Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.   EXEMPLESJEUX et PASSE-TEMPSCHAINESPUNCHLINESHUMOURREPARTIESFEMMES. ETC.          ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.             ... Lire la suite >>
Search results: 10
Search time counter: 0.1296s

femmes-hommes

Les artistes inventent le rêve, les femmes l'incarnent.

Auteur: Malraux André

Info: Les chênes qu'on abat... p.81

[ femmes-par-hommes ] [ oniriques ]

Commenter

Commentaires: 0

politique

Suit une fois tes phrases jusqu'à ce qu'elles s'incarnent.

Auteur: Büchner Georg

Info:

[ honnêteté ] [ discours ] [ répétition ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

Les Romano-Germains incarnent l'homme prométhéen. Son destin - la sécularisation, son élan vital - l'héroïsme, sa fin - une tragédie. Le Russe est l'homme johannique (christique) : restituer l'harmonie qu'il pressent en lui-même.

Auteur: Lossky Nikolai O

Info:

[ Europe ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

jouvence

Les vampires, ce sont ceux qui ne veulent pas disparaître et se nourrissent de la vitalité des jeunes personnes pour rester eux-mêmes "éternellement jeunes". C’est une image de la contre-initiation, en tant que les vampires incarnent la transmission inversée.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Cinema Hermetica

[ strige ] [ vieux cons ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

Les éléments de la psychanalyse et les objets* qui en dérivent doivent posséder trois "dimensions" : une dimension sensible, une dimension mythique et une dimension passionnelle ou intersubjective. Ou encore : une extension dans le domaine des sens, une extension dans le domaine du mythe et une extension dans le domaine de la théorie analytique.

Auteur: Bion Wilfred Ruprecht

Info: Éléments de la psychanalyse. *incarnent une unité de perception d'un ensemble individu-environnement non dissocié

[ psychothérapie ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

absence

Quelques mouettes rieuses passent à tire-d'aile devant la fenêtre. Leurs becs s'ouvrent et se referment, mais leurs cris ne pénètrent pas à l'intérieur du Charisma Buffet. On n'entend que le bruit des couverts comme la porcelaine et les voix trop fortes. Si Lo était là, si Lo était restée la même, Albin lui aurait raconté comment les gens croyaient jadis que les mouettes incarnent les âmes des marins morts. Et il lui raconterait que les fonds de la mer Baltique sont remplis d'épaves. Et de marins noyés, jamais retrouvés.

Auteur: Mats Strandberg

Info: Le ferry

[ regret ] [ complicité ]

Commenter

Commentaires: 0

géopolitique

La Russie a rejeté l’Occident et a anxieusement cherché sa propre voie, que ça soit du temps de la Russie kiévienne, de la Russie moscovite, de l’empire des Romanov, ou de l’Union Soviétique. Les USA incarnent aujourd’hui clairement tout ce que la Russie a obstinément refusé siècle après siècle. Cet individualisme, ce matérialisme au jour le jour (subjectif), cet égoïsme et cette hypocrisie sont une fausse liberté. Le sens de l’histoire de la Russie consiste à saisir ce complexe social et à le surmonter. Le libéralisme était inacceptable pour les monarchistes, pour les bolcheviks, pour les soviétiques, pour les intellectuels du « siècle d’argent » (voir A. Etkinda), et pour les traditionalistes orthodoxes à divers degrés. Les USA représentent le libéralisme dans sa forme définitive. Si le rejet du libéralisme au cours des siècles est l’essence de l’identité russe, cela signifie que la Russie s’identifie aujourd’hui à l’anti-américanisme. Par conséquent, nous détestons l’Amérique.

Auteur: Douguine Alexandre

Info: Le prophète de l'eurasisme, p. 340

[ anti-américanisme ] [ états-unis ]

Commenter

Commentaires: 0

coutumes

Aux Etats-Unis en particulier, la liquidation des racines a été considérée comme la condition essentielle du développement et de la liberté. Les symboles dominants de la vie américaine, la "frontière" et le melting pot, incarnent, entre autres, cette croyance selon laquelle seuls les déracinés peuvent accéder à la liberté intellectuelle et politique.
Ce modèle implicite d’éducation éclairée exige d’être révisé. Il est à bien des égards profondément fallacieux. Il sous-estime la solidité et la valeur des attachements traditionnels. Il donne à tort l’impression d’une stagnation intellectuelle et technologique des sociétés "traditionnelles", et il encourage par la une surestimation des réalisations de l’esprit moderne émancipé. Il présente le sens du lieu et le sens du passé comme absolument réactionnaires dans leurs implications politiques, ignorant le rôle important qu’ils ont joué dans les mouvements démocratiques et les révolutions populaires. Non seulement il exagère les effets politiques du déracinement, mais il défend une conception très pauvre de la liberté. Il confond en effet, la liberté avec l’absence de contraintes.

Auteur: Lasch Christopher

Info: Culture de masse ou culture populaire ?

[ socle ] [ folklore ] [ essentiel ]

Commenter

Commentaires: 0

parents-enfants

Il n'y a personne pour me soutenir et cette absence est un espace où je respire, observant avec quelle tension les parents s'adressent à leur enfant prodige.
C'est seulement douze ans plus tard que j'ai appris de quel soutien, invisible et silencieux, je fus accompagnée. Ma mère, pendant cent jours, à mes côtés, a pratiqué les cent huit inclinations qui, dans le bouddhisme coréen, représentent un acte de vénération et d'humilité remarquable. Sur un large coussin elle s'est posée chaque matin debout, les mains jointes, et pendant plus de trois mois a accompli cette profonde révérence envers le monde qu'incarnent ces cent huit inclinations à l'égard du vivant, de ce qu'il y a de plus précieux en l'homme, sa part divine et son trésor. Elle ne m'en a rien dit et je n'ai rien vu. A mes côtés, à mon insu, dans le petit appartement de la rue Saint-Nicolas, elle m'a soutenue, portée, accompagnée. Il n'y avait personne avec moi physiquement le jour du concours d'entrée au Conservatoire de Paris, mais il y avait bien plus. Il y avait l'amour de ma mère qui, invisible et silencieux, me hissait de ses bras attentifs et patients pour m'aider à m'ouvrir à l'Esprit.

Auteur: Hyun-Jung Lim

Info: Le son du silence

[ éloignement ] [ appui ] [ dévouement ]

Commenter

Commentaires: 0

réfléchir

Si j’ai excellé dans l’art du mathématicien, c’est moins par l’habileté et la persévérance à résoudre des problèmes légués par mes devanciers, que par cette propension naturelle en moi qui me pousse à voir des questions, visiblement cruciales, que personne n’avait vues, ou à dégager les "bonnes notions" qui manquaient (sans que personne souvent ne s’en soit rendu compte, avant que la notion nouvelle ne soit apparue), ainsi que les " bons énoncés" auxquels personne n’avait songé.
[...]
Mais plus encore que vers la découverte de questions, de notions et d’énoncés nouveaux, c’est vers celle de points de vue féconds, me conduisant constamment à introduire, et à développer peu ou prou, des thèmes entièrement nouveaux, que me porte mon génie particulier. C’est là, il me semble, ce que j’ai apporté de plus essentiel à la mathématique de mon temps. À vrai dire, ces innombrables questions, notions, énoncés dont je viens de parler, ne prennent pour moi un sens qu’à la lumière d’un tel "point de vue" — vu pour mieux dire, ils en naissent spontanément, avec la force de l’évidence ; à la même façon qu’une lumière (même diffuse) qui surgit dans la nuit noire, semble faire naître du néant ces contours plus ou moins flous ou nets qu’elle nous révèle soudain. Sans cette lumière qui les unit dans un faisceau commun, les dix ou cent ou mille questions, notions, énoncés apparaîtraient comme un monceau hétéroclite et amorphe de "gadgets mentaux", isolés les uns des autres — et non comme les parties d’un Tout qui, pour rester peut-être invisible, se dérobant encore dans les replis de la nuit, n’en est pas moins clairement pressenti.
[...]
Et il arrive, parfois, qu’un faisceau de points de vue convergents sur un même et vaste paysage, par la vertu de cela en nous apte à saisir l’Un à travers le multiple, donne corps à une chose nouvelle ; à une chose qui dépasse chacune des perspectives partielles, de la même façon qu’un être vivant dépasse chacun de ses membres et de ses organes. Cette chose nouvelle, on peut l’appeler une vision. La vision unit les points de vue déjà connus qui l’incarnent, et elle nous en révèle d’autres jusque là ignorés, tout comme le point de vue fécond fait découvrir et appréhender comme partie d’un même Tout, une multiplicité de questions, de notions et d’énoncés nouveaux.

Auteur: Grothendieck Alexandre

Info: Récoltes et Semailles, texte autobiographique, 2.6. Point de vue et vision

[ recul ] [ réfléxion ] [ distanciation ] [ comprendre ] [ quête ]

Commenter

Commentaires: 0