Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 11
Search time counter: 0.0383s

psychiatrie

La projection est à l'oeuvre lorsque les systèmes mythiques explicatifs du monde ou de l'environnement auxquels j'adhère me mettent à l'abri d'un ressenti désagréable d'angoisse ou d'impuissance, ou explicitent celui-ci dans le but ultime d'en méconnaître les véritables causes.

Auteur: Marty François

Info: Les grands concepts de la psychologie clinique

[ terminologie ] [ refuge ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Le névrosé sent vivre en lui l'âme d'un enfant qui supporte mal des restrictions dont le sens lui échappe et que, partant, il ressent comme arbitraires. Il cherche bien, il est vrai, à faire sienne la morale régnante, mais cela l'achemine vers une désunion et, en quelque sorte, vers une guerre civile avec lui-même ; car il veut à la fois d'une part se libérer, et d'autre part s'opprimer ; c'est précisément cette lutte intestine qu'on appelle névrose.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Psychologie de l'inconscient

[ dérèglement ] [ déséquilibre ] [ conflit intérieur ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Dans la névrose un fragment de la réalité est évité sur le mode de la fuite ; dans la psychose, il est reconstruit.
Ou : dans la psychose, la fuite initiale est suivie d'une phase active, celle de la reconstruction, dans la névrose, l'obéissance initiale est suivie, après coup, d'une tentative de fuite.
Ou encore : la névrose ne désire pas la réalité, elle veut seulement ne rien savoir d'elle ; la psychose la désire et cherche à la remplacer.

Auteur: Freud Sigmund

Info: in le Second Texte de 1924, La perte de réalité dans la névrose et dans la psychose

[ passivité ] [ activité ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Par "structure perverse", il faut concevoir un type de discours totalement distinct de celui de la névrose (hystérie ou obsessionnelle) et celui de la psychose (délirante principalement). Cette structure est intelligible à partir de l'oedipe, pivot de la conception lacanienne du Sujet. La structure perverse est caractérisée par l'affirmation et la démonstration (cf. notamment les textes de Sade) par le sujet, que seule la loi impérative de son désir propre importe et qu'elle prime sur la loi du désir de l'autre.

Auteur: Pirlot Gérard

Info: Les perversions sexuelles et narcissiques

[ égoïsme ] [ pouvoir ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

La personnalité ou le caractère pervers ne constitue pas une catégorie nosologique clairement reconnue et définie. Sur le plan clinique, les psychiatres ont décrit, classiquement, des traits de caractère chez les pervers, traits proches de ceux retrouvés chez les psychopathes : impulsivité, cruauté, inaffectivité, amoralité, asociabilité, inéluctabilité. Ces traits ne constituent ni un critère scientifique ni une caractéristique commune. Si, au niveau médicolégal, certains pervers peuvent ressembler aux psychopathes, ils s'en différencient par le fait qu'ils évitent de faire parler d'eux, qu'ils contournent et détournent la loi avec plus de ruse et de sang-froid.

Auteur: Pirlot Gérard

Info: Les perversions sexuelles et narcissiques

[ froideur ] [ intelligence ] [ dissimulation ] [ malin ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Quand un schizoïde […] est affectivement fermé, ce n’est pas tellement pour que ses besoins de dépendance (avec les frustrations et la rage qui les accompagnent) par rapport au monde extérieur continuent d’être dissociés, c’est plutôt pour que reste dissociée la jalousie intrapsychique intense que pourrait susciter en lui son intimité croissante avec le monde extérieur ; cette jalousie risquerait de le mettre en pièces, de fragmenter les objets internes qui forment son soi et qui […] ont existé en lui à l’état d’objets défensivement distants les uns des autres, sans lien les uns avec les autres.

Auteur: Searles Harold Frederic

Info: Mon expérience des états-limites

[ self-défense ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

C'est dans l'"Esquisse d'une psychologie scientifique" (1895) que Freud décrit pour la première fois le moi en tant qu'instance psychique différenciée. Lieu d'attention, mais également de la mise en jeu des stratégies défensives, cette instance a une fonction à la fois limitante et contenante à l'égard des stimuli externes et des excitations internes.
[...] cette première définition d'un moi comme instance psychique ouvre la possibilité non seulement de concevoir l'existence du processus de refoulement à l'oeuvre dans l'hystérie et la névrose obsessionnelle, mais aussi de se représenter la problématique de l'envahissement et du débordement dans certains cas de psychose.

Auteur: Azoulay Catherine et Gortais Jean

Info: Processus de la schizophrénie

[ ego ] [ introspection ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Cette conception des relations humaines s'éclairera par l'exemple suivant : Je regarde subrepticement à travers le trou d'une serrure une scène intime qui se passe dans la pièce voisine. Je m'aperçois d'une présence derrière moi. Je me retourne et découvre que quelqu'un m'observait. A ce moment, il se produit une "hémorragie". La pure subjectivité que j'ai été en tant qu'observateur de la scène dans la pièce voisine s'écoule de mon monde dans le monde de l'autre, où je ne deviens plus qu'un objet honteux observé par lui -au moins jusqu'à ce que je trouve un moyen de regagner mon existence, de retourner au centre de mon monde, et de réduire l'autre en retour à n'être qu'un objet pour moi. C'est la dialectique entre l'acceptation d'être à la périphérie et la saisie du centre.

Auteur: Cooper David

Info: Psychiatrie et antipsychiatrie

[ voyeur ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

Il y a d'abord les actes par lesquels une personne se présente elle-même à nous ; dans ces actes, nous décelons une ou des intentions qui se rattachent à un choix antérieur et plus fondamental de soi : cette présentation de soi (de soi qui est pur écoulement excédant perpétuellement la perpétuelle objectivation de soi dans le monde), c'est la dialectique constituée. D'une description phénoménologique de ce moment constitué, nous passons, par un mouvement régressif, à une dialectique constituante : par ce dernier terme, nous entendons tous les facteurs de conditionnement socio-environnementiels (intra-familiaux, extra-familiaux, socio-historiques, de classe économique) dans la plénitude de leur interpénétration. Mais nous ne pouvons en rester là. Par un mouvement progressif nous devons atteindre la synthèse personnelle, la totalisation totale -la totalisation unique faite par la personne de la totalisation conditionnante, sur la base de sa totalisation de soi. Nous avons alors atteint la "vérité" de la vie de la personne, ou d'un secteur particulier de cette vie.

Auteur: Cooper David

Info: Psychiatrie et antipsychiatrie

[ analyse ]

Commenter

Commentaires: 0

psychiatrie

...La loi est enfin votée puis promulguée le 30 juin 1838 : chaque département sera désormais tenu d'avoir un asile d'aliénés. L'autorité publique exercera la direction des établissements publics et la surveillance des établissements privés. Les placements seront soumis à une réglementation précise dans laquelle les certificats médicaux, avant et après internement, figurent en bonne place.
Cet avènement du personnage médical se trouve salué comme il convient par Jean-Pierre Falret, l'un des grands aliénistes du moment, qui proclame que les dispositions de la loi de 1838 sont "applicables à tous les temps et à tous les pays, aussi indélébiles que l'aliénation mentale elle-même".
Dans l'une des nombreuses circulaires d'application qui vont suivre, une petite phrase presque cachée a surgi au détour d'un article sur les dépenses : "Les aliénés dont l'état mental ne compromettrait point l'ordre public ou la sûreté des personnes y seront également admis..." C'est pour lors que le "grand renfermement" va commencer. C'est le dix-neuvième siècle et non l'Ancien Régime qui institue les asiles d'aliénés, les construit et les remplit. La loi de 1838 est son prophète.

Auteur: Quétel Claude

Info: Analectes Loi de 1838 discussions des députés et des pairs

[ société ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0