Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 18
Temps de recherche: 0.0424s

réseaux sociaux

A l’origine, Facebook était un réseau social, resserré sur ce qu’on appelle "les liens forts", c’est-à-dire vos interactions avec les personnes dont vous êtes les plus proches. Le problème, c’est que quand l’usage est vraiment social, il est difficile de le rentabiliser. Amener une publicité pour un annonceur extérieur dans une conversation entre proches, c’est extrêmement violent et ça ne donne pas envie de cliquer.

C’est donc pour gagner de l’argent que Facebook a fait venir d’autres éléments dans le fil d’actualité : les informations, les images, les vidéos…, y compris les fausses informations. Cela change la posture de l’internaute : il n’est plus engagé, il lit. Et avec cette métamorphose, Facebook était devenu beaucoup moins une plate-forme de sociabilité qu’une interface de lecture. Le volet social s’est déporté sur WhatsApp, Snapchat, Instagram ou encore Messenger. Le changement d’algorithme annoncé en début d’année revient en partie sur cette évolution, en voulant redonner de l’importance aux amis proches.

Auteur: Cardon Dominique

Info: https://www.lemonde.fr, 21 octobre 2018

[ lire ] [ évolution ] [ bulles informationelles ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

L’Américaine Sarah T. Roberts a écrit, après huit ans de recherches, "Behind The Screen" (Yale university press), un livre sur le travail des modérateurs. Elle en a rencontré des dizaines, chargés de nettoyer les grandes plates-formes (Facebook, YouTube, etc.) des pires contenus, et entourés d’une culture du secret.

C’est un métier dont on ne connaît pas encore bien les contours, et qui est pourtant au coeur du fonctionnement des grandes plates-formes du Web : les modérateurs sont chargés de les débarrasser des contenus postés par les utilisateurs (photos, vidéos, commentaires, etc.) qu’elles interdisent. Répartis dans des open spaces aux quatre coins du monde, gérés par des sous-traitants, ces milliers de petites mains examinent, tout au long de leur journée de travail, les pires contenus qui circulent sur Internet, et décident de leur sort.

Nous l’avons interviewée lors de son passage à Paris pour participer à un cycle de conférences sur "le côté obscur du travail", organisé à la Gaîté-Lyrique, à Paris.

(MT) - Les géants du Web (Facebook, YouTube, Twitter, etc.) sont très réticents à parler de la façon dont ils modèrent les contenus. Pourquoi ?

- Quand ces entreprises ont été lancées il y a une quinzaine d’années, la dernière chose qu’elles voulaient, c’était d’avoir à prendre des décisions sur le contenu. Elles se concentraient sur les technologies, et se présentaient auprès des pouvoirs publics américains comme faisant partie de la catégorie "fournisseurs d’accès à Internet". Cela leur a permis d’affirmer que le contenu n’était pas leur coeur de métier, et d’avancer sans qu’on ne leur demande de rendre des comptes.

Ce positionnement leur a permis de grandir. Il fallait donc que les décisions que prenaient ces entreprises du Web sur le contenu restent secrètes. Elles vendaient cette idée aux utilisateurs qu’il n’y avait aucune intervention, que vous pouviez vous exprimer sur YouTube ou Facebook sans aucune barrière. Elles ne voulaient pas qu’il y ait un astérisque, elles ne voulaient pas entrer dans les détails. Il y a pourtant eu, dès leurs débuts, des contenus supprimés.

(MT) - Dans votre livre, vous allez jusqu’à dire que ces entreprises "effacent les traces humaines" de la modération. C’est une formule très forte…

-Ces entreprises pensent profondément que les solutions informatiques sont meilleures que les autres, et il y a cette idée chez elles qu’il y aura bientôt une technologie assez forte pour remplacer ces travailleurs. Elles semblent dire "ne nous habituons pas trop à l’idée qu’il y a des humains, c’est juste temporaire".

De plus, si les utilisateurs savaient qu’il y avait des humains impliqués, ils demanderaient des explications. Et ces entreprises ne voulaient pas être responsables de ces décisions. Elles ont donc choisi de rendre ce processus invisible et croisé les doigts pour que les gens ne posent pas trop de questions.

(MT) - La modération est un travail difficile. Quels sont les risques auxquels sont confrontés ces travailleurs ?
- Il y en a plusieurs, à commencer par les risques psychologiques. Les modérateurs à qui j’ai parlé me disaient souvent : "Je suis capable de faire ce travail, des gens sont partis au bout de deux semaines. Mais moi, je suis fort." Et quelques minutes plus tard, ils me disaient "je buvais beaucoup" ou "je ne veux plus sortir avec des amis, car on parle toujours de travail, et je ne veux pas en parler, et d’ailleurs je n’en ai pas le droit".

Quand des gens me disent qu’ils ne peuvent pas cesser de penser à une image ou une vidéo qu’ils ont vue au travail, c’est inquiétant. Une femme, qui était modératrice il y a une quinzaine d’années pour Myspace, m’a dit qu’elle n’aimait pas rencontrer de nouvelles personnes et leur serrer la main. "Je sais ce que les gens font, et ils sont ignobles. Je n’ai plus confiance en qui que ce soit."

Il y a aussi d’autres choses difficiles, qui paraissent moins évidentes. Vous devez être très cultivé pour être un bon modérateur, beaucoup ont fait des études de littérature, d’économie, d’histoire, parfois dans des universités prestigieuses. Mais c’est considéré comme un travail de bas niveau, assez mal payé.

(MT) - Comment les conditions de travail des modérateurs ont-elles évolué ?
- C’est difficile à dire, ce sont souvent des conditions de call centers : d’un point de vue purement matériel, c’est relativement confortable. Aux Philippines, des gens travaillent dans des gratte-ciel avec l’air conditionné, ce qui est important là-bas.

(MT) - Mais... En quoi cela change quelque chose à ce qu’ils voient tous les jours ?
- Certaines entreprises ont mis à disposition des psychologues. Mais les employés sont méfiants : quand le psychologue est payé par votre employeur, cela crée une relation compliquée, ça peut être difficile pour le travailleur de s’ouvrir sincèrement.

(MT) - Mais si ces entreprises ne mettaient pas de psychologues à disposition, on le leur reprocherait…
- C’est vrai. Mais est-ce vraiment efficace ou est-ce juste pour faire joli ? Un modérateur m’a dit : "Le problème, c’est que si je me lève pour aller parler au psychologue, mon manager et mes collègues me voient tous me lever et comprennent que j’ai un problème. Je ne veux pas qu’ils le sachent." Et puis, ce sont des solutions de court terme.

(MT) - Que devraient faire ces entreprises pour assurer le bien-être de leurs salariés ?
- Pour commencer, ils pourraient les payer davantage. Ensuite, le fait que leur travail ne soit pas reconnu est très dur pour eux, tout comme les accords de confidentialité. Tout cela fait qu’ils ont peur de parler de leur travail, qu’ils ne soient pas en lien avec les autres. Ils ne savent même pas qui sont les autres modérateurs. Ce sont des choses qui pourraient facilement changer. Et sur la psychologie, il faudrait étudier les effets de ce travail sur le long terme. Il n’existe aucune étude de ce type, à ma connaissance.

(MT) - Pourrait-on se passer de modérateurs ? A quoi ressemblerait Internet sans eux ?
- Au forum 4chan [connu pour sa modération très faible, et la virulence de certains de ses membres anonymes] ? Ce serait pire ! La plupart des gens ne veulent pas de ça, et doivent donc avoir à faire à des modérateurs. Or les internautes passent beaucoup de temps sur les grandes plates-formes mainstream, financées par la publicité, et le fait qu’ils ne comprennent pas comment ces espaces sont modérés est problématique, car cela reflète des valeurs.

L’idée d’un Internet sans modération n’a pas beaucoup existé. Certes, j’ai donné l’exemple de 4chan. Mais à un moment donné il y a eu une décision, à 4chan, que l’approche serait de tout laisser passer. C’est une posture idéologique là aussi. Et il est important de noter que c’est ce que veulent certaines personnes.

(MT) - Vous écrivez que ce sujet de recherche représente "le travail d’une vie". Quels aspects de la modération vous intéressent le plus pour la suite ?
- C’est le travail d’une vie parce que cela change tout le temps : Facebook change ses règles toutes les deux semaines ! Et si aujourd’hui on a 100 000 personnes qui travaillent comme modérateurs, où en sera-t-on dans deux, cinq ou dix ans ?

Je m’intéresse aussi beaucoup à la question de la régulation de ces entreprises. Ainsi qu’à la façon dont les Américains ont adopté depuis quinze ans ces technologies. Nous approchons de l’élection présidentielle de 2020, et ces plates-formes sont très impliquées, on a eu des déclarations intéressantes de Facebook sur la véracité des informations diffusées… Tout cela est d’une certaine manière lié à la question de la modération. Ces entreprises sont désormais considérées comme responsables, alors qu’elles n’ont jamais voulu l’être ! Devoir gérer ça est leur pire cauchemar, et elles doivent désormais le faire tout le temps.

Auteur: Tual Morgane

Info: Propos recueillis par MT, 11 janvier 2020, www.lemonde.fr. Sujet : Sarah T. Roberts : "Les géants du Web ont choisi de rendre le processus de modération invisible"

[ homme-machine ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

Tous les blogs, Facebook, Twitter sont constitués de gens qui ont envie de montrer leurs petites affaires en essayant d'apparaître tels qu' ils ne sont pas, de construire une autre personnalité ; ce qui est une véritable perte d'identité.

Auteur: Eco Umberto

Info: Entretien avec Chris Wallace, www.interviewmagazine.com. 2 novembre 2015

[ apparences ] [ masques ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

Nos outils sociaux ne sont pas une amélioration de la société moderne, mais un défi pour elle.

Auteur: Shirky Clay

Info: Here Comes Everybody: The Power of Organizing Without Organizations

[ responsabilité ] [ discernement ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

En réalité, quitter Facebook est beaucoup plus problématique que ne le suggèrent les dirigeants de l'entreprise, ne serait-ce que parce que les utilisateurs ne peuvent extraire tout le capital social intangible qu'ils ont généré sur le site et l'exporter ailleurs.

Auteur: Morozov Evgeny

Info:

[ phagocytaires ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

Honnêtement, les gens sont vraiment débiles. Ils n'arrêtent pas de faire circuler des trucs. Plus personne ne vérifie les faits, c'est comme ça que Trump a été élu. Il disait tout ce qu'il voulait, et les gens croyaient tout, et quand ce qu'il disait s'avérait faux, les gens s'en moquaient parce qu'ils l'avaient déjà accepté. C'est vraiment effrayant. Je n'ai jamais rien vu de tel.

Auteur: Horner Paul

Info:

[ manipulation ] [ fake news ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

Je regarde parfois la grande librairie à la télé, disons une fois sur trois. On y sent comme les dernières volutes des salons parisiens d'antan, méchancetés et bons mots en moins. Nous sommes sur un des grands médias descendants, qui égalisent tout. "Il faut être fédérateur" et autres tristesses de la culture de masse. Par comparaison avec cette énorme tête de gondole, les sites comme Babelio ou Goodreads par exemple, (il faut les connaitre et s'y ballader régulièrement), permettent les interactions entre utilisateurs. Les citations extraites, critiques de livres, les commentaires qu'elles suscitent... Demandes et refus d'amis... Tout ceci est bien moins superficiel que les banalités proférées à la TV. Il s'agit moins de paraître et de vendre, même si c'est parfois le cas. Sur Babelio les échanges et affinités entre participants se développent, les habitudes se créent, les singularités ressortent, des groupes se forment...

Auteur: Mg

Info: 15 octobre 2018

[ littérature ] [ TV ] [ possiblement applicable à ce logiciel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

Je reçois des insultes via Internet. Par exemple on me traite souvent de bisounours... on me traite de bien pensant... de droit-de-l'hommiste... Mais je pense qu'un jour on regardera en arrière, à ce moment de l’histoire où bien pensant et droit-de-l'hommiste sont devenus des insultes et on se dira . "Peut-être que c'est là qu'on a merdé... Peut-être qu'on a pris là un virage qui allait pas tout à fait du bon côté."

Auteur: Wiesel Thomas

Info:

[ frustration populaire ] [ bascule historique ] [ invectives ] [ immigration ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

On rencontrait sur Meetic des personnes qui choisissaient de se faire appeler Hérodiade ?
En réalité, il devait y prospérer une compagnie bien plus sophistiquée qu’elle ne l’avait imaginé, sans doute des professeurs de lettres aussi esseulées qu’elle, aussi amères qu’elle pouvait l’être ce soir-là, n’ayant pour toute consolation que leur amour des livres et l’espoir d’une rencontre insensée, quelle pitié.

Auteur: Reinhardt Eric

Info: L'amour et les forêts

[ espérance ] [ illusion ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

réseaux sociaux

La communication électrique ne remplacera jamais le visage de quelqu'un qui, avec son âme, encourage une autre personne à être courageuse et vraie.

Auteur: Dickens Charles

Info:

[ rapports humains ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel