Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 49
Temps de recherche: 0.0477s

océan

Le peintre Latchinov était demeuré longtemps à la poupe, à regarder les méduses lumineuses, phosphorescentes qui jaillissaient par-dessous l'hélice : elles donnaient à la nuit noire, à ce froid nocturne, à ce ciel sans étoiles, au vent, au silence de l'immensité et au clapotis de l'eau une tonalité fantastique, surgissant dans la ténèbre marine, émergeant en surface pour, en s'éteignant, disparaître de nouveau dans les troubles profondeurs.

Auteur: Pilniak Boris

Info: Le Pays d'Outre-Passe, p 44

[ obscurité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

océan

Civilisées, correctes, les eaux portuaires se tinrent tranquilles jusqu'aux deux phares dressés comme une paire d'obélisques ouvrant à la haute mer ; dès lors, elles se permirent des allusions à leur puissance, dès lors cela commença de s'agiter. Sous l'effet du mouvement, des premiers entrechocs, des frissons nerveux parcourant la carcasse du navire, les timbres se dévissèrent sur les guidons chinois qui bientôt firent troupeau, sonnaillant désordonnément.

Auteur: Echenoz Jean

Info: l'équipée malaise

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

Une incandescence fait rutiler l'océan, un feu liquide aux flammes inextinguibles. Cette phosphorescence épandue étend autour d'eux un champ de lueurs évanescentes, chaque vague ourlée de ce même éclat irréel qui rayonne de la proue tandis que l'étrave fend les flots, un jaillissement de lumière mobile comme si une métamorphose de la mer avait fait surgir une créature frissonnante et resplendissante, venue chercher son souffle dans l'air de la nuit.

Auteur: Lynch Paul

Info: Un ciel rouge, le matin

[ illumination ] [ couchant ] [ aurore ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

On obtient de la mer ce qu'elle nous offre, non pas ce que nous voulons. Nos filets, nos palangres, nos nasses sont une question. La réponse ne dépend pas de nous, les pêcheurs. Ceux qui vont là-dessous chercher la réponse avec leurs mains se croient plus forts que la mer. Seule la surface nous revient, ce qui est en-dessous lui appartient, c'est sa vie. Nous frappons à sa porte, à fleur d'eau, nous ne devons pas entrer chez elle en maîtres.

Auteur: Luca Erri De

Info: Tu, mio

[ respect ] [ matrice ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

La mer était calme, paisible, chaque ride à la surface de l'eau semblait avoir été choisie et posée là avec délicatesse. Devant nous, à l'horizon, s'étiraient les silhouettes ocre et imprécises des îles. Au-dessus de la digue un groupe de bécasses battait des ailes et faisaient des loopings en guise d'adieu. Dans les trépidations, la fumée et les puanteurs de gazole, au sein d'un nuage de vacarme, nous avons fait route vers les brisants, accompagnés du teuf-teuf du moteur, en créant des remous.

Auteur: Valens Anton

Info: Poisson

[ bateau ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

De sa lointaine origine volcanique, l'île gardait comme seule trace visible une accumulation de hauteurs et de failles, qui étaient totalement recouvertes, à ce moment-là du processus, par des forets plusieurs fois centenaires. Elle jaillissait de la mer bleue comme un royaume d’Éden, qui paraissait immense à première vue, mais qui en réalité était tout petit, paisible dans sa sieste perpétuelle, enveloppé de brises, arrosé de pluies vespérales, avec les rondes ponctuelles du Soleil et de la Lune, des oiseaux le jour et des étoiles la nuit.

Auteur: César Aira

Info: La princesse Printemps

[ îlot ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

Guillemot sortit sur l'aileron bâbord. Istanbul, minute après minute, se profilait. Dans la tiédeur du matin, l'odeur d'amande douce mélangée à celle du poisson et des algues monta de la mer jusqu'à lui. Ces effluves entêtants, qu'il avait déjà décelés la veille au matin devant l'île d'Imrali, il devait ne jamais les oublier. C'était le parfum de la mer de Marmara. Il comprit ce matin-là, qu'il reconnaîtrait à jamais cette mer intérieure les yeux fermés, comme il était capable d'identifier Singapour, Djakarta ou Tokyo seulement à l'odeur de leurs eaux.

Auteur: Bass Olivie

Info: L'Homme de Marmarar

[ fumet ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

Je me souviens encore de mon premier quart de nuit après le passage de la Ligne.
Je suis monté sur la passerelle supérieure. La brise était chaude, pas un nuage ne masquait la voûte céleste. Au-dessus de moi, l'univers était inconnu. Je découvrais le ciel de l'hémisphère Sud.
Et par-delà les années, j'entendais rouler la voix de mon instituteur de l'école Jean-Macé, tout là-haut en Europe, et la musique d'Heredia qui jouait tout bas :
"... Ils regardaient monter en un ciel ignoré
Du fond de l'Océan des étoiles nouvelles."

Auteur: Heuet Stéphane

Info: La Petite Bibliothèque maritime idéale

[ obscurité ]

Commenter

Commentaires: 0

océan

Sur les flots gris ourlés d'écume de cette fin d'automne, la traversée n'avait pas été un voyage d'agrément. Le vent glacial soufflait en rafales, sifflant dans les côtes découpées par les vagues qui martelaient les falaises.
Cette île égarée dans l'océan donnait l'impression qu'un raz-de-marée avait arraché le sommet d'une colline du continent pour le précipiter dans les mers déchaînées.
En s'approchant de ses rivages déchiquetés, Fidelma avait eu la vision d'une crête de coq de combat, et elle s'était émerveillée que des êtres humains puissent survivre dans un cadre aussi inhospitalier.

Auteur: Tremayne Peter Berresford Ellis

Info: De la ciguë pour les vêpres

[ hostile ] [ insulaire ] [ tempête ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

océan

Il y avait deux mers dans la baie. La première était placide et silencieuse, bleu pâle, presque blanche, veinée de différents tons de vert quand on s'en approchait. Les barques, peu nombreuses, flottaient de telle façon qu'elles avaient l'air de montgolfières et le fond sous-marin, d'une masse d'air emprisonnée par un merveilleux scénographe dans un grand récipient de cristal liquide. L'autre mer était tempétueuse et rugissante, bleu foncé, à la surface éclaboussée de bave blanche et avec de grandes vagues rageuses qui vomissaient des giclées d'écume blanche en arrivant à la côte, comme sur une estampe d'Hokusai.

Auteur: Llop José Carlos

Info: Solstice

[ double ]

Commenter

Commentaires: 0