Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  EXEMPLESPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Résultat(s): 28
Temps de recherche: 0.0514s

art pictural

Il est des villes flamandes, où au seuil du XVe siècle, les peintres étaient rangés dans la corporation des fabricants de glaces. A Bruges, la ghilde de Saint-Jean associait les miniaturistes aux calligraphes ; mais celle de Saint-Luc ne séparait pas les peintres des verriers-miroitiers. .... En Italie, Léonard explique "comment le miroir est le maître des peintres".

Auteur: Huyghe René

Info: Dialogue avec le visible

[ historique ] [ reflets ]

Commenter

Commentaires: 0

nuit

Mais c'est bien ça : des hommes hâlent une sorte de grande barque sur le sable. Leur peau noire luit sous la lune, derrière eux clapote une mer nappe huilée, le tableau est saisissant. Leur peau noire jette, lames acérées, des éclats aussi blancs que le blanc de leurs yeux, que le blanc de leurs dents, leurs dents faites pour déchirer la chair crue.

Auteur: Mézenc Juliette

Info: Poreuse

[ reflet ] [ contraste ]

Commenter

Commentaires: 0

polarité

L’imagination active nous rend à même de découvrir l’archétype, et précisément sans descendre au niveau de la sphère des instincts, abaissement du niveau de conscience qui ne conduit qu’à un état incapable de connaissance, ou, pis encore, à un succédané intellectualiste des instincts. Exprimé à l’aide de la comparaison du spectre lumineux, cela voudrait dire que l’image instinctuelle est découverte, non à l’extrémité rouge, mais à l’extrémité violette de la gamme des couleurs. Le dynamisme de l’instinct a en quelque sorte son siège dans l’infrarouge, mais l’image de l’instinct réside dans la partie ultraviolette du spectre.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Dans "Les racines de la conscience", Paris, Buchet/Chastel, 1971, page 535

[ analogie ] [ reflet ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

définition

L’agalma était chez les Grecs un objet précieux, un ornement, un joyau, un objet travaillé avec art et offert aux dieux, une statue, parfois même un monument. Lacan insiste surtout sur sa brillance, avec l’idée de quelque chose d’énigmatique qui fait la valeur de l’objet aimé. Ce qui constitue l’objet aimé au regard de quelqu’un, c’est qu’il contient un point énigmatique qui brille d’un certain éclat et qui lui donne sa valeur unique. Il y a dans l’objet aimé quelque chose en plus, un surcroît, qui en réalité est rien. […] l’agalma est cette chose, cet objet énigmatique qui est la cause du désir et qui est rien. C’est le rien qui constitue l’objet en tant qu’il est l’objet aimé et qui est en plus de ce qu’on voit dans l’image.

Auteur: Causse Jean-Daniel

Info: Dans "Lacan et le christianisme", pages 96-97

[ amour ] [ mystère ] [ semblant ] [ reflet ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

vieillir

C'est là que Pari entrevoit son reflet dans la vitrine. D'habitude - surtout ces derniers temps -, un processus mental automatique se met en branle quand elle s'avance devant un miroir afin de la préparer à cette vision plus âgée d'elle-même. Cela la protège. Cela atténue le choc. Mais dans cette devanture, elle se surprend à l'improviste, totalement démunie face à une réalité non déformée par son propre aveuglement. Elle aperçoit une femme d'un certain âge vêtue d'une tunique lâche et terne et d'une jupe de plage qui ne cache pas assez les bourrelets sur ses genoux. Le soleil fait ressortir ses cheveux gris, et malgré son eye-liner et son rouge à lèvres, son visage est de ceux sur lesquels le regard d'un passant ne se pose que pour s'en écarter, comme devant un panneau de signalisation ou un numéro de boîte aux lettres.

Auteur: Hosseini Khaled

Info: Ainsi résonne l'écho infini des montagnes

[ miroir ] [ reflet ]

Commenter

Commentaires: 0

diffraction

Le verre, qu'il s'agisse de hanaps vénitiens ou d'un simple carreau, est un matériau merveilleux possédant des qualités uniques. Il est là et il n'est pas là. Il laisse passer la lumière mais la réfléchit aussi. Il est possible au même moment de promener son regard dans l'intérieur obscur et sur les reflets du ciel, des arbres et des bâtiments qui se trouvent derrière soi. On aperçoit le calendrier accroché dans la pièce, et le groupe d'oies migratrices qui passe dans le ciel.Les images réfléchies trahissent la présence de la vitre lisse, dure et fragile, de même que le sable, la poussière et les autres saletés apportées par le vent, qui adhèrent à la surface en formant des configurations intéressantes : fils, petites bulles, rayures et toiles d'araignée. Parfois on y trouve des insectes, c'est assez drôle. Fissures, étoiles et impacts de balles donnent à la vitre une triste apparence.Le verre filtre, brise, déforme et vibre; tout en cloisonnant l'espace d'une manière parfaitement plate, il n'en est pas moins une source de profondeur et de rêves.

Auteur: Valens Anton

Info: Homme de ménage

[ déflexion ] [ miroir ] [ minéral ] [ reflets ]

Commenter

Commentaires: 0

duplication

Les hommes se retournent dans leur miroir comme les enfants dans leur lit : pour trouver le sommeil. La constance apparente des choses est ce sommeil ; la permanence du visible alliée à la confiance que notre identité ne va pas nous faire faux bond pendant la nuit. Pour cela, nous composons énormément, avec ce monde comme avec nous. Nous recouvrons nos mutuels abîmes d'une fine bande de gaze. Nous attribuons nos inconsistances crasses aux hasards de la vie. Et nous nous aveuglons sur ce qui glisse en nous avec l'évidence du fildefériste ivre dans le cirque anticosmique du dieu mauvais. Le premier garant de cet aveuglement, c'est encore notre visage. En lui s'unifient, lorsque nous le regardons, les multiples puissances que nous savons s'éparpiller et s'affronter inlassablement dans notre âme jusqu'au plus complet déchirement. C'est pourquoi nous retournons, toujours, dans le miroir, vérifiant notre constance, appuyant notre permanence, implémentant notre confiance, et nous nous rassurons... Mais parfois, quelque chose d'étrange se passe. Un détail nous échappe, un amour nous trouble, un mort nous parle. Soudain, c'est le miroir qui se retourne dans l'homme ; et ce qu'il lui montre alors n'est pas bien glorieux.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Trois essais sur Twin Peaks", page 7

[ reflet ] [ chute ] [ double ] [ monologue intérieur ] [ justifications ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

jungle

Ce qui m'étonnait le plus était l'infini mimétisme de la nature vierge. Ici rien ne répondait à son aspect ; il se créait un monde d'apparences qui cachait la réalité, qui remettait en question beaucoup de vérités. Les caïmans à l’affût dans les bas fonds de la forêt inondée, immobiles, la gueule prête, ressemblaient à des troncs pourris, recouverts d'anatifes ; les lianes avaient l'air de reptiles, les serpents de lianes, quand leur peaux n'avaient pas des nervures de bois précieux, des ocelles d'ailes de phalènes, des écailles d'ananas ou des anneaux de corail ; les plantes aquatiques formaient le tissus serré d'un tapis touffus, cachaient l'eau qui coulait en dessous, prenaient l'aspect d'une végétation de terre ferme ; les écorces tombées prenaient tout à coup une consistance de laurier en saumure ; les champignons étaient des coulées de cuivre, des saupoudrages de souffre, près de l'aspect trompeur d'un caméléon un peu trop branche, un peu trop lapis-lazuli, un peut trop plomb strié d'un jaune intense, lequel simulait à présent des éclaboussures de soleil tombées à travers des feuilles qui ne laissaient jamais passer le soleil tout entier. La forêt vierge était le domaine du mensonge, du piège, du faux semblant ; tout était travesti, stratagème, jeu d'apparences, métamorphoses. Domaine du lézard concombre, de la châtaigne hérisson, de la chrysalide mille-pattes, de la larve à corps de carotte, du poisson-torpille, qui foudroyait du fond de la vase visqueuse.

Auteur: Carpentier Alejo

Info: Le partage des eaux, pp 222 et 223

[ masques ] [ littérature ] [ reflets ]

Commenter

Commentaires: 0