Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 533
Temps de recherche: 0.2869s

communication

- Les gens ont envie de parler, c'est bien pour ça que tu fais une revue qui s'appelle "poézi prolétèr" parce que tu penses que les gens ont envie d'écrire, non seulement de lire mais d'écrire, non ?
- Oui et de parler.
- Mais si on veut que les gens parlent, il faut les écouter.

Auteur: Blaine Julien

Info: Discussion entre Julien Blaine et Kati Molnár, enregistrée à Ventabren, dans le jardin, le 8 mai 1997, transcrite par Christophe Tarkos, in "Poézi Prolétèr", n. 2, p. 6

[ condition nécessaire ] [ édition ] [ discussion ] [ langage ]

Commenter

Ajouté à la BD par Benslama

indicible

Quelque chose d'inexprimable
suivi d'un long silence
montre que ma vie
devient un paysage.

Auteur: Ruefle Mary

Info: The Adamant: Poems

[ langage ] [ limitation ] [ poème ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

spéculation

La chance s’oppose a fortiori encore plus à la théorie juste de chaque langue qui peut apparaître dans la tête d’un enfant de quatre ans. Et Peirce poursuit : "L’homme a un penchant naturel à imaginer des théories correctes de toutes espèces […] Si l’homme n’était pas doué d’un esprit adapté à ses besoins, il n’aurait jamais pu acquérir aucune connaissance." Corrélativement, dans notre cas, il semble que la connaissance d’une langue - une grammaire - ne puisse être acquise que par un organisme "pré-doté" d’une restriction sévère sur la forme de la grammaire.

Auteur: Chomsky Noam

Info: Le Langage et la Pensée

[ linguistique génétique ] [ langage inné ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sorcière

Elle est une femme totalement seule. Étrangère le plus souvent, son don est la transformation. Elle est un agent de changement, et son action passe par la parole : une incantation, un nom, une bénédiction, une malédiction.

Auteur: Kitaiskaia Taisia

Info: Literary Witches: A Celebration of Magical Women Writers

[ alcine ] [ magicienne ] [ langage ] [ pouvoir ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

homme-animal

La conversation avec les animaux pourrait avoir lieu, mais je pense qu'elle serait plus facile avec des créatures avec lesquelles nous partageons un peu plus - celles qui ont été élevées pour interagir avec nous, comme les chiens ou les chevaux, ou celles avec lesquelles nous avons un lien évolutif naturel, comme les chimpanzés et autres singes non humains. Je veux dire que nous communiquons avec les dauphins et les baleines, mais nous n'essayons pas d'aller au fond de leurs connaissances. Je pense qu'avec des animaux aussi différents de nous que les baleines et les dauphins, ça semble mieux fonctionner si nous tentons d'abord de les observer pour essayer de les comprendre.

Auteur: Whitehead Hal

Info: www.guernicamag.com

[ communication ] [ dialogue ] [ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

parlotte

Tout n'est qu'opinion discursive plutôt qu'expérience directe.

Auteur: Ammons Archie Randolph

Info:

[ langage ] [ superficialité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

politiquement correct

Le "n-word», ce tabou américain
Le mot "nigger", forcément tabou chez les Blancs, est très prisé des jeunes Afro-Américains, qui l’utilisent souvent entre eux, sans modération. Avec parfois quelques situations bizarres – merci Kendrick Lamar –, raconte notre chroniqueuse.

"Hey, nigga!" Je l’avoue, à chaque fois que j’entends des Afro-Américains s’apostropher de la sorte dans la rue, j’esquisse un petit sourire. Nigga, comme diminutif de nigger, pour "nègre". Le "Hey, nigga!" s’accompagne généralement immédiatement d’une bonne vieille accolade. C’est une marque d’amitié, de fraternité, très prononcée, mais qui peut surprendre. Les médias américains, eux, optent pour le tabou le plus absolu: c’est le fameux n-word.

Un marqueur identitaire
Cela faisait longtemps que j’avais envie d’écrire à ce sujet, à force d’entendre les nigga ou nigger à chaque coin de rue. Mais j’hésitais. Comment l’aborder? Le thème est délicat, et le dérapage ou la maladresse involontaire vite là. Et puis, à force de faire quelques recherches, je suis tombée sur le rappeur Kendrick Lamar. Kendrick Lamar, donc, a fait un jour monter une fan sur scène lors d’un concert en Alabama, lui prêtant son micro. Delaney est restée très fidèle à ses paroles. Trop. Car lorsqu’elle a répété "nigga" à plusieurs reprises – c’est le texte de la chanson qui voulait ça –, Kendrick Lamar a vu rouge et l’a interrompue. Précision: Delaney est Blanche. Totalement hypocrite? L’actrice Gwyneth Paltrow ne peut que compatir. En 2012, à un concert de Kanye West qui chantait Niggas in Paris avec Jay-Z, elle a eu le malheur de tweeter le mot. Elle a reçu une avalanche de critiques.

Le n-word renvoie à l’esclavagisme et au racisme. Au dernier mot que des Noirs ont parfois entendu avant d’être lynchés. Un Blanc qui le prononce, même par simple imitation, passe pour un suprémaciste qui considère les Noirs comme des êtres inférieurs. Mais dans la communauté noire, chez les rappeurs plus spécifiquement, il devient un marqueur identitaire, une sorte de revendication pour souligner la fierté de ses racines. Même l’écrivaine noire Toni Morrison, récemment décédée, l’utilisait souvent. Pour relever la discrimination raciale qui prévaut aux Etats-Unis.

Le bruit d'un fouet
"Le débat sur le racisme aux États-Unis s'articule autour du n-word et du nombre de membres de la communauté blanche qui l'ont historiquement utilisé comme une arme verbale contre les Noirs américains. C'est un rappel aussi vivifiant que le coton, les chaînes et les souvenirs de la Confédération de ce que nos ancêtres ont enduré pendant des siècles", écrit le journaliste Jeremy Helligar dans Variety. "Même aujourd'hui, pour beaucoup d'entre nous, lorsqu'une personne blanche prononce le n-word, c'est comme le bruit d'un fouet qui tape dans le dos d'un esclave. En raison de son histoire chargée, il ne sera jamais acceptable que des Blancs utilisent le n-word (pas même si c'est Eminem, bien qu'il semble inexplicablement obtenir un laissez-passer de la communauté hip hop), peu importe les circonstances."

Il ajoute: "Ces dernières décennies, des Noirs se sont emparés du mot que certains Blancs utilisent encore contre eux, et l'utilisent comme un terme presque affectueux pour leurs compatriotes afro-américains, le transformant souvent en "nigga", vraisemblablement pour le diluer et le rendre vainqueur. C'est une façon de prendre une arme qui a permis aux Afro-Américains de rester mentalement battus pendant des générations et de l'embrasser, lui ôtant ainsi son pouvoir destructeur". Mais Jeremy Helligar ne cache pas son scepticisme quant à cette utilisation-là.

Même Barack Obama
Lorsqu’il était président, Barack Obama a osé prononcer ce mot lors d’une interview à une radio de Los Angeles en 2015, dans le but de dénoncer le racisme ambiant. Cette phrase a déclenché la panique dans les rédactions: "Il ne s’agit pas seulement de ne pas dire "nègre" en public parce que c’est impoli." Le quotidien USA Today n’a retranscrit que la première lettre du mot. Le New York Times a choisi de faire une exception, en l’expliquant: "Dans ce cas précis, une paraphrase ou l’usage d’un euphémisme aurait laissé les lecteurs dans la confusion et aurait ôté de la substance à l’article." A la télévision, Fox News a prévu un "bip" et CNN a averti qu’un mot allait "beaucoup offenser".

Blancs et Noirs restent forcément inégaux face à l’utilisation de ce mot. Mais rien n’est simple. D’ailleurs, des Noirs eux-mêmes s’en offusquent, tant le terme, qu’il soit utilisé comme marque d’affection ou non, est dépréciatif. En 2007, nigger a eu droit à un enterrement officiel à Detroit, avec une procession funéraire mise sur pied par une grande organisation de défense des droits des Noirs américains. Et en 2011, raconte l’AFP, une maison d’édition de l’Alabama a même remplacé les 219 "nigger" dans Les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain (1885) par "esclave".

Mais il a vite ressuscité. Est-ce finalement une bonne chose que de jeunes Blacks se réapproprient à leur manière un mot très chargé historiquement? On n’a pas fini d’en débattre.

Auteur: Graffenried Valérie de

Info: Le Temps online, 26 sept 2019

[ retournement linguistique ] [ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rapports humains

L'infélicité (infélicity) est un problème dont héritent tous les actes/comportement ayant une caractéristique générale de rituel ou de cérémonie, en bref tous les actes conventionnels.

Auteur: Austin John Langshaw

Info: cité dans "Performativité" de James Loxley, p. 81, 2006

[ langage ] [ décalage ] [ malentendu ] [ routines brisées ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

termes génériques

Le début du sens, pour ne pas dire de la sagesse, est de réaliser que "mener une action", tel qu'usé en philosophie, est une expression hautement abstraite - c'est un substitut - utilisé à la place de n'importe quel verbe (presque tous ?) avec un thème/sujet personnel/particulier, tout comme "chose" est un substitut pour n'importe quel substantif, et "qualité" un substitut pour l'adjectif.

Auteur: Austin John Langshaw

Info:

[ langage ] [ triade ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

étymologie

Pour Friedrich Max Müller, la culture indienne védique représente une adoration de la nature et les dieux sont des forces actives de la nature qui ont été personnifiées, des phénomènes physiques convertis en personnages.

Selon lui la mythologie est une "maladie du langage", c'est à dire que le mythe transforme des concepts en êtres et en récits. Ainsi les "dieux" ne furent à l'origine que des idées abstraites, désignées par des noms communs, abstractions transformées par la suite en personnalités imaginaires devenues noms propres.

Ainsi du dieu central des Indo-européens, qui apparaît sous divers termes, Zeus, Jupiter, Dyaus Pitar. Tous venant du mot Dyaus que Mûller analyse comme "brillance" et qui précède les mots 'deva', 'deus', 'theos' comme vocables communs pour un dieu, ainsi que les noms de 'Zeus' et 'Jupiter'.

En son hommage les brahmanes ont sanskritisé son nom, Max Müller devenant "Moksha Mula" (racine de délivrance)

Auteur: Müller Friedrich Max

Info: wiki et autres sources.

[ théologie ] [ oecuménisme ] [ divinités ] [ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel