Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Résultat(s): 35
Temps de recherche: 0.1533s

exil

C'est d'un de ces dimanches de mes sept ans que date mon exil loin du monde que j'aimais. Comme un navire qui quitte le port pour la haute mer, j'ai été arraché au havre paisible de l'enfance pour être jeté dans les eaux tumultueuses de la vie adulte.

Auteur: Shyam Selvadurai

Info: Drôle de garçon

[ raccourci ] [ déchirement ] [ initiatique ]

Commenter

Commentaires: 0

humour

Bart: 'sont vraiment cons les gens qui se demandent qui est venu en premier entre l'oeuf ou la poule.. C'est forcément l'oeuf !
Lisa: Et il sort d'où ton oeuf ? D'une poule forcément !
Bart: Bin non.. d'un dinosaure.. et à cette époque là y'avait pas de poules !

Auteur: Internet

Info:

[ évolution ] [ raccourci ] [ dialogue-web ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

triche

Dans certains jeux en ligne sur Internet, un joueur qui n'a pas le temps de jouer suffisamment pour progresser, peut acheter à un autre joueur, avec du vrai argent, un héros "déjà avancé" dans le jeu, afin de pouvoir s'amuser à un bon niveau, sans devoir passer trop de temps pour en avoir les compétences.

Auteur: MG

Info: Vu à la Tv, fév. 2009

[ fric ] [ raccourci ] [ informatique ]

Commenter

Commentaires: 0

musique

Quand un pianiste apprend une partition, il en vient à connaître intimement le compositeur mort - avec tous les plaisirs et les difficultés qu'implique une relation aussi intense. Vous découvrez ainsi la ruse de Mozart, ses troubles de l'attention. Le désir de reconnaissance de Bach, sa haine des raccourcis. Le tempérament explosif de Liszt. La fragilité de Chopin.

Auteur: Pessl Marisha

Info: Intérieur nuit

[ classique ] [ caractères ]

Commenter

Commentaires: 0

blagues

La propagande contre-révolutionnaire de Martainville le fit traduire en jugement. On veut qu'un calembour l'ait sauvé. À l'appel du président : "Approche, citoyen de Martainville," il proteste ainsi :
- Mon nom est Martainville. Le citoyen président oublie qu'il est ici pour me raccourcir et non pour m'allonger.
Le magistrat, piqué au jeu, aurait terminé le débat par cette réplique triomphante :
- Eh bien ! qu'on 1'élargisse !

Auteur: Larchey Lorédan

Info: L'esprit de tout le monde, Joueurs de mots 1891/Berger-Levrault 1892

Commenter

Commentaires: 0

profession

Les métiers de passages scandaient les saisons. Le rémouleur préférait le printemps, le mercelor suivait l'arrivée des hirondelles, le rempailleur ou mandelier, le collecteur de peaux s'annonçait en patois, le chineur de cuivre et sa carriole à bras, le raccommodeur de porcelaine à la fin de l'été, le vitrier à la morte-saison, le ramoneur avec le raccourcissement des jours, le nain et son poney laineux l'hiver, le montreur d'ours, le photographe...Et en toute saison celui qui reliait le village au monde, c'était le facteur.

Auteur: Santoul Max

Info: Ménino

[ littérature ] [ saison ] [ cycle ]

Commenter

Commentaires: 0

écriture

Le matin, Mamoune s'asseyait dans la cuisine, sur le fauteuil orange qu'elle avait fait sien, avec sa tasse de café à la main, les yeux dans le vague, la tête penchée sur le côté, dans une sorte de ravissement. Ensuite, elles partageaient un petit-déjeuner avant que Jade ne se remette à la correction de son livre. Elle avait l'impression d'être une couturière qui, partie pour raccourcir une jupe, avait au final décider de la transformer en robe du soir. Cela méritait réflexion et nouvelles étoffes mais désormais cela ne lui faisait plus peur.

Auteur: Deghelt Frédérique

Info: La grand-mère de Jade

[ routine ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

CLAIRON : De tout ce que tu as vu aujourd'hui et qui t'a émerveillé, qu'as-tu trouvé de plus à ton goût ?
SIGISMOND : Rien ne m'a ébloui, car j'étais préparé à tout ; mais s'il y avait quelque chose au monde dont je dusse m'émerveiller, ce serait de la beauté de la femme. Je lisais un jour, dans les livres que j'avais, que ce à quoi Dieu a apporté le plus d'application, c'était l'homme, parce qu'il est un monde en raccourci, et la femme, car avec elle est apparu un ciel en raccourci, et la beauté qu'elle renferme est supérieure à celle de l'homme de toute la distance qui sépare le ciel et la terre.

Auteur: Calderon de la Barca Pedro

Info: La Vie est un songe, IIème journée

[ femmes-par-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

arche

Pour les Mohawks, dont le sort est lié à la grande voie d'eau, descendre le fleuve et passer sous les arches de métal symbolisait le passage à une ère nouvelle. Ils l'observaient avec un mélange d'admiration et d'appréhension : le pont était la porte d'un monde inconnu, sa présence signifiait que le leur allait être bouleversé et qu'ils allaient à nouveau devoir s'adapter. Le pont Victoria annonçait la fin prochaine des bateaux de transport, la disparition des radeaux de rondins, la victoire de la roue sur la pagaie, l'unification du pays, le chemin de fer, le raccourcissement des distances, l'industrialisation, le triomphe à venir d'une société blanche, étrange et, vue de la berge à Kahnawake, toujours menaçante.

Auteur: Moutot Michel

Info: Ciel d'acier

[ colonisation ] [ signe ] [ construction ]

Commenter

Commentaires: 0

bouquins

Les livres retracent donc, parfois symboliquement, aussi bien le parcours d'une civilisation que l'histoire de leur propriétaire. Car chaque volume contient en fossile l'être même que nous étions à l'époque où nous l'avons lu, même s'il n'évoque pas, en raccourci, ce que l'on a soi-même vécu. Rien de tel que d'en articuler les titres pour passer en revue sa propre existence passée, puisque chacun a laissé en nous sa marque, encore vivace. (...) Voilà sans doute ce qui nous retient de les jeter : parce qu'ils sont une partie de nous-mêmes, et qu'on ne peut les arracher de soi sans se faire mal aussi un peu, dans les moments de plus grande détresse: là où justement on ne s'appartient plus. (...) A l'inverse, il y en qui ont gardé, comme une pierre blanche et diffuse en eux, la clarté de ce matin d'hiver où on les a acquis.

Auteur: Nadaud Alain

Info: Ivre de livres p.86-87

[ objet ] [ mémoire ] [ miroirs ]

Commenter

Commentaires: 0