Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 10
Temps de recherche: 0.0889s

poltron

Le peureux vit longtemps.

Auteur: Proverbe créole des Antilles

Info: dans la vie, il faut savoir faire preuve de réserve, comme le peureux qui ne prendra aucun risque et qui vivra longtemps

[ durer ] [ vieillesse ] [ froussard ]

Commenter

Commentaires: 0

couard

Il y a le peureux qui regarde sous son lit, et le peureux qui n'ose même pas regarder sous son lit.

Auteur: Renard Jules

Info:

[ trouille ]

Commenter

Commentaires: 0

crainte

Il y a le peureux qui regarde sous son lit, et le peureux qui n'ose même pas regarder sous son lit.

Auteur: Renard Jules

Info: Journal/Robert Laffont/Bouquins 1990 <31 août 1901 p.536>

Commenter

Commentaires: 0

rapports humains

Le détective était accoutumé à jouer les archéologues parmi des ruines de souvenirs traumatiques. Il avait appris à se montrer autoritaire avec les brutes, rassurant avec les peureux, prudent avec les dangereux et retors avec les fourbes[...]

Auteur: Rowling J.K.

Info: L'Appel du Coucou. Sous le pseudo de Robert Galbraith

[ adaptation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

littérature

Il menait l'attelage, jetant, çà et là, des coups d'oeil au nez réchauffé du médecin.
Ce grand nez qui, peu auparavant, semblait perdu-transi, qui avait bleui et gouttait, qui se cachait, peureux, dans le col en mouton doré, distillait à présent tant de certitude et d'énergie, fendant victorieusement, telle la quille d'un navire, l'espace tourbillonnant, que le guide se sentit soudain empli d'une joie espiègle.

Auteur: Sorokine Vladimir Georgievic

Info: La tourmente de Vladimir, p 116

[ voyage ] [ froid ]

Commenter

Commentaires: 0

inaction

Il existe un proverbe qui dit "rien ne sert de courir, il faut partir à point". Dans l'opinion du Lambin [le cheval], ce proverbe était le proverbe le plus sage qui eût été inventé, et il le prenait au pied de la lettre. S'il ne pouvait galoper, il trottait. S'il ne pouvait trotter, il restait immobile. Et si on le laissait tranquille, il en profitait pour piquer un petit somme à l'ombre de tout et n'importe quoi.

Auteur: Argemi Raul

Info: Aventures de Léon Peureux Chevalier, tome 1

[ progressive ] [ dégressif ] [ paresse ]

Commenter

Commentaires: 0

résilience

La vie nous éduque au détour de chaque jour qu'elle nous offre. Dans les camps de réfugiés, nous avons connu l'angoisse, la désolation, la désespérance, la maladie, la faim; mais nous avons survécu à tout cela. Afin de témoigner pour tous ceux qui ne sont plus. Et pour qu'ils ne méritent en rien une telle fin tragique, témoigner de ce que la balle de l'assassin vil et peureux qui les a fauchés ne viendra jamais à bout de la vie. Le manioc, le yucca, est une plante tenace, rebelle à la destruction. Il suffit qu'une racine, une tige arrachée rencontre l'humus de la terre pour que toute la plante revive. Nous revivrons à jamais.

Auteur: Lamko Koulsy

Info: Les racines du Yucca

[ exil ]

Commenter

Commentaires: 0

confort

C'était la douloureuse vérité qu'il avait dû admettre depuis longtemps, au moins vis-à-vis de lui-même : la vie jaillissait du gaspillage, pas de la parcimonie, du hasard, pas du calcul, et toute création était le fruit d'un geste téméraire sans lequel il n'y aurait que répétition. L'histoire et les progrès de la civilisation avaient été une longue tentative couronnée de succès de rassurer les hommes doux et peureux, en camouflant cette terrible hypocrisie derrière l'impératif de la logique, de la morale et de la beauté. Avec son métier, ses livres, son long corps maigre dépourvu d'agressivité, il n'était que l'ultime produit de cette avancée : un napperon de dentelle insipide, habilement crocheté, fait pour attirer la poussière et les compliments sur la commode d'une vieille tante.

Auteur: Longo Davide

Info: L'homme vertical

[ vieillir ] [ déprime ] [ dégénérescence ] [ fin de race ] [ abrutissement ]

Commenter

Commentaires: 0

survie

C'est une idée assez commune que révolution et guerre sont filles de pauvreté. Mais ce n'est qu'une demi-vérité. Ce ne sont point les pauvres qui sont redoutables, ce sont les humiliés et les offensés. L'aiguillon du besoin ne fait qu'un animal peureux ; pensée de vol, non pensée de vengeance. Et la pensée s'occupe toute à chercher un repas après l'autre. Tête et ventre. Les passions veulent du loisir, et un sang riche. On croit que la faim conduirait à la colère ; mais c'est là une pensée d'homme bien nourri. Dans le fait une extrême faim tarit d'abord les mouvements de luxe, et premièrement la colère. J'en dirais autant du besoin de dormir, plus impérieux peut-être que la faim. Ainsi la colère ne serait pas naturellement au service des désirs, comme on veut d'abord croire.

Auteur: Alain

Info: Propos I, Bibliothèque de la Pléiade, nrf Gallimard 1956 , 15 février 1926 p.675

[ primordiale ]

Commenter

Commentaires: 0

ténèbres

La terreur, c'est surtout de l'imprévu ; et si la nervosité des peureux s'exaspère dans l'obscurité, c'est que cette nuit aveugle est peuplée pour eux de fantômes, auxquels ils ne peuvent donner de formes. Si, de tous temps, les enfants et les servantes ont craint de se hasarder, le soir, hors des chambres éclairées et closes, c'est que l'ombre impénétrable, l'ombre silencieuse et hostile recule tout l'infini dans le mystère et toute l'épouvante dans l'inconnu... Oh ! les grands arbres bruissants des fonds de parcs d'automne humides et solitaires, les interminables corridors des vieux logis de province à demi abandonnés, les greniers hauts comme des cathédrales, où s'entassent des vieilleries, des paperasses et des malles velues, immobiles depuis des années, et qui ne voyageront jamais plus, les chambres inhabitées des maisons de campagne des grands-parents aujourd'hui morts, la chambre qu'on n'ouvrait jamais parce qu'il s'y était passé quelque chose...
Oh ! Tous ces châteaux d'épouvante effrités aujourd'hui dans nos âmes sceptiques, mais qui tenaient jadis une si formidable place dans notre enfance effarée et inquiète, de quelle atmosphère frissonnante et glacée ils s'emplissaient pour nous à la tombée de la nuit, surtout au retour de l'automne, dans ces mois brumeux et pourris d'incessantes ondées, de torrentielles pluies.

Auteur: Lorrain Jean

Info: Histoires de Masques

[ peur ] [ imagination ]

Commenter

Commentaires: 0