Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 823
Temps de recherche: 0.5138s

homme-animal

La baleine bleue lui dit que ce n'étaient pas les étoiles qui brillaient mais quelque chose que les hommes appelaient des lampes, et ce qui y brûlait était une partie de nos corps.

Ils ne nous chassaient pas pour se nourrir de notre chair mais pour l'huile de nos intestins qui brûlait en éclairant leurs maisons.

Ils ne nous tuaient pas parce qu'ils avaient peur de notre espèce; ils le faisaient parce que les hommes ont peur de l'obscurité et que nous, les baleines, possédions la lumière qui les délivrait des ténèbres.

Auteur: Sepulveda Luis

Info: Histoire d'une baleine blanche

[ littérature ] [ inversion ] [ paradis perdu ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

relations amoureuses

Sandeau, Musset, Chopin… A travers les aventures rocambolesques de sa vie et les couples transitoires qu’elle [George Sand] forme avec ses compagnons successifs dans les décors variés de l’Europe, c’est toujours la même odeur qui persiste, de clinique et de désinfectant. Un hôpital de campagne qu’elle traîne après elle de Venise à Paris et de Paris à Nohant puis encore de Nohant à Majorque… Un bloc opératoire mobile, maternel, bienveillant. Pour ses amants ectoplasmes, ses amis translucides et fluidiques, ses appendices mâles si peu phalliques de plus en plus efflorescents. Sandeau est extrêmement paresseux et à peu près dépourvu de talent, elle l’oblige à se mettre à son bureau, le nourrit quand il oublie de le faire, se fatigue vite de le tenir à bout de bras sur ce bord de son propre néant où il titube. Musset abuse de l’alcool, se montre souvent grossier et violent, s’effondre de temps en temps en proie à des espèces de crises nerveuses qu’elle regarde assez lucidement comme des affaires de possession. Inondé de sueur il se tord et hurle et croit voir des fantômes tomber sur lui. Intensité de l’exhibition du lien démoniaque derrière les jets déclamatifs de passion. "Est-ce que l’amour élevé et croyant est possible ? Est-ce qu’il faut que je meure sans l’avoir rencontré ? Toujours saisir des fantômes et poursuivre des ombres !" s’écrit George Sand qui sait très bien qu’elle va de spectre en spectre quand elle dit chercher l’amour… Elle est frigide, raconte-t-on parfois ? Mais non, bien sûr, pas plus que n’importe qui. Et puis d’ailleurs, comment pourrait-elle "jouir" puisqu’elle n’a à sa disposition dans son lit que des ombres, fatalement ? Au fond ses amants de passage me semblent des incarnations assez modernes de l’espèce masculine, ils ne seraient pas déplacés aujourd’hui. Les bouclettes de Sandeau l’incapable, la vulgarité éthérée de Musset, le retrait digne et silencieux de Chopin derrière sa toux de Dame aux camélias… Le gâtisme final de son mari qui, à la veille de mourir, en 1869, écrit à Napoléon III pour lui demander la Légion d’honneur non pas en tant qu’ancien officier mais parce qu’il a été l’époux de Sand et qu’elle l’a fait cruellement souffrir…

Auteur: Muray Philippe

Info: Dans "Le 19e siècle à travers les âges", page 606, à propos de George Sand

[ déceptions ] [ littérature ] [ femme-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

feuilleton romanesque

Il faudrait d’ailleurs refaire l’analyse des Rougon-Macquart sous l’éclairage des signes occultistes prometteurs qui y foisonnent. On se demande comment tout cela a pu ne pas être vu. Ce ne sont pas du tout des mythes que Zola met en scène. Il croit vraiment à ce qu’il montre. La télépathique cosmique. La végétation initiatique. L’aurore, la germination, la santé. L’invisible, quoi, l’extrasensoriel, l’au-delà. C’est même ça qu’il oppose à la névrose de son curé comme argument massue.

Auteur: Muray Philippe

Info: Dans "Le 19e siècle à travers les âges", page 523

[ mythèmes ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

lecture

La poésie, par exemple, va si profondément dans l'espace entre affect corporel et émotion profonde (primitive même dans certains cas) que, comme l'a dit Emily Dickinson, elle peut vous faire exploser le haut du crâne. Le langage poétique est parfois mal compris et présenté à tort comme "abstrait" alors qu'en réalité, il est précis - exactement le langage des émotions et du corps.

Auteur: Yuknavitch Lidia

Info: therumpus.net

[ littérature ] [ quintessence ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sens-de-la-vie

Au fond, voyez-vous, le monde est fait pour aboutir à un beau livre.

Auteur: Mallarmé Stéphane

Info: Déclaration à à Jules Huret en 1891, dans le cadre d’une enquête sur l’évolution littéraire

[ écriture-lecture ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

écriture

… aucun récit de rêve ne peut rendre la sensation du rêve : ce mélange d'absurdité, de surprise et de désarroi tandis que frémit l'envie de se débattre et de se révolter, ce sentiment d'être captif de l'incroyable, qui est l'essence même des rêves…

Auteur: Conrad Joseph Teodor Korzeniowski

Info: Au coeur des ténèbres

[ limitation ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

psychanalyse

En me plongeant dans vos splendides créations, j’ai toujours cru y trouver, derrière l’apparence poétique, les hypothèses, les intérêts et les résultats que je savais être les miens. [… ] J’ai ainsi eu l’impression que vous saviez intuitivement [… ] tout ce que j’ai découvert à l’aide d’un travail laborieux pratiqué sur autrui. Oui, je crois qu’au fond de vous-même, vous êtes un investigateur des profondeurs psychologiques aussi honnêtement impartial et intrépide que quiconque.

Auteur: Freud Sigmund

Info: Dans une lettre adressée à Arthur Schnitzler en 1922

[ admiration ] [ littérature ] [ variations ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

évasion

Positivement, raconter des histoires est une des plus belles occupations humaines ; et c’est bien ainsi que la Grèce le comprit lorsqu’elle divinisa Homère, qui n’était rien d’autre qu’un sublime conteur d’histoires à dormir debout. Toutes les autres occupations humaines tendent plus ou moins à exploiter l’homme ; seule celle de raconter des histoires a pour but agréable de le distraire, ce qui le plus souvent équivaut à le consoler.

Auteur: Eça de Queiros José-Maria

Info: Une singulière jeune fille blonde

[ lecture ] [ littérature ] [ distraction ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rationalisme

Je vous entends dire: "Tout ce qui n'est pas /factuel/ : c'est de la poésie". C'est absurde ! La mauvaise poésie est fausse c'est juste ; mais rien n'est plus authentique que la poésie véritable. Et permettez-moi de dire aux scientifiques que les artistes sont de beaucoup plus fins et précis observateurs, sauf pour ce qui concerne la minutie spéciale de l'homme de science envers certains détails.

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info:

[ littérature ] [ mathématiques ] [ langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

création

L'éloge de la Folie et trois dialogues de Lucien, traduits par Erasme, sont la source évidente de beaucoup d'idées, d'images, d'expressions que l'on admirait jusqu'ici comme étant de [Benjamin Jonson]. Le mot plagiat n'avait point alors le sens défavorable que nous y attachons: Shakespeare et Molière "prenaient leur bien où ils le trouvaient". Jonson, qui avait plus de culture et moins de génie, empruntait davantage encore.

Auteur: Castelain Maurice

Info: Introduction de Volpone ou le Renard de Ben Jonson

[ copie ] [ imitation ] [ littérature ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel