Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.    ... Lire la suite >>
Search results: 19
Search time counter: 0.1065s

bêtise

Parfois la connerie peut devenir un art majeur.

Auteur: Carlier Guy

Info: Longtemps, je me suis levé... : Chroniques matinales 2006-2007, p29

[ stupidité ]

Commenter

Commentaires: 0

aurore

L'illumination matinale à ma fenêtre me plait mieux que la métaphysique dans les livres.

Auteur: Whitman Walt

Info:

[ émerveillement ]

Commenter

Commentaires: 0

réveil

Celui qui ne se lève pas avec le soleil ne jouit pas de la journée.

Auteur: Cervantès Miguel de

Info:

[ matinal ] [ aurore ]

Commenter

Commentaires: 0

coutume

MATINAL. - L'être, preuve de moralité. Si l'on se couche à 4 heures du matin et qu'on se lève à 8, on est paresseux, mais si l'on se met au lit à 9 heures du soir pour en sortir le lendemain à 5, on est actif.

Auteur: Flaubert Gustave

Info: Dictionnaire des idées reçues/Bouvard et Pécuchet/Garnier-Flammarion 1966 <p.367>

Commenter

Commentaires: 0

animal domestique

J'ai égrené une litanie de vers tirés du poème dédié par Christopher Smart à son chat Jeoffrey : "Car il est un mélange de gravité et d'espièglerie. Car il s'oppose aux forces obscures avec son poil électrique et ses yeux flamboyants. Car dans ses visions matinales il aime le soleil et le soleil l'aime. Car il est de la tribu du Tigre."

Auteur: Harrison Jim

Info: Julip

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

onanisme

Comment ne pas louer l'admirable pudeur de l'anaconda qui peut se masturber sans bouger les genoux. Non seulement parce qu'il n'a pas de genou, mais parce qu'il lui reste de l'époque où il était quadrupède, deux embryons de papattes enfermés sous la peau à la hauteur des génitoires, ce qui lui permet donc de se chatouiller à l'intérieur à l'abri des gelées matinales.

Auteur: Desproges Pierre

Info: Fonds de tiroir

[ humour ] [ serpent ]

Commenter

Commentaires: 0

ego

Ma vie n'est peut-être qu'une petit comédie policière, un film de série B qu'on ne diffuserait même pas dans les émissions matinales d'une télé provinciale, entre une publicité pour un appareil à allonger le pénis ou pour un robot de cuisine permettant à la maîtresse de maison de vivre comme les femmes en papier glacé des magazines, lovée dans un canapé italien un coupe de champagne à la main.

Auteur: Carlos Salem

Info: Nager sans se mouiller

[ dérisoire ] [ routine ] [ middle-class ]

Commenter

Commentaires: 0

Gaule

Il devait bien se l'avouer, la vie en France lui donnait quelques inquiétudes. Avec les années, à l'abri au coeur de ce qui pouvait passer pour un paradis sur terre, il avait oublié à quoi pouvait ressembler une ville où les gens ne sont pas perpétuellement en vacances
Toutes ces silhouettes pressées, nerveuses et piétinantes, ces visages sérieux, toutes ces bribes de conversation qu'il surprenait malgré lui sur la banquette d'un bistrot ou dans la cohue du métro matinal, tous ces petits bonshommes gris, uniformément tristes avec leurs serviettes noires qui contenaient des papiers tellement importants.

Auteur: Humbert Denis

Info: La Rouvraie, p 16

[ ville ] [ mégapole ] [ incompréhension. ]

Commenter

Commentaires: 0

action

Pour autant que je m'en souvienne, je me trouvai, en débouchant dans la rue vaste et claire, d'une humeur aventureuse et romantique qui m'emplit d'aise. Le monde matinal qui s'étalait devant moi me parut si beau que j'eus le sentiment de le voir pour la première fois. Tout ce que j'apercevais me donnait une agréable impression d'amabilité, de bonté et de jeunesse. J'oubliai bien vite qu'un moment encore auparavant, dans mon bureau, là-haut, je ruminais des pensées lugubres devant une feuille de papier vide. La souffrance, la tristesse et toutes les idées pénibles avaient comme disparu, quoique je ressentisse encore vivement une certaine gravité devant et derrière moi.

Auteur: Walser Robert

Info: La promenade, 1920 in Ecrivains randonneurs de Antoine de Baecque

[ joie ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

océanique

Trois fenêtres grandes ouvertes confirment que la mer existe. Et si elle existe, je suis assise au bord du lit, comme chaque matin, en train de boire à petites gorgées un café noir et amer, en poudre il y a quelques minutes, et liquide à présent. Depuis combien de temps ai-je commencé cette cérémonie matinale ? Boire du café en contemplant la mer, comme si les vagues étaient des fragments de vie. L'eau est fascination lente, sérénité maximale, effroi curieux qui apaise. Je fais la même chose depuis un nombre infini d'aurores, traverser l'écume, le corps hiératique, tandis que l'âme me susurre qu'elle existe, comme la mer. Comme le mal du déséquilibre. En moi, comme partout sur terre.

Auteur: Valdés Zoé

Info: Le Néant quotidien

Commenter

Commentaires: 0