Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 15
Search time counter: 0.044s

principes

Vous savez ce qu'on dit des opinions ?
- Oui, dit Farragut. Les opinions c'est comme les trous du cul. Tout le monde en a et ça pue.

Auteur: Cheever John

Info: Falconer

[ doctrine ] [ jugement ] [ insulte ]

Commenter

Commentaires: 0

distanciation

Ce soir-là, avec tout ce que je venais d'apprendre sur Mère, je me mis à songer à elle sous un nouvel angle. C'est un peu étrange de penser à sa mère comme à une personne et non plus comme à une maman.

Auteur: Blasco Serena

Info: Enola Holmes, tome 1 : La double disparition

[ jugement ] [ froideur ] [ enfant ]

Commenter

Commentaires: 0

religion

Mais non, la nature ne désavoue, ne répudie rien de ce qui nous béatifie. Ce sont les religions bibliques qui veulent que la terre nous ait enfantés pour l'abstinence et la douleur. Imposture ! L'exécrable créateur que celui qui se complairait en la torture de ses créatures ! A ce compte, le pire des sadismes serait celui d'un prétendu Dieu d'amour ! Notre supplice ferait sa volupté !...

Auteur: Eekhoud Georges

Info: Escal-Vigor

[ jugement ] [ dogme ] [ moralité ]

Commenter

Commentaires: 0

hommes-par-hommes

On confond toujours l'homme et l'artiste, sous prétexte que le hasard les a réunis dans le même corps. La Fontaine a écrit à ses femmes des lettres immorales, ce qui ne nous empêche pas de l'admirer. C'est bien simple : Verlaine avait le génie d'un dieu et le coeur d'un cochon. Ceux qui ont vécu près de lui ont dû bien souffrir. Tant pis pour eux! Ils avaient le tort de se trouver là.

Auteur: Renard Jules

Info: Journal

[ littérature ] [ jugement moral ]

Commenter

Commentaires: 0

parents

Je remarquai de bonne heure que mon père évitait comme le feu le contact de ma mère. Pis encore, il évitait sa vue et, quand il lui parlait, il regardait en général de côté ou s'examinait les ongles. Rien de plus triste en son genre que ce regard obstinément baissé. Parfois, cependant, il la regardait en biais, avec les marques d'un dégoût sans bornes. [...] Et comment dans ces conditions expliquer mon existence? Comment étais-je venu au monde? Je pense qu'on m'avait conçu dans une sorte de contrainte, les dents serrées, en faisant violence à l'instinct - autrement dit, je suppose que mon père a lutté un certain temps contre son dégoût au nom du devoir conjugal (il plaçait plus haut que tout son honneur viril) et qu'un bébé, moi, a été le fruit de cet héroïsme.

Auteur: Gombrowicz Witold

Info: Bakakaï

[ jugement ] [ reproduction ] [ enfant ]

Commenter

Commentaires: 0