Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 5
Search time counter: 0.0247s

morgue

La hauteur de l'orgueil se mesure à la profondeur du mépris.

Auteur: Gide André

Info: Journal 1889-1939, la Pléiade, Gallimard 1951<16 juin 1907 p.248>

[ dédain ] [ immodestie ]

Commenter

Commentaires: 0

morgue

Le dédain a pour satellites ordinaires la médiocrité, la vanité et l'ignorance.

Auteur: Girardi Michael

Info: Réflexions et pensées diverses 1784

[ arrogance ] [ bêtise ]

Commenter

Commentaires: 0

morgue

...cette faculté des adultes d'être convaincus de n'importe quoi par un air de supériorité silencieuse.

Auteur: Faulkner William

Info: Le bruit et la fureur, p.171, Livre de Poche n°501-2

[ assurance ] [ réserve ]

Commenter

Commentaires: 0

morgue

Son sourire avait quelque chose d'exaspérant. Il semblait insinuer qu'il était au courant de tout, des tenants et des aboutissants de l'histoire. Bref, un sourire condescendant.

Auteur: Rankin Ian

Info: L'ombre du tueur, p 141

[ supériorité ] [ mépris ]

Commenter

Commentaires: 0

morgue

Les tiroirs coulissaient sans le moindre bruit, dans cette fluidité propre aux songes. Et dans cette implacable logique des rêves, David savait déjà que Kristel se trouverait dans le tiroir du milieu. C'était là qu'elle avait échoué, en fin de compte, installée au milieu des autres cadavres, tel un simple morceau de viande ouverte, empaquetée, numérotée. Il ne voulait pas voir ça. Il voulait que ce rêve cesse tout de suite. Mais le rêve continuait. Une odeur de gaz carbonique montait dans l'air. Un froid emplissait le corps de David, le paralysant. Il n'avait jamais fait de rêve d'un tel réalisme auparavant.
Le tiroir du milieu s'ouvrit à sont tour, et Kristel était bien là, paisiblement allongée à l'intérieur. Comme endormie, si ce n'étaient ses immenses yeux, deux ciels d'été fixement ouverts, qui reflétaient une totale incompréhension. Comme si elle se demandait "pourquoi" alors que la vie l'abandonnait.

Auteur: Sire Cédric

Info: L'enfant des cimetières

[ dépouille ]

Commenter

Commentaires: 0