Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths. CROWFUNDING.  Exemples.  Punchlines.  Jeux et Passe-temps.  Chaines.  Humour.  RépartiesFemnmes, etc.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.      &nbs... Lire la suite >>
Search results: 4
Search time counter: 0.0938s

onirisme

L'oiseau se pose sur ma main comme ça, un miracle. Il est bleu comme un morceau de ciel. Je reste immobile, médusé. Ce sont des choses qui n'arrivent pas, ou bien dans les rêves.

Auteur: Conquet Christian

Info: Locusta migratoria : la révélation, début du roman, page 7

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

"Tu n'as pas besoin de t'excuser, shodancho, car je porte maintenant la plus récente des ceintures de chasteté et elle est protégée par un mantra plus coriace. Elle n'est pas en fer et, même si j'étais nue, tu ne pourrais pas me pénétrer sexuellement."

Le shodancho se contenta de dévisager sa femme avec une surprise qui n'était pas feinte. Il était médusé du fait qu'elle ne lui manifestait absolument aucune hostilité.

Auteur: Kurniawan Eka

Info: Les belles de Halimunda. "Le vent se lève, shodancho. Rentrons. "

[ sortilège ]

Commenter

Commentaires: 0

abrutissement

Après seize ans de mariage, je ne reconnaissais plus cet homme. J'étais médusée de constater qu'on pouvait changer du jour au lendemain. Qu'une eau tranquille pouvait engendrer la plus tragique des inondations. J'en arrivais à croire que je m'étais peut-être mal comportée. Mon avis lui importait peu. Ce n'était plus le même homme qui m'avait fascinée au nord du pays, lorsqu'il était professeur d'histoire, de géographie et de français au collège Aimé-Césaire.

Auteur: Mabanckou Alain

Info: Les petits-fils nègres de Vercingétorix, Seuil, p.191

[ femmes-hommes ] [ couple ]

Commenter

Commentaires: 0

naissance

Cette île, Ambahy, est de tous les regrets. À mes lèvres, j'ai porté le sel de ses plages et j'ai revu de mes yeux médusés la mère que l'on nous raconte née des lumières se donner à l'océan. Elle a ouvert son ventre et l'ombre en elle s'est engouffrée.
Chante comme en une veillée de légendes :
"L'ombre a enflé le ventre de la mère et nous a créés noirs et miséreux."
Chante encore :
" Dans le noir, nous retournerons. Dans le noir, nous retomberons. Dans le noir du ventre. Dans le noir de la tombe. "
La mère s'est effacée comme une onde sur les dunes et je me demande encore si je n'ai pas rêvé. Silence. Le vent entrouvert vomit des silences. Cette île est de tous les regrets.

Auteur: Raharimanana

Info: Nour, 1947

[ Madagascar ] [ obscurité ] [ océanique ]

Commenter

Commentaires: 0