Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 29
Temps de recherche: 0.078s

théologie

Préambule pour la chaîne "Considérations sur le Temps".

Je pensais jusque là que te temps n'existe pas en dehors de la race. Et qu'il n'a aucune importance puisque sa durée est illimitée... Même si dans l'absolu c'est une contre vérité.

Les requins ont 400 millions d'années au compteur, il semble que leur univers soit immédiat, inchangé... Ils ont atteint une certaine forme de perfection par rapport à leur milieu, plutôt stable lui aussi : l'océan. Belle homéostasie ma foi.
Mais pour faire quoi ?

L'humain a lui émergé il a quelques centaines de milliers d'années. Autant dire que son parcours en tant qu'espèce est étonnamment rapide. Ou dérisoire ?
Cousin du requin parce qu'issu lui aussi de l'extraordinaire machine Gaïa, l'homme est un parent instable, jamais adapté ni satisfait... On le dirait perdu dans sa croissance, dans l'accélération de son avidité même. Il est curieux, il veut savoir... Il veut plus. Et la culture consumériste le pousse de plusieurs crans dans cette direction. Moustique qui se rue dans la flamme de la bougie ? Parallèlement, au bénéfice d'une mémoire externalisée donc collective, l'humain ne cesse d'agrandir sa conscience, l'idée de sa place dans le cosmos, parmi les autres vivants, son Moi, etc. Sans parler de son efficacité létale (et peut-être très éphémère) par rapport au reste de la vie bactérielle.

Le temps n'existe pas hors notre espèce pour l'unique raison que, n'ayant jamais trouvé moyen de communiquer sur le sujet avec une autre entité vivante, nous n'avons pas d'autre point de vue sur la question. Il est de fait anthropomorphique. Et cette toute petite focale (la notre), qui constate sans cesse ce non "partage du présent" avec les autres entités de cette réalité, isolés les uns des autres en tant qu'espèces, nous ramène aux monades de Leibniz.

Il se trouve cependant que notre monade de primates dépoilés eut un jour ce coup de génie (folie?), qui consista à associer des signes écrits avec des éléments de sa réalité. Signes qui firent - et font désormais - consensus général quant à leurs définitions communes. Notre monde de sapiens transposé dans le langage. Transmutation qui, de par l'ouverture qu'elle apporte et la paresse physique qu'elle permet, a rapidement correspondu à une sorte de drogue. Plus grands accros à cette came, les ci-nommés intellos, philosophes... et autres grandes lectrices.

L'univers de l'animal, plus immédiat parce que non transcodé et différé par le langage, ressemble à un cosmos vierge et pur, qui vit l'instant, sans tous ces paramètres passés mémorisés, distractions, envies d'être ailleurs... pour le polluer. Que se racontent les oiseaux d'ailleurs ?

L'homme vit dans les commentaires de ce qu'il vit. Dans un monde conceptuel, notionnel.

Est-ce suicidaire ? Peut-être... Qui sait ?... On verra... On s'en fout.

Disons que non.

Tout ceci laisse à penser que si des arbres du vivant se sont développés sur d'autres planètes - et que l'humanité perdure pour se retrouver en position de les explorer - il faudra évidemment rechercher des races qui ont développé langage et mémoire externes. Histoire de rester à notre niveau... et surtout d'avancer en essayant de tirer leçon de ces échanges.

Alors un patient travail de traduction pourra être entamé. On aimerait tous en être j'en suis sûr.

Le temps à immense importance. Sans lui tout se passerait simultanément (ah ah ah...) Aucunement stressé par quelque survie immédiate, ou autre "objectif à atteindre", à l'instar de notre monde de compétition marchande et avide, il laisse place aux innombrables développements d'infinies variantes qui, pour le grand bonheur du contemplatif, ne cesseront jamais de le désennuyer.

Il existe certainement quelque part une théorie qui démontre que le Dieu (ou ce que certains tentent d'imaginer sous ce symbole) ne peut qu'être dans cette position paradoxale. Un Créateur impuissant.

S'il ne l'était pas il enlèverait sa liberté au vivant, donc à l'homme.

Je termine ce petit essai en soulignant les deux pensées opposées qui débutent cette chaîne de citations.

Éternel débat entre créationnistes et non créationnistes.

Auteur: Mg

Info: juillet 2019

[ interrogations ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

origine du vivant

Tout biologiste s'est posé la question "Qu'est-ce que la vie ?" et aucun n'a jamais donné de réponse satisfaisante. La science est fondée sur le principe que la nature répond intelligemment aux questions intelligentes ; si aucune réponse n'existe, il doit y avoir quelque chose qui cloche avec la question.

Auteur: Szent-Györgyi von N Albert

Info: The Living State : With Observations on Cancer (p. 1) Academic Press. New York, New York, USA. 1972

[ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

question

Vouloir éviter l'inévitable, n'est-ce pas augmenter sa douleur ?

Auteur: Tchouang-Tseu Tchoang-Tse Zhuang Zu

Info: sujet de dissertation ?

[ inéluctable ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

world wide web

Avec Internet, nous sommes confrontés à une histoire plus ou moins similaire. Le réseau offre un accès pratiquement illimité au divertissement et, pour de nombreuses personnes vivant dans des conditions extrêmement déprimantes dans des États autoritaires, il aide à aller de l'avant. Pour de nombreux mouvements d'opposition, Internet, tout en offrant la possibilité de diffuser l'information plus rapidement et à moindre coût, a peut-être rendu leur lutte plus difficile à long terme.

Auteur: Morozov Evgeny

Info: www.motherjones.com

[ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

femmes-hommes

Un homme est souvent capable de jouer les enfants perdus auprès d'une femme. Mais comment y parviendrait-il, lorsqu'il est vraiment un enfant perdu?

Auteur: Fitzgerald Francis Scott

Info:

[ question ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

savants fous

Les hommes pensent sans doute qu’il est essentiel que la nation fabrique de la graisse, exporte de la glace, parle à travers un télégraphe et file à trente miles à l’heure, mais la question de savoir si nous devons vivre comme des chimpanzés, des babouins ou des hommes n’est pas tranchée.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Dans "Histoire de moi-même", page 89

[ accélération ] [ évolution spirituelle-évolution matérielle ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

être humain

Chaque nouvelle génération se demande - Quel est le sens de la vie ? Posons la question de manière plus fertile - Pourquoi l'homme a-t-il besoin d'un sens à la vie ?

Auteur: Zapffe Peter Wessel

Info: "To Be a Human Being". Documentary, (1989 - 90)

[ animal particulier ] [ quêteur ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

quête

Dans certaines mouvances du judaïsme, il y a une passion profonde pour l'ineffable. La contemplation de Dieu est censée être pour toujours insaisissable, parce que, vous savez, nos esprits minuscules ne peuvent pas le comprendre. Si nous en arrivons à le comprendre, nous pouvons alors être sûrs que nous sommes sur la mauvaise voie.

Auteur: Ben Marcus

Info:

[ interrogation sans fin ] [ dubitation ] [ religiosité monothéiste ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

aptitudes

Nous nous acheminons peu à peu vers la question qui hante la scolarité : si vous ne savez ni jouer au cerceau, ni nouer vos lacets, mais que vous vous passionnez pour le calcul différentiel, avez-vous les compétences pour passer en année supérieure de maternelle ?

Auteur: Schovanec Josef

Info: Je suis à l'Est !

[ gamins ] [ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

mythe

Qu'est-ce qu'introduit l'inconscient par ses formations (symptôme, rêves, actes manqués, mots d'esprit) ? Non d'abord du sens, mais un achoppement, une défaillance, une rupture qui fait non-sens. Ça dérape, et c'est là où ça dérape, dans cette élaboration qu'est la suite des pensées du rêve, que l'interprétation a à prendre place. C'est l'une-bévue. D'où la question : cette déchirure surgit-elle sur fond d'unité, de continuité et d'harmonie ? L'une-bévue qu'est le non-rapport entre la clé et la serrure se détache-t-elle à partir d'un rapport réussi inscrit quelque part ? [Non]

Auteur: Julien Philippe

Info: Dans "Pour lire Jacques Lacan", page 172

[ imaginaire ] [ absence ] [ interrogation ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine