Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 340
Search time counter: 0.1944s

langage

La langue latine a trois façons de nommer les êtres vivants qui respirent. Bellua signifie "bête", par opposition à "homme". Le mot accentue parfois la grandeur, la férocité, l'inintelligence, et peut servir d'insulte : être bête, imbécile. Il est d'emploi plus noble que bestia, terme populaire, qui désigne toute espèce d'animal, sauvage ou domestique. D'un usage moins familier, pour les grammairiens et les juristes, bestia dénomme plutôt les animaux féroces. [...] Animal, enfin, qui signifie "être vivant", vient d'animalis, "qui respire", lequel vient d'animans, "qui possède le souffle", ces mots traduisant le grec empsuchon et psuchè.

Auteur: Fontenay Élisabeth de

Info: Le silence des bêtes. La philosophie à l'épreuve de l'animalité

[ triade ] [ vocabulaire ] [ représentation ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Elle dit : Ils désertent. Et toi tu comprends "île déserte". C'est seulement quand tu t'attardes sur la silhouette de la femme appuyée d'un air las sur la carrosserie du vieux break, indifférente aux enfants pourtant en plein soleil dans l'habitacle, scrutant l'immeuble bardé de pancartes "à vendre" ou "à louer", c'est seulement à ce moment précis que tu comprends le véritable sens.
(...)
Ils désertent, dit le pompiste et vous comprenez "île déserte" peut-être à cause du flot ininterrompu de voitures qui passent lentement devant la petite station-service isolée au milieu de la mer de bitume.

Auteur: Beinstingel Thierry

Info: Ils désertent

[ interprétation ] [ malentendu ] [ mécompréhension ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Un grain de blé ne constitue pas un tas, ni deux grains, ni trois et ainsi de suite. D'autre part chacun conviendra que cent millions de grains de blé forment un tas. Quel est le nombre seuil ? Pouvons nous dire que 325.647 grains de blé ne forment pas un tas, mais que 325.648 grains oui ? S'il est impossible de fixer un nombre seuil, il sera également impossible de savoir ce que signifie un tas de blé ; les mots peuvent n'avoir que peu de signification, bien que, dans certains cas tout le monde soit d'accord sur leurs sens.

Auteur: Borel Émile

Info: probabilité et certitude

[ sciences ] [ limitation ] [ approximation ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Métaphore : Pour Jacques Lacan, il s'agit d'un mot pour un autre. Mais le mot substitué n'a pas totalement disparu, il reste présent dans la contamination du sens. C'est ce qu'on aime dans la métaphore. Elle intervient sans crier gare... Lautréamont l'a compris empoisonnant des générations de liseurs, la publicité également. Lacan ajoute : "il y a dans la métaphore un élément dynamique de cette opération de sorcière dont l'instrument est le signifiant et dont le but est une reconstitution après une crise du signifié" (si des x, aller revoir ce que sont signifiant et signifié). "Au commencement du monde étaient l'analogie et la métaphore" disait Baudelaire.

Auteur: Internet

Info:

[ catachrèse ] [ comparaison ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Le latin était à l'origine un idiome assez grossier, parlé dans le Latium à l'embouchure du Tibre, et proche parent des autres dialectes italiques qui l'entouraient (l'Osque au sud-est, l'Ombrien au nord). A Rome, une distinction s'établit avec le temps entre le latin classique ("sermo urbanus") dont se sont servis les écrivains comme Cicéron, César, Virgile, etc. et le latin vulgaire ("sermo plebeius") dont usait le peuple (...) Au cours des siècles, ces deux formes du latin en vinrent à diverger assez profondément entre elles par leur prononciation, leurs flexions, leur syntaxe : elles différaient aussi par l'emploi d'un vocabulaire en partie distinct.

Auteur: Bourciez Édouard

Info: Phonétique française : Etude historique

[ empire romain ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Je veux dire par là que c'est le texte à traduire qui définit les modalités de sa disparition, lui qui donne le "la de ce glas qui pour lui va sonner : quand bien même on trouverait cette image pompeuse ou tragique, je ne puis effacer de mon esprit cette vision d'un texte au centre d'une arène, un texte qui vous salue avant de mourir. Précisons, afin de ne pas laisser croire à un pathos inévitable, que cette mort se fait, doit se faire dans un grand éclat de rire, tant la langue sait à son tour reconnaître sa vanité, et moquer le fard hilare de sa mort.

Auteur: Claro Christophe

Info: Violence, traduction

[ limitation ] [ transposition ] [ interprétation ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Dire ou écrire quelque chose n'a pas le moindre sens. Agir, oui, a un sens. Le plus trivial claquement des lèvres du dernier des mûlatres qui travaillent dans les chantiers navals, dans les carrières de granit, dans les mines de chaux, dans les fabriques de poudre a plus de sens que le langage scriptural et littéraire. [...] Un geste, le mouvement d'un oeil, un crachat dans la main avant d'empoigner à nouveau l'herminette, voilà qui signifie quelque chose de très concret, de très réel! Quelle signification peut en revanche avoir l'écriture quand par définition elle ne possède pas le même sens que le parler quotidiens des gens ordinaires.

Auteur: Roa Bastos Augusto

Info: Moi, le suprême

[ inutile ] [ chair-esprit ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Sans choisir les mots figurent. Petits projectiles qui remuent dans les plis de la tête, qui échappent à la mort du dire, colliers de sons sans protection qui volent à la limite du vide. Les hommes les regardent et leur parlent des sources, des plantes, des fruits, des animaux, des doigts qui attrapent la robe, d'une main douce sur les jambes, des lèvres qui se caressent, des enfants qui poussent comme les ramures, des cailloux à surmonter et qui s'amoncellent sur le palier, de la force des rats qui trônent, des veilles devant les petits qui roulent la tête, le front ceint de lances, des efforts pour tenir debout.

Auteur: Sbrissa Isabelle

Info:

[ interprétation ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

- Nous sommes en présence de mots incroyablement anciens provenant d'une race essentiellement étrangère. Ça devrait être plus compliqué que ça.
- Arrête, John. Même larynx, même structure pulmonaire. Dix doigts, menant naturellement à des mathématiques en base 10. On est semblables (...) Qu'est-ce qui te chiffonne ?
- Tu veux vraiment savoir ? Tu peux en dire très long sur une culture rien qu'en analysant son langage. Imaginons que nous sommes des extraterrestres décryptant un texte en Inuit. On découvre qu'ils ont cinquante et quelques mots pour "neige". Qu'en déduirait-on ?
- Qu'il doit beaucoup neiger chez eux. Je pige.
- Alors voilà. Pour l'instant, j'ai repéré 163 mots différents pour "meurtre".

Auteur: Ellis Warren

Info: Océan

[ révélateur ] [ science-fiction ] [ spécificité ] [ sémanticien ] [ sémiologue ] [ humour ]

Commenter

Commentaires: 0

langage

Pourtant dans la phase de maturité de cette époque des sages, nous trouvons une raison formée, articulée, une logique non élémentaire, un développement théorétique de haut niveau. Ce qui a rendu tout cela possible c'est la dialectique. Il est évident que par ce terme nous ne désignons pas ce que nous, modernes, y comprenons : la dialectique est employée ici dans le sens originel et propre à ce terme, c'est à dire qu'elle désigne l'art de la discussion, d'une discussion réelle, entre deux personnes vivantes, et non pas le fruit d'une invention littéraire. Dans ce sens, la dialectique est un des phénomènes culminants de la culture grecque, et des plus originaux.

Auteur: Colli Giorgio

Info: La naissance de la philosophie

[ maïeutique ] [ quête ] [ sciences ] [ genèse ] [ Grèce antique ]

Commenter

Commentaires: 0