Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 646
Search time counter: 0.315s

question

Le porno est maintenant si profondément ancré dans notre culture qu'il est devenu synonyme de sexe au point que critiquer le porno c'est être affiché avec l'étiquette anti-sexe.
(...)
Mais que faire si vous êtes une féministe pro-sexe au vrai sens du mot, en faveur de cette merveilleuse, amusante et délicieusement créative force qui baigne le corps dans le plaisir et la volupté, et que vous retrouvez contre le sexe porno ? Ce sexe dégradé, déshumanisé, formel et générique, cette sexualité non basée sur la fantaisie individuelle, le jeu ou l'imagination parce qu'elle est le résultat d'un produit industriel créé par ceux qui se passionnent non pour le contact corporel mais par la pénétration du marché et les bénéfices ? Où alors vous sentez-vous à l'aise dans cette dichotomie pro-sexe et anti-sexe si pro-porn est égal au pro-sexe ?

Auteur: Dines Gail

Info: Pornland: How Porn Has Hijacked Our Sexuality

[ morale ] [ décadence ]

Commenter

Commentaires: 0

question

La vie n'est qu'immense gaspillage - ou une immense générosité. L'image des spermatozoïdes distribués par milliards pour une naissance, ou des oeufs de poissons. Cette profusion a été battue en brèche par l'homme, qui voudrait que tout le monde ait la même chance de survie au risque de l'abâtardissement de sa race.
Un type dans mon genre qui passe beaucoup de temps à écrire n'est-il pas un exemple de fin de race... de perte du sens de la survie. L'humanité creuse t'elle sa propre tombe en se sédentarisant ? Faut-il qu'il y ait des cata gigantesques pour émonder tout ça, faire bouger les gens.. les consciences ?
Ou alors sommes-nous destinés à devenir une race de méditants, super cérébraux, explorateurs de mondes virtuels, mentaux, infinis... créateurs d'espaces en regard desquels notre univers connu fera mesquin.
La littérature ressemble beaucoup à cela.

Auteur: Mg

Info: 18 nov. 2013 (objectif politique caché de cette application)

[ humanité ] [ futur ] [ prospective ] [ nature ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Pourquoi la Suisse est-elle la cible privilégiée de la tourmente déclenchée à propos des fonds en déshérences, de l' "or nazi" et du refoulement des réfugiés juifs? Pourquoi les attaques se sont-elles concentrées sur ce pays au point que l'on puisse parler d'une véritable campagne de dénigrement? Certes, le comportement de la Suisse durant la Guerre et au cours des cinquante dernières années comporte d'indiscutables zones d'ombre nécessitant un retour sur le passé. Cependant, ce n'est pas le cas de la seule Helvétie, loin de là. Comme nous l'avons montré, ces problèmes se posent de manière souvent beaucoup plus aiguë à propos du comportement passé de plusieurs autres pays. Il n'y a donc apparemment aucune raison justifiant le choix de la Suisse comme cible principale de ces remises en question et de ces demandes de réparation. Comment s'expliquer alors cet état de fait?

Auteur: Braillard Philippe

Info: Tragédie et mascarade: autopsie de la crise des fonds juifs et de l'or nazi

[ spoliation ] [ réappropriation ] [ helvètes ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Pourquoi n'y a t'il pas d'insectes géants ?
Imaginez une araignée grosse comme un pouf marocain. Ou encore un mille-pattes long comme un crocodile. Et une mouche lourde comme un aigle...Et si une mutation génétique permettait à toutes ces sales bestioles de grandir démesurément ? Inquiétant, non ?
Rassurez-vous, c'est impossible. A cause de leur système respiratoire, qui l'interdit. Les insectes n'ont ni branchies comme les poissons, ni poumons comme les humains [...] Aucun organe particulier n'est dédié à la respiration. Pour s'oxygéner, les insectes sont traversés par un réseau de fins canaux, les trachées, qui se ramifient dans tout leur corps. Les stigmates, trous minuscules, permettent à l'air d'entrer dans ces canaux. Les organes absorbent l'oxygène au passage...
Voilà qui nous sauve d'un cauchemar éveillé ; s'ils étaient trop grands, les insectes mourraient asphyxiés. L'air mettrait trop de temps à traverser leur corps.
Jusqu'à preuve du contraire...

Auteur: Vandel Philippe

Info: Oui, tiens, pourquoi?

[ anecdote ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Si tu regardes un cerveau dans du formol tu verras pas des souvenirs conservés. Tu verras pas de noëls ou de premiers cadeaux ou de journées de neige ni de vélo rouge. Les souvenirs doivent bien se trouver quelque part pourtant — même si les tissus sont morts, les choses qui ont créé les souvenirs se sont bien produites ! Alors, où sont-ils ?
Peut-être que si personne d’autre ne s’en souvient, c’est comme si ces choses s’étaient jamais produites. Alors elles existent plus. S’ils me grillaient mes souvenirs, ça serait comme si j’avais jamais existé parce que j’ai pas de soeur, de tante ou de père qui va dire : oh, vous vous souvenez quand Anais s’est cassé la cheville ? Vous vous rappelez quand elle a pleuré pour son anniversaire ? Vous vous rappelez quand elle a mangé un gâteau entier et qu’elle a vomi au fond du bus !

Auteur: Fagan Jenni

Info: La sauvage, p 87

[ mémoire ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Qu’en est-il de cette absence de rêves ? Est-elle le signe d’un fonctionnement de plus ou de moins ? Au lieu d’y voir une carence réelle, il faut plutôt y reconnaître l’exemple typique d’un refoulement impeccable qui porte sur toute la fonction de l’imaginaire. […] Non seulement le rêve se trouve exclu de la vie psychique, mais il a, du même coup, cessé d’intéresser, tant en lui-même qu’en ses équivalents diurnes. Désormais, il n’y a ni rêves, ni fantasmes, ni affects, comme si tout devait se réduire à un réel extérieur au sujet. […] Que le rêve n’existe plus renvoie dès lors à un persistant oubli que le manque d’intérêt renforce et qui, à son tour, renforce le manque d’intérêt. C’est ainsi que prend forme une tendance à remplacer l’imaginaire privé par l’imaginaire public et que les normes socioculturelles viennent occuper la place laissée vide par une subjectivité qui se retire.

Auteur: Sami-Ali Mahmoud

Info:

[ psychanalyse ] [ aliénation ] [ imaginaire ] [ songe ] [ sommeil ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Peut-être que chaque être humain vit dans un monde unique, un monde privé différent de ceux habités et expérimentés par tous les autres humains... Si la réalité diffère d'une personne à l'autre, pouvons-nous parler de réalité singulière, ou ne devrions-nous pas réellement parler de réalités plurielles? Et s'il y a des réalités plurielles, certaines sont-elles plus vraies (plus réelles) que d'autres? Qu'en est-il du monde d'un schizophrène? Peut-être est-il aussi réel que le notre. Peut-être que nous ne pouvons pas dire que nous sommes en contact avec la réalité et que lui ne l'est pas, mais plutôt dire que sa réalité est si différente de la nôtre qu'il ne peut pas nous expliquer sa différence et que nous ne pouvons pas lui expliquer la nôtre. Le problème est donc que si les mondes subjectifs sont vécus trop différemment, il se produit une rupture dans la communication... et puis il y a la véritable maladie.

Auteur: Dick Philip K.

Info:

[ solipsisme ] [ folie ] [ perception ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Qu'est-ce que l'émotion ? Où nous conduit-elle ? Faut-il s'y ouvrir ? Faut-il s'y livrer ? s'y abandonner ou bien la contrôler, la maîtriser, la discipliner ?
Au final, à quoi sert l'émotion ? Est-elle vraiment utile ? Ne pourrait-on pas s'en passer ?
Pour le savoir, imaginons un instant sa disparition: que serait un être humain sans émotion ?
Il ferait certainement un travailleur modèle, discipliné, performant et efficace, accomplissant impeccablement les tâches qui lui sont assignées, appliquant rigoureusement les instructions reçues; mais il serait un humain effrayant, froid, rigide, sans état d'âme, prêt à tout pour atteindre ses objectifs, exécuter ce pour quoi il a été programmé, bref un véritable robot.
Aussi l'émotion apparaît-elle comme une fonction essentielle, un bienfait, une sauvegarde ou une protection contre les folies du monde, un signal intérieur nous indiquant notre propre chemin.
L'émotion est ainsi la manifestation de notre principe ou puissance de vie. C'est elle qui nous rend beau, sage et heureux. C'est par elle que nous pouvons aimer et être aimés.

Auteur: Thibaud Yann

Info: L'aventure émotionnelle ou la métamorphose du coeur: L'Écologie intérieure 2

[ émoi ]

Commenter

Commentaires: 0

question

On peut même se demander si l'évolution de la vie sur Terre, pendant plusieurs milliards d'années, n'a pas été de ce type. Pendant au moins deux milliards et demi d'années, la principale forme de vie présente dans les océans a été celle des cyanobactéries qui ont d'une part formé de grandes formations géologiques, les stromatolites, traces de vastes colonies, et qui ont d'autre part libéré l'oxygène qui constitue aujourd'hui environ 20 % du volume de notre atmosphère, oxygène qu'elles ont rejeté parce qu'il était pour elles toxique. La stabilité des cyanobactéries et d'autres bactéries et leur formation de colonies semblerait indiquer qu'elles n'étaient pas soumises à une intense compétition darwinienne. On peut même imaginer que si quelques milliards d'années supplémentaires leur avaient été données, ces colonies en multipliant leurs échanges auraient fini par former des entités proprement multicellulaires, éventuellement intelligentes. Malheureusement pour elles, il y a au moins six cent millions d'années, des êtres pluricellulaires, animaux marins et plantes aquatiques, ont commencé à les considérer comme un mets de choix. On se demandera pourquoi un peu plus loin. C'est à partir de là, sans doute, que notre évolution a pris un tour résolument darwinien

Auteur: Bear Greg

Info: Héritage

[ science-fiction ] [ abiogenèse ] [ géosphère ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Et quand un arbre est coupé ? Meurt-il ?
Qu’en est-il par exemple, de cette souche multicentenaire évoquée au tout début du livre, que ses congénères maintiennent sous perfusion pour qu’elle ne meure pas ? Est-ce un arbre ? Si ce n’en est pas un, qu’est-ce que c’est ? L’affaire se complique quand la souche forme un rejet. Et cela est d’autant plus fréquent que, dans de nombreuses forêts, les feuillus ont longtemps été exploités par les charbonniers qui les coupaient pour fabriquer du charbon de bois.

Les souches ont formé des rejets qui constituent aujourd'hui, des siècles plus tard, la base d'une majorité de nos forêts de feuillus, notamment de chênes et de charmes. La méthode consistait à couper et à laisser repousser les rejets une quinzaine d'années environ avant de les couper à nouveau, de sorte que jamais les arbres n'atteignaient une grande ampleur.

À l'époque,cette pratique du taillis était dictée par la pauvreté des populations qui ne pouvaient se permettre d'attendre que les arbres grossissent. Les formes en cépées, que vous pouvez rencontrer aujourd'hui en forêt, en sont des vestiges, de même que les renflements globuleux à la base des pieds-mères, signe d'une prolifération des tissus due à l'abattage régulier des rejets.

Auteur: Wohlleben Peter

Info: La vie secrète des arbres, Page 94. *repousse

[ végétaux ] [ mort ] [ ancrage ] [ sociologie ] [ forêt ] [ socle ]

Commenter

Commentaires: 0