.

Auteur: MG

Info: 20 janvier 2009

[ relatif ] [ camp de concentration ] [ horreur ]

Commenter

Commentaires: 0