Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 16
Temps de recherche: 0.0373s

interdépendance

Ni les vaches ni les termites ne sont capables de digérer la cellulose de l’herbe et du bois sans les communautés de microbes qui habitent dans leurs intestins. 10% du poids sec d’un être humain sont composés de bactéries, dont certaines, qui ne sont pourtant pas congénitales, sont pourtant indispensables à sa survie. Une telle coexistence n’est pas une bizarrerie de la nature : c’est l’étoffe même de l’évolution. Sous son effet, les micro-organismes qui fabriquent la vitamine B12 dans l’intestin d’un homme pourraient bien faire partie intégrante de ses propres cellules d’ici quelques millions d’années.

Auteur: Margulis Lynn

Info: Dans "L'univers bactériel", page 23

[ microbiote ] [ flore intestinale ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

interdépendance

L’ego, qui requiert un objet pour être sujet, ne peut parfaire sa réalisation dans ou à travers un objet. Une telle réalisation, bien qu’indéniable, est cependant transitoire, limitée, entachée. En dépit de la richesse authentique de sa subjectivité créatrice, de la réelle abondance des composantes de sa vie, de la vraie grandeur de ses prouesses, de ses succès, l’ego en tant qu’ego reste amoindri, incomplet. Incapable de subsister par lui-même, en lui-même et tourmenté par le sentiment de sa propre indignité, culpabilité ou péché, il aboutit à la mélancolie et connaît des moments décourageants de solitude, de frustration, de désespoir.

Auteur: De Martino Richard

Info: Dans "Bouddhisme Zen et psychanalyse", page 166

[ insatisfaction ] [ ambivalence ] [ amour-haine ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

interdépendance

Je vais plutôt vous raconter l’histoire d’un ver qui fait des choses incroyables. C’est un parasite de la vache. Ses oeufs se développent dans la bouse de vache. Problème : comment s’y prendre, si vous êtes un ver dans une bouse de vache, pour retourner dans une vache et boucler ainsi votre cycle vital ? Eh bien, voici une merveille de la nature. D’abord les oeufs sont mangés par des escargots dans lesquels ils se développent. Les larves se retrouvent dans la bave d’escargot dont les fourmis raffolent… À peu près la moitié des vermisseaux nouveau-nés se retrouvent ainsi dans l’estomac des fourmis. Et là, que font-ils ? Ils essaient de percer la paroi de l’estomac et cherchent à se frayer un chemin jusqu’au cerveau de la fourmi ! À peine un pour cent y parvient. Mais c’est suffisant. Celui qui y arrive modifie alors le comportement de la fourmi de telle sorte qu’elle n’ait plus désormais en tête qu’une seule idée : grimper dans l’herbe (ce que les fourmis ne font pas d’habitude), augmentant ainsi ses chances d’être broutée par une vache… À ce moment-là, la vie du ver se termine, car il n’a plus qu’à faire des oeufs dans la vache, lesquels atterriront dans une bouse de vache. J’appelle cela de l’altruisme profond…

Auteur: Stoppard Tom

Info: Au cœur du problème

[ animaux ] [ insectes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

interdépendance

Toutes les catégories de créatures agissent individuellement comme des cas particuliers et peuvent être analysées individuellement ; rétrospectivement, on peut discerner qu'elles s''intriquent toutes au hasard de façon synergique formant une intégrité sphérique, interprétative et régénératrice de tenségrité. Les sphères géodésiques démontrent l'intégrité discontinue par compression, c'est-à-dire l'intégrité continue par tension. L'écologie est tenségrité, c'est à dire programmation géodésique au sein d'une sphère.

Auteur: Buckminster Fuller R.

Info: “Synergetics: Explorations in the Geometry of Thinking”, p.619, Estate of R. Buckminster Fuller 1982

[ équilibre ] [ Gaïa ] [ monades ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

interdépendance

La musique de l'âme peut être entendue par l'univers.

Auteur: Lao Tseu Lao Tzi

Info:

[ observateur ] [ cosmos ] [ miroirs ] [ résonances ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

interdépendance

Il devient de plus en plus évident pour les psychologues interculturels que la psyché humaine ne peut être extirpée des divers "mondes voulus" historiquement divers et variables, dans lesquels elle joue un rôle co-constituant.

Auteur: Krippner Stanley

Info:

[ contingences ]

Commenter

Commentaires: 0

interdépendance

Je crois en une sorte de magie de tous les jours - l'inexplicable connexion que nous rencontrons parfois avec des lieux, des gens, des œuvres d'art et autres; la pertinence étrange des moments de synchronicité; la voix qui chuchote, la présence cachée alors qu'on croit être seul.

Auteur: Delint Charles

Info: connectedness

[ globalité ] [ unicité ] [ harmonie ] [ création ]

Commenter

Commentaires: 0

interdépendance

Complexité des écosystèmes: un gage de résilience face au changement
Le fonctionnement d'un écosystème s'articule autour de relations de natures diverses entre une myriade d'espèces. Identifier de manière exhaustive ces interactions et le rôle qu'elles jouent dans le fonctionnement d'un écosystème demeure toutefois peu évident.
Dans une étude publiée récemment dans PLos Biology, une équipe internationale menée par deux chercheurs de l'Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (ISEM, CNRS / IRD / EPHE) et du Laboratoire Biométrie et Biologie Evolutive de Villeurbanne (CNRS / Université de Lyon) a pu étudier l'ensemble des relations trophiques* et non-trophiques entre les espèces présentes dans la zone de balancement des marées de la côte centrale du Chili.
Ce travail inédit, basé sur la modélisation mathématique des réseaux, montre que ces interactions sont fortement structurées selon une organisation qui assure la résilience de la communauté. Il confirme ainsi l'importance de prendre en compte la diversité des relations interspécifiques d'un écosystème pour prévoir ses réactions face à des perturbations de grande ampleur comme le changement climatique.
La plupart des travaux scientifiques qui s'intéressent au fonctionnement des milieux naturels se sont jusqu'ici focalisés sur les relations trophiques entre les espèces qui les composent. Or d'autres formes d'interactions comme le mutualisme ou la compétition pour l'espace semblent jouer un rôle tout aussi important. Ces relations non-trophiques sont pourtant rarement prises en compte dans les études portant sur les réseaux écologiques.
Avec l'aide des scientifiques chiliens du Center for Marine Conservation et du Center for Applied Ecology and Sustainability, qui analysent depuis plusieurs décennies les interactions entre les espèces qui peuplent la côte du centre du Chili, des chercheurs français et américains sont parvenus à visualiser pour la première fois un réseau écologique dans toute sa complexité. "En traitant l'importante masse de données collectée par nos collègues chiliens à l'aide de puissants outils de modélisation statistique des réseaux, nous avons pu dresser une cartographie précise des relations s'établissant entre les 106 espèces qui peuplent cette zone intertidale", détaille Sonia Kéfi, chercheuse en écologie à l'Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier et cosignataire de l'article.
Les scientifiques ont ainsi constaté que les interactions non-trophiques comme la compétition pour l'espace ou la création d'habitats étaient deux fois plus nombreuses que celles correspondant à la consommation directe d'autres organismes. L'équipe a ensuite réparti les 106 espèces impliquées dans ces interactions en différents groupes au sein desquels les espèces sont très proches sur le plan taxonomique. Chacun d'eux rassemblait des organismes entretenant le même genre de relations avec les autres êtres vivants de la zone de balancement des marées.
A partir de cette représentation simplifiée du fonctionnement de l'écosystème, les chercheurs ont élaboré un système dynamique simulant l'évolution de sa biomasse totale et de sa biodiversité en fonction de l'organisation initiale de ce réseau d'interactions. "Lorsque nous introduisions de l'aléatoire dans la structure du réseau, nous observions à chaque fois une diminution de ces deux variables au cours du temps, détaille Sonia Kéfi. La structuration observée dans la nature conduisait quant à elle au maintien de la biodiversité et à une biomasse totale élevée."
Les résultats de cette étude mettent ainsi en avant l'importance de la complexité des relations entre les espèces qui composent une communauté écologique. A l'avenir, ce genre de travaux devrait aider à mieux comprendre la réaction des écosystèmes face à des perturbations comme le changement climatique ou l'exploitation, par l'Homme, des ressources naturelles.

Auteur: Internet

Info: http://www.techno-science.net, Vie et Terre, Posté par Isabelle, Lundi 19/12/2016,*qui concerne la nutrition des organes et des tissus -

[ complémentarité ] [ biotope ]

Commenter

Commentaires: 0

interdépendance

La vie c'est comme la conduite d'un bateau. Vous actionnez la voile, le gouvernail et la perche, mais c'est le bateau qui vous porte, et vous n'êtes rien sans lui. Mieux, tout en conduisant le bateau, vous faites que le bateau soit ce qu'il est.
Réfléchissez un peu sur ce point particulier. À ce moment précis, le bateau est le monde. Le ciel, l'eau et la rive deviennent de simple circonstance du bateau.
Pour cette raison, la vie est ce qui nous fait vivre. Oui, c'est la vie qui fait que nous soyons nous mêmes.
Lorsque vous conduisez le bateau, le corps et l'esprit, l'objet et le sujet sont les oeuvres mêmes du bateau. La terre toute entière comme l'immensité de l'espace ne sont autres que les oeuvres du bateau. Nous qui sommes la vie, la vie qui est ce que nous sommes, cela va tout ensemble.

Auteur: Dogen

Info: Shobogenzo

Commenter

Commentaires: 0

interdépendance

De plus en plus souvent, en défendant la "pensée réseau" et ses implications, je me suis heurté à la "pensée hiérarchique". J'ai commencé par me demander si je ne pensais pas de travers, puis j'ai compris que mes conflits à répétitions avaient une origine plus profonde. Ils témoignaient du divorce entre deux attitudes irréconciliables : d'un côté l'idée de réseau comme principe d'organisation sociale, de l'autre le refus de croire que nous pouvons nous auto-organiser en l'absence de chef.

Auteur: Crouzet Thierry

Info: Le peuple des connecteurs, p.19, Bourin éditeur, 2006

[ verticalité ] [ horizontalité ]

Commenter

Commentaires: 0