Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 63
Temps de recherche: 0.1037s

sens-de-la-vie

Ne nous laissons pas abuser. La vie est à elle-même sa propre justification, elle ne demande rien d’autre que d’avoir la possibilité de se réaliser, de se nourrir, de se reproduire, et l’espace d’une saison, de sentir la lumière du soleil. L’homme se leurre, il a la démangeaison de toujours chercher autre chose. Il est clair qu’il n’y a rien d’autre.

Auteur: Powys Llewelyn

Info: Dans "Scènes de chasse en famille", page 320

[ épanouissement ] [ simplicité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

indépendance

... l'autre ne nous blesse pas : il nous révèle simplement que nos plaies n'étaient pas guéries. Nous avons cru que la rencontre avec un autre nous avait guéri. C'était une illusion, car la guérison ne vient jamais de l'extérieur, toujours de l'intérieur.
La relation avec l'autre est donc pour nous un révélateur de nos manques et de nos souffrances cachées.
Croire qu'une relation, quelle qu'en soit la nature, peut nous faire oublier nos manques et nos souffrances est un leurre.
Cela conduit inévitablement à la déception.
En revanche, si nous envisageons nos relations avec les autres comme une opportunité de nous connaître, nous pourrons commencer à combler nos besoins et guérir nos blessures.
Tant que nous nous berçons de l'illusion que l'autre possède la clé de notre bonheur, nous restons dans un état de dépendance.
L'autre représente une drogue dont le sevrage nous est intolérable. Le manque réveille notre souffrance, notre crainte et donc notre colère.

Auteur: Janssen Thierry

Info:

[ sérénité ] [ vivre en paix ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par GAIOTTINO

détachement

A vrai dire, des projets, tu en fais, mais il te répugne de les exécuter. Plus tu en médites un, plus, quand tu l'abandonnes, tu éprouves un bien-être qui peut se hausser jusqu'à l'extase.
Le projet, conséquence du non-savoir, tout le monde y vit et en vit : obnubilation métaphysique aux dimensions de l'Espèce. Pour le désobnubilé, le devenir, et à plus forte raison, tout acte qui s'y insère, n'est que leurre, que duperie génératrice de dégoût ou d'épouvante.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: Dans "Le mauvais démiurge"

[ samsara ] [ activité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

portrait moral

Si le monde retrouve un jour la tradition de l’humanisme et parvient à vaincre la détérioration de la culture occidentale, à la fois sous sa forme soviétique et sous sa forme capitaliste, il s’apercevra, en effet, que Marx ne fut ni un fanatique ni un opportuniste et qu’il représente l’épanouissement de l’humanité occidentale. Qu’il eut un sens intransigeant de la vérité et ne se laissa jamais leurrer par la surface trompeuse des choses. Qu’il eut un courage et une intégrité intarissables, le souci profond de l’homme et de son avenir. Qu’il fut peu sensible à la vanité et à la soif du pouvoir. Par sa vitalité, il exerça une action stimulante sur tout ce qu’il touchait. Il représente la tradition occidentale dans ce qu’elle a de meilleur : la foi dans la raison et le progrès de l’homme. En réalité, Marx correspond exactement à l’homme tel qu’il l’a conçu : celui qui est intensément et qui possède peu. Celui qui est riche parce qu’il a besoin de son semblable.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" pages 108-109

[ éloge ] [ incarnation des idées ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

étymologie

Halluciner signifie : se leurrer, se tromper, s’illusionner, s’aveugler.
Le verbe dérive du latin Alucinari, qui a la même valence lexicale mais qui signifie aussi : rêver, voyager. Son antécédent grec Alàomai, ou Alùo, signifie d’ailleurs : errer, vagabonder avec l’âme. Intéressant est donc son lien avec Alaòs : non-voyant, aveugle ; de Lào : je regarde, j’observe, je désire. A noter l’affinité du verbe Lào avec le substantif Làos qui désigne les "gens", le "peuple", la "foule".
Hallucination d’un point de vue lexical peut être défini comme : erreur, vision, mirage, mais le terme contient en lui-même une référence implicite à la cécité, au rêve, au désir ; à l’individu et au collectif. Cet élargissement de sens doit être pris en compte pour être confronté avec la définition réductrice de "perception sans objet" qui est celle de la psychiatrie traditionnelle.

Auteur: Corrao Francesco

Info:

[ rapport au monde ] [ confusion des limites ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

leurre

La vraisemblance était la clé de toute falsification, magique ou non. Les gens parlaient à mi-voix de Faussaires transformant le plomb en or, sans jamais comprendre que l'inverse était infiniment plus facile. Réinventer l'histoire d'un lingot d'or de sorte qu'il ait été, à un moment ou à un autre, coupé avec du plomb... eh bien, c'était un mensonge plausible. L'inverse aurait été si improbable qu'un tampon permettant d'accomplir cette transformation ne tiendrait pas longtemps.

Auteur: Sanderson Brandon

Info: L'Âme de l'Empereur

[ tromperie ] [ trucage ] [ miroir aux alouettes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

exhortation

Vous tous qui souffrez, n’attendez plus de réconforts parce qu’ils ne viendront pas et ne vous aideraient pas ; n’attendez pas non plus la mort parce qu’elle vient toujours trop tard aux gens qui souffrent, mais déchirez-vous, torturez-vous, fouettez-vous la chair jusqu’au sang pour que la pourriture en vous devienne un flambeau, et que la chair vibre comme les nerfs, pour que tout, comme dans une hallucination, s’embrase dans un incendie total de l’être ; brûlez, frères, jusqu’à ce que vos douleurs s’éteignent en vous comme les braises !

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: Le livre des leurres

[ harangue ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

morfler

Les hommes n’ont pas compris qu’il n’y a pas de meilleure arme contre la médiocrité que la souffrance. On ne change pas grand-chose par la culture ou par l’esprit ; en revanche, on transforme un nombre incalculable de choses par la douleur.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: Le livre des leurres

[ en chier ] [ endurer ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

faux-semblants

Si... la tromperie est fondamentale à la communication animale, il doit alors exister une forte sélection pour la repérer et celle-ci doit, à son tour, choisir un certain degré d'auto-illusion, rendant certains faits et motifs inconscients afin de ne pas trahir - par de subtils signes de la connaissance personnelle - la tromperie en cours. Conséquemment la vision conventionnelle selon laquelle la sélection naturelle favorise les systèmes nerveux qui produisent des images toujours plus précises du monde ne peut qu'être une vision bien naïve de l'évolution mentale.

Auteur: Trivers Robert

Info:

[ leurres ] [ simulacres ] [ feintes ] [ psychologie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

imagination

J’aime seulement celui qui va plus loin qu’il n’est ; qui sent les origines et les choses qui le précèdent ; qui se souvient des temps où il n’était pas lui, qui saute dans les anticipations de l’individuation.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: Le livre des leurres

[ ouverture ] [ curiosité ] [ instinct ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel