Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherche rapide, avec plusieurs mots ou chaines de lettres.  EXEMPLES  :  punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.   Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.        ( NOUS AIDER ! )   ... Lire la suite >>
Search results: 10
Search time counter: 0.1523s

cycles

Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante.

Auteur: Orwell George

Info:

[ époques ] [ points de vues ]

Commenter

Commentaires: 0

biographie

Il vaudrait certainement la peine de décrire deux ou trois fois une vie; une fois comme l'écrirait un ami enthousiaste, une autre comme la décrirait un ennemi et une autre encore comme l'écrirait la vérité elle-même.

Auteur: Lichtenberg Georg Christoph

Info:

[ triade ] [ simultanéïté ] [ points de vues ]

Commenter

Commentaires: 0

sciences

Contrairement à la légende, les pinsons de Darwin ne semblent pas avoir inspiré ses premiers points de vue théoriques sur l'évolution, même après qu'il soit devenu évolutionniste en 1837. C'étaient plutôt ses vues évolutives qui lui permirent, rétrospectivement, de comprendre le cas complexe des pinsons.

Auteur: Sulloway Frank

Info:

[ après-coup ]

Commenter

Commentaires: 0

certitude

Le fond d'un mode de vie scientifique c'est de pouvoir changer d'avis lorsqu'on est confronté à des informations qui ne sont pas en accord avec nos points de vue, sans inertie intellectuelle. Cependant beaucoup d'entre nous louent des leaders qui se cramponnent obstinément à des points de vues (les leurs) vus comme "forts".

Auteur: Tegmark Max

Info:

[ bêtise ]

Commenter

Commentaires: 0

points de vues

C'est une chose curieuse que les réflexions de deux personnes assises l'une à côté de l'autre. Elles sont sur le même siège, elles ont les mêmes yeux, les mêmes oreilles, les mêmes mains, enfin les mêmes organes, et ce sont les mêmes objets qui passent devant leurs yeux... et cependant quelle profonde différence dans leur pensée.

Auteur: Beecher-Stowe Elizabeth Harriet

Info: La case de l'oncle Tom, trad. Louis Éhaut, p.113, Hachette, 1855

[ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

anthropomorphisme

Une façon d'unifier des choses apparemment dissemblables est de montrer que la différence (apparente) est due à la différence de perspective d'observateurs différents. La dissemblance, que l'on avait crue absolue, devient donc relative. Ce genre d'unification est rare et représente la plus haute forme de créativité scientifique. Quand elle est atteinte, notre vision du monde change radicalement.

Auteur: Smolin Lee

Info: Rien ne va plus en physique ! L'échec de la théorie des cordes

[ points de vues ] [ généralisation ] [ théorème ]

Commenter

Commentaires: 0

complexité

En ce qui concerne l'histoire inca, il est très difficile de séparer la réalité de la fiction : les seules sources disponibles sont les récits des Espagnols, fondés sur la version "officielle" des événements transmise par les empereurs incas qui se donnaient évidemment le beau rôle. Cela reviendrait à imaginer une histoire de l'Irak rédigée par Dick Cheney à partir des biographies autorisées, en langue arabe, de Sadam Hussein : on comprend mieux à quel problème sont confrontés les historiens.

Auteur: Adams Mark

Info: Machu Picchu, première à droite

[ intrication ] [ points de vues ] [ historiques ]

Commenter

Commentaires: 0

occupation

‘Alors, tu vas écrire quoi, sur Rat Lake ?’ Je répondis que je n’en savais rien, mais que je trouverais bien, et il me vint à l’idée que l'écriture et la pêche pouvaient être vues comme des activités similaires sur au moins trois points : toutes deux exigent un certain degré de persévérance, toutes deux peuvent tourner différemment de ce que vous aviez prévu, et toutes deux valent la peine que l'on s'y adonne juste pour le plaisir de s'y adonner, même si l'on n'obtient pas ce que l'on cherche – à savoir des poissons ou de l’argent.

Auteur: Gierach John

Info: Truites & cie

[ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Que raconter lorsqu'on n'a pas connu de difficultés dans la vie, que les extrêmes rencontrés ne furent qu'inquiétudes fugaces, dérisoires dans la Suisse de l'après-guerre. Sans souffrances physiques non plus, ni psychiques puisqu'élevé dans une famille aimante sans soucis matériels et suffisamment exigeante pour éviter l'abrutissement.
Quoi faire, quoi dire, raconter l'ennui ? Parler du silence qui précède les premières pluies estivales, lorsque les effluves d'ozone ralentissent tout et installent un décor acouphénique multidimensionnel ?
Ou expliquer que le cerveau est un senseur "à posteriori", agglomérat cellulaire de reflets fractals progressivement stratifiés par l'évolution. Senseur-conscience humain, qui fut capable à un moment de sa progression de stocker sa mémoire "en dehors d'elle même", permettant de créer une civilisation qui minimise ainsi à grande échelle l'impact de l'individu sur la race. Chaques cerveaux-espèces évoluant néanmoins sans cesse en mariage-création-miroir d'une réalité bipolaire parce qu'issue d'un système reproductif mâle-femelle. Bouillonnement collectif produisant un réel obligatoirement sphérique puisqu'émergeant d'une boule planète bien ronde, elle-même membre d'un cortège de huit consoeurs. Cortège tourbillonnant de concert, très lentement, très précisément - à échelle humaine -, dessinant ainsi une formation gravitationnelle en spirale dont l'axe est un banal soleil qui progresse dans l'espace relatif à une allure de 230 km secondes (dit-on). Système solaire hélicoïde, foret géant de deux heures/lumière de diamètre qui taille vaillament sa route-vrille en direction du centre de sa galaxie ; pour des raisons qui font se disputer scientifiques rationnels et métaphysiciens. Les premiers vous parlant de gravitation ou d'attracteurs alors que seconds privilégiant les "points de vues" subjectifs imbriqués, issus de quelque machinerie externe créatrice d'illusions, source bien au-delà de nos pauvres compréhensions de primates justes sortis de l'océan.
N'empêche cette réalité humaine commune s'affine, s'intrique... s'élargit... gigantise... Ou se perd dans les méandres infinitésimaux et enchevêtrés d'une matière devenue miroir. Alors que notre race de primates glabres semble au point mort en ce qui concerne sa capacité à partager son ressenti cosmique avec quelqu'autre entité-espèce que ce soit ? Quelles que fussent les places respectives de ces dernières au sein de ces hiérarchies que les hommes faiseurs de listes - on se rassure comme on peut - tentent incessamment d'établir.

Auteur: Mg

Info: oct. 2017

[ progrès ] [ régression ] [ point de situation ]

Commenter

Commentaires: 0

réfléchir

Si j’ai excellé dans l’art du mathématicien, c’est moins par l’habileté et la persévérance à résoudre des problèmes légués par mes devanciers, que par cette propension naturelle en moi qui me pousse à voir des questions, visiblement cruciales, que personne n’avait vues, ou à dégager les "bonnes notions" qui manquaient (sans que personne souvent ne s’en soit rendu compte, avant que la notion nouvelle ne soit apparue), ainsi que les " bons énoncés" auxquels personne n’avait songé.
[...]
Mais plus encore que vers la découverte de questions, de notions et d’énoncés nouveaux, c’est vers celle de points de vue féconds, me conduisant constamment à introduire, et à développer peu ou prou, des thèmes entièrement nouveaux, que me porte mon génie particulier. C’est là, il me semble, ce que j’ai apporté de plus essentiel à la mathématique de mon temps. À vrai dire, ces innombrables questions, notions, énoncés dont je viens de parler, ne prennent pour moi un sens qu’à la lumière d’un tel "point de vue" — vu pour mieux dire, ils en naissent spontanément, avec la force de l’évidence ; à la même façon qu’une lumière (même diffuse) qui surgit dans la nuit noire, semble faire naître du néant ces contours plus ou moins flous ou nets qu’elle nous révèle soudain. Sans cette lumière qui les unit dans un faisceau commun, les dix ou cent ou mille questions, notions, énoncés apparaîtraient comme un monceau hétéroclite et amorphe de "gadgets mentaux", isolés les uns des autres — et non comme les parties d’un Tout qui, pour rester peut-être invisible, se dérobant encore dans les replis de la nuit, n’en est pas moins clairement pressenti.
[...]
Et il arrive, parfois, qu’un faisceau de points de vue convergents sur un même et vaste paysage, par la vertu de cela en nous apte à saisir l’Un à travers le multiple, donne corps à une chose nouvelle ; à une chose qui dépasse chacune des perspectives partielles, de la même façon qu’un être vivant dépasse chacun de ses membres et de ses organes. Cette chose nouvelle, on peut l’appeler une vision. La vision unit les points de vue déjà connus qui l’incarnent, et elle nous en révèle d’autres jusque là ignorés, tout comme le point de vue fécond fait découvrir et appréhender comme partie d’un même Tout, une multiplicité de questions, de notions et d’énoncés nouveaux.

Auteur: Grothendieck Alexandre

Info: Récoltes et Semailles, texte autobiographique, 2.6. Point de vue et vision

[ recul ] [ réfléxion ] [ distanciation ] [ comprendre ] [ quête ]

Commenter

Commentaires: 0