Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 2
Search time counter: 0.029s

changement de paradigme

Nous demandons : "En quoi consiste un proton ? Un électron peut-il être divisé ou est-il indivisible ? Un photon est-il simple ou composé ?" Mais toutes ces questions sont mal posées, parce que des mots tels que "diviser" ou "se composer de" ont perdu dans une large mesure leur sens. Notre tâche doit être d'adapter notre pensée et notre discours, voire notre philosophie scientifique, à la nouvelle situation créée par les preuves expérimentales. Malheureusement c'est très difficile. Les mauvaises questions et les mauvaises images s'insinuent automatiquement en physique des particules et mènent à des développements qui ne correspondent pas à la situation réelle de la nature.

Auteur: Heisenberg Werner Karl

Info: The Nature of Elementary Particles. Physics Today, Volume 29, Number 3, March 1976 (p. 37)

[ prison du langage ] [ mauvaise interprétation ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

chichi

"Les hommes préhistoriques menaient des existences nomades." Alors là, pareil, je ne supporte plus alors que j’ai ânonné ça pendant des années. Franchement, ça coûterait quoi de parler d’humains préhistoriques? D’ailleurs, le fait même de mettre préhistorique en adjectif me dérange. Dans l’idéal, ce serait les humains qui vivaient à la préhistoire, ce qui marque la continuité avec nous. On ne dit pas "les humains moyen-âgeu". Je ne vois pas pourquoi une période historique devrait être un adjectif pour ses habitantes et habitants. On comprend bien qu’il s’agissait, au début de l’étude de la préhistoire, d’insister sur leur infériorité par rapport à nous, les modernes. Or on est censé être sortis de cette vision. Ceci étant dit, déjà, remplacer hommes par humains me paraît être le minimum parce que nous appartenons à une espèce qui s’appelle l’espèce humaine. Parler d’humains, c’est nous réinscrire dans un autre rapport plus proche du reste du vivant, là où le générique "les hommes", outre qu’ils invisibilisent une énième fois les femmes, les enfants, les vieux, les vieilles, nous place en situation de supériorité.

Auteur: Lecoq Titiou

Info: https://www.slate.fr/story/174915/mots-langage-transformations

[ étymologie ] [ révolte lexicale ] [ prison du langage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Is added to chains