Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.148s

vieillesse

Quand je cesserai de m'indigner, j'aurai commencé de devenir vieux.

Auteur: Gide André

Info: Journal 1889-1939, la Pléiade, Gallimard 1951 ,p.278

[ résignée ]

Commenter

Commentaires: 0

vieillesse

Quand on est jeune on aime les modes de vie qui correspondent à une conviction. Plus tard on apprend à s'en accommoder tant bien que mal.

Auteur: Boulez Pierre

Info:

[ résignée ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Personne ne trouvait ridicule son gazouillis, sa pétulance ménagère, tout le monde l'admirait, ses fils, ses belles-filles, de s'être consacrée à l'éducation de ses enfants, au bonheur de son mari, on ne pensait pas qu'elle aurait pu vivre autrement.

Auteur: Ernaux Annie

Info: La femme gelée

[ pensée-de-femme ] [ enfermée ] [ résignée ]

Commenter

Commentaires: 0

religion

Dieu a dit à Eve qu'elle accoucherait dans la douleur : les femmes sont résignées à cette destinée. Et si, lors d'un accouchement difficile, un choix doit être fait entre la mère et l'enfant, l'Eglise recommande qu'on sacrifie la mère ! Cette règle sera encore en vigueur au début du XXe siècle.

Auteur: Brenot Philippe

Info: Sex story p. 130

[ catholicisme ] [ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-par-femmes

J'ai choisi d'écrire sur Anne Brontë, parce qu'elle est la moins connue des trois soeurs... Dieu seul sait comment elle a réussi à écrire une seule ligne dans l'ombre d'une femme aussi pieuse que sa tante Branwell. Emily et Charlotte étaient assez sensées pour ignorer cette femme sinistre, mais pas cette pauvre Anne. Imaginez-vous cette vieille bique pernicieuse, prêchant que Dieu a volontairement créé la femme pour qu'elle soit faible, douce et un tantinet mélancolique. C'était tellement plus facile de tenir la maison ainsi.

Auteur: Barrows Annie

Info: Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates

[ résignée ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Le visage d'une jeune fille, d'une femme, est forcément pour un homme un objet extrêmement variable; le plus souvent, il n'est qu'un miroir où se reflète tantôt une passion, tantôt un enfantillage, tantôt une lassitude, et qu'il s'évanouit aussi facilement qu'une image dans une glace, que donc un homme peut perdre plus facilement le visage d'une femme parce que l'âge y modifie les ombres et la lumière, et que des modes nouvelles l'encadrent différemment. Les résignées, voilà celles qui ont la véritable science de la vie.

Auteur: Zweig Stefan

Info: Lettre d'une inconnue, p.128, in Amok, Livre de Poche no 6996

[ femmes-par-hommes ] [ sagesse ]

Commenter

Commentaires: 0

perdu

Croire au village, c'est donner une limite à sa vie ; c'est lui croire un sens, et elle n'en a pas. C'est un peu sot de s'imaginer que nous avons une raison d'être là plutôt qu'ailleurs. Continuer nos pères, pour quoi faire ? Ils ne savaient pas. La feuille a une attache qui lui suffit. Le cerveau est nomade. Pas de petite patrie. Une fuite résignée. Être n'importe où, ne jamais consentir à se fixer comme si un point dans l'univers nous était réservé. N'ayons pas d'orgueil ! Au premier éclair de lucidité nous verrions que nous sommes dupes, et nous serions pleins de pitié pour nous-mêmes. Livrons-nous à l'universelle loi d'éparpillement. Ne pas être un homme qui regarde son village avec une loupe. Rappelons-nous que ce monde n'a aucun sens.

Auteur: Renard Jules

Info: Journal, Robert Laffont, Bouquins 1990 <3 novembre 1906 p.854>

Commenter

Commentaires: 0

parabole

Sous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés.

Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère, aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain.

Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi.

Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin de marcher.

Chose curieuse à noter : aucun de ces voyageurs n'avait l'air irrité contre la bête féroce suspendue à son cou et collée à son dos; on eût dit qu'il la considérait comme faisant partie de lui-même. Tous ces visages fatigués et sérieux ne témoignaient d'aucun désespoir; sous la coupole spleenétique du ciel, les pieds plongés dans la poussière d'un sol aussi désolé que ce ciel, ils cheminaient avec la physionomie résignée de ceux qui sont condamnés à espérer toujours.

Et le cortège passa à côté de moi et s'enfonça dans l'atmosphère de l'horizon, à l'endroit où la surface arrondie de la planète se dérobe à la curiosité du regard humain.

Et pendant quelques instants je m'obstinai à vouloir comprendre ce mystère; mais bientôt l'irrésistible Indifférence s'abattit sur moi, et j'en fus plus lourdement accablé qu'ils ne l'étaient eux-mêmes par leurs écrasantes Chimères.

Auteur: Baudelaire Charles

Info: "Chacun sa chimère" du recueil Petits poëmes en prose

[ inconscient ] [ servitude ] [ fatalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson