Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 56
Temps de recherche: 0.0662s

critique

Mr Eliade m’a envoyé son livre Techniques du Yoga ; son grand défaut est toujours de ne pas oser se mettre trop nettement en opposition avec les idées officiellement admises ; il croit pouvoir arriver à faire quelque chose dans les milieux universitaires, et c’est pourquoi il les ménage, mais il est probable qu’il aura des déceptions de ce côté ; en tout cas je sais qu’il est en réalité beaucoup plus près des idées traditionnelles que ses écrits n’en donnent parfois l’impression.

Auteur: Guénon René

Info: A propos de Mircea Eliade, Lettre à Pierre Pulby du 17/07/48

[ conformisme intellectuel ] [ valeur ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

moyen de connaissance

La perspective métaphysique n'est pas un système, mais une vision de l’Être et du Monde qui ne saurait, en raison même de son illimitation interne ou de son universalité, être emprisonnée dans les limites d'une formulation quelconque. Les doctrines que nous croyons devoir rattacher à cette perspective ne sont que des véhicules occasionnels et des tremplins vers une vérité qui fait éclater le cadre des systèmes et des exposés systématiques. Et c'est pourquoi la métaphysique intégrale de la perspective métaphysique ne saurait jamais revêtir la forme d'une "science rigoureuse". Husserl lui-même a reconnu que les sciences les plus exactes ne sauraient être totalement rigoureuses, c'est-à-dire absolument adéquate à leur objet.
L'absence de rigueur dans le cas des métaphysiques dogmatiques tient au fait que le système en tant que "vision du monde" laisse échapper un aspect du réel qui, dans la perspective d'un autre système, est posé comme fondamental. L'absence de rigueur dans le cas de la perspective métaphysique tient uniquement à l'inadéquation entre l'expression formelle ou doctrinale, nécessairement limitée, et l'universalité de la vision du monde. Elle n'est pas inhérente à la vision du monde elle-même. L'absence de rigueur qui se trouve liée à l'absence d'une prétention à épuiser dans une expression formelle l'infinité des implications de cette perspective n'est autre chose qu'un signe de l'extrême rigueur interne de cette dernière. Aussi bien son objectivité et son universalité sont-elles d'un autre ordre que celles de la science. Cette universalité qui nous paraît apporter une réponse à certaines exigences contemporaines tient au fait que la perspective métaphysique, identique à la "philosophia perennis" qui par définition n'appartient pas au passé, peut correspondre à une exigence actuelle tout en dépassant l'actualité du présent, aussi bien que l'inactualité du passé.
Sans doute, cette réponse ne saurait-elle être acceptée par le penseur contemporain en tant qu'il demeure attaché aux implications dogmatiques et passionnelles de la problématique qui caractérise les systèmes philosophiques en général. Mais il nous semble que certaines des formes que revêt actuellement la systématisation philosophique peut laisser espérer la possibilité d'une attention et d'une ouverture à la perspective métaphysique.

Auteur: Vallin Georges

Info: La Perspective métaphysique, avant-propos de Paul Mus, introduction, pp. 53-54, éd. Dervy, 1977

[ intuition intellectuelle ] [ légitimité scientifique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

rationalité

Le croyant est en effet placé entre deux impossibilités : impossibilité de croire au Dieu de la Révélation traditionnelle, impossibilité de croire au "Dieu des philosophes et des savants". Car, et c'est là la première et la plus définitive victoire du rationalisme physiciste, le croyant lui-même adhère suffisamment à la philosophie nouvelle pour se convaincre que le Dieu anthropomorphe ou cosmique de la lettre des Écritures n'est plus recevable en sa créance. Pour l'admettre, il lui faudrait précisément une autre philosophie, une métaphysique des degrés de réalité, à laquelle il a justement renoncé. Désormais la philosophie, c'est-à-dire la connaissance intelligible et synthétique, a définitivement déserté l'ordre du sacré et du religieux, et il doit être suffisamment évident que ce divorce ne peut être que mortel, mortel sans doute pour le religieux, mortel aussi pour le philosophe, nous le montrerons. Mais le croyant peut-il pour autant adhérer au "Dieu des philosophes et des savants" ? Certainement pas. Non pas, comme on le dit trop souvent, parce que sa foi exclurait la science : la foi abrahamique, juive, chrétienne, islamique, s'est parfaitement accommodée du Dieu de Platon et d'Aristote, pendant de nombreux siècles. Mais le "Dieu des philosophes et des savants", c'est le Dieu construit par une certaine philosophie et une certaine science, contre le Dieu des Écritures, dont la raison scientifique a montré l'impossibilité. La philosophie naturelle de Galilée ayant ruiné le fondement ontologique du symbolisme traditionnel, il ne lui reste plus qu'à élaborer, en lieu et place, un autre Dieu du cosmos : Dieu-Horloger, Mécanicien céleste que l'on réduit à la condition de cause première. Ce théisme abstrait n'est pas contraire à la raison. Il se présente même à elle comme la seule solution possible. Mais sa négation ou sa réfutation s'accorde également, quoique d'une autre manière, avec les exigences de la logique. La foi ne peut donc y trouver l'absolu dont elle a besoin. C'est pourquoi elle se sent profondément étrangère à ce Dieu rationnel et se réclame d'un autre Dieu, celui d'Abraham, d'Isaac, et de Jacob. Ce faisant, elle renonce à l'intellectualité sacrée, elle entérine le partage du champ théologique que la nouvelle philosophie religieuse a établi, et paraît même revendiquer pour elle l'obscurité de son engagement. Car le Dieu d'Abraham, c'est celui qui s'adresse à notre personne, Dieu de notre existence et de notre vie, qui parle, non pour enseigner la nature des choses, mais pour susciter notre liberté. Le Dieu du cosmos est rejeté, soit dans l'imaginaire d'une mythologie à jamais disparue, soit dans l'aliénation théoricienne d'une mensongère conceptualisation du divin. Penser Dieu, c'est le soumettre aux catégories de l'entendement, c'est nier son irréductible présence existentielle.

Auteur: Borella Jean

Info: La crise du symbolisme religieux, 1re partie, ch. II, art. 3, sect. 4, pp. 114-115, éd. L'Âge d'Homme, 1990

[ modernité ] [ intuition intellectuelle ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

rêveurs

Penser à tout ce qu’on veut sauf à ce qui existe : telle est la devise qui me semble guider souvent les philosophes d’hier et d’aujourd’hui.

Auteur: Rosset Clement

Info: "Le régime des passions" in L'école du réel, page 371

[ vacherie ] [ branlette intellectuelle ] [ hors-sol ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

déprime

Sur un plan incroyablement simpliste, on peut considérer que la dépression se produit lorsque le cortex émet une pensée abstraite et parvient à convaincre le reste du cerveau qu'elle est aussi réelle qu'un facteur de stress physique.

Auteur: Sapolsky Robert

Info: “Why Zebras Don't Get Ulcers: The Acclaimed Guide to Stress, Stress-Related Diseases, and Coping - Now Revised and Updated”, p.286, Macmillan (2004).

[ déclic ] [ auto-persuasion ] [ définition ] [ intellectuel fragile ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

rémunération

Plus un travail est horrible à l'âme, plus le salaire est fort; plus un travail est horrible au corps, plus le salaire est faible...

Auteur: Bloy Léon

Info:

[ parallélisme inversé ] [ chiasme ] [ intellectuel ] [ manuel ] [ pénibilité ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

certitude philosophique

Je soupçonne les penseurs de s'être arrêtés net un jour en se disant : "Je me pose là. Dorénavant, je défendrai cette idée, même si je suis sûr que je pourrais parvenir à tout autre chose, voire à une idée contraire." Sont pour moi incompréhensibles l'aplomb et l'assurance de toute personne qui rédige un essai.

Auteur: Uriarte Iñaki

Info: Dans "Bâiller devant Dieu"

[ paresse intellectuelle ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

fatuité

C'est incroyable de voir la quantité de personnes qui sont complexées par leur corps et combien si peu le sont par leurs pensées.

Auteur: Saramonowicz Andrzej

Info:

[ intellectuelle ] [ vanité ] [ prétention ] [ immodestie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste

empirisme

L'objectivité ne peut être assimilée à une vacuité mentale ; elle réside plutôt dans le fait de reconnaître nos préjugés et de les soumettre à un examen particulièrement rigoureux - ainsi que dans la volonté de les revoir ou les abandonner lorsque les tests échouent (comme c'est souvent le cas).

Auteur: Gould Stephen Jay

Info: The Lying Stones of Marrakech: Penultimate Reflections in Natural History. The Proof of Lavoisier’s Plates (pp. 104–105). Harmony Books. New York, New York, USA. 2000

[ honnêteté intellectuelle ] [ remise en question ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

impersonnalité

L'objectivité n'est pas un inaccessible vide intellectuel, mais une volonté d'abandonner un ensemble de préférences personnelles - pour ou contre certains points de vue, comme l'a dit Darwin - lorsque le monde semble fonctionner d'une manière contraire.

Auteur: Gould Stephen Jay

Info: Dinosaur in a Haystack: Reflections in Natural History. Part Three, Chapter 11 (p. 136) Random House, Inc. New York, New York, USA. 1995

[ honnêteté intellectuelle ] [ définie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel