Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.   EXEMPLESJEUX et PASSE-TEMPSCHAINESPUNCHLINESHUMOURREPARTIESFEMMES. ETC.          ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.             ... Lire la suite >>
Search results: 6
Search time counter: 0.026s

mimétisme

Imiter déteint.

Auteur: Proverbe créole des Antilles

Info: à force d'imiter, on perd sa personnalité

[ seconde nature ]

Commenter

Commentaires: 0

simuler

Lorsque l’on fait semblant trop longtemps, on finit par devenir réellement...

Auteur: Cabasson Armand

Info: Serpent-Bélier

[ habitude ] [ métamorphose ] [ seconde nature ]

Commenter

Commentaires: 0

apparence

Nous portons tous des masques, mais vient un temps où on ne peut plus les retirer sans s'arracher la peau.

Auteur: Berthiaume André

Info:

[ habitude ] [ personnalité ] [ seconde nature ]

Commenter

Commentaires: 0

éducation

Ce qu'on inculque aux gens dans l'enfance les marque si profondément que cela finit presque par faire partie de leur ADN.

Auteur: Kelly Cathy

Info: Retour à Dublin

[ formation ] [ seconde nature ]

Commenter

Commentaires: 0

accoutumance

Si quelqu'un me disait qu'il avait balancé son bateau à une dizaine de mètre de hauteur sur un iceberg, j'aurai bien rigolé, avec ma petite idée derrière la tête. Il y a des gens qui aiment raconter ce genre d'histoire, Hansen, et d'ailleurs y en a pas mal ici, parmi nous. ça doit être la nature qui doit en être responsable. Tout devient comme qui dirait agrandi. On s'habitue à la grandeur, pour ainsi dire, et c'est sans doute pas un malheur non plus. C'est naturel, j'crois, exactement comme le fait qu'un chasseur, ou un marin, devient presbyte parce qu'il est toujours en train de regarder loin dans la géographie, et qu'un mangeur de livres devient myope parce qu'il a toujours un livre sous le nez.

Auteur: Riel Jorn

Info: Un safari arctique et autres racontars

[ littérature ] [ seconde nature ]

Commenter

Commentaires: 0

art pictural

Vous ne pouvez pas savoir, me répondit Monet, combien tout ce que vous venez de dire est véritable. C'est la hantise, la joie, la tourmente de mes journées. A ce point qu'un jour, me trouvant au chevet d'une morte qui m'avait été et m'était toujours chère, je me surpris, les yeux fixés sur la tempe tragique, dans l'acte de chercher machinalement la succession, l'appropriation des dégradations de coloris que la mort venait d'imposer à l'immobile visage. Des tons de bleu, de jaune, de gris, que sais-je ? Voilà où j'en étais venu. Bien naturel le désir de reproduire la dernière image de celle qui allait nous quitter pour toujours. Mais avant même que s'offrit l'idée de fixer des traits auxquels j'étais si profondément attaché, voilà que l'automatisme organique frémit d'abord aux chocs de la couleur, et que les réflexes m'engagent, en dépit de moi-même, dans une opération d'inconscience où se reprend le cours quotidien de ma vie. Ainsi de la bête qui tourne sa meule. Plaignez-moi, mon ami.

Auteur: Monnet Claude

Info: Rapporté par George Clémenceau dans : Claude Monnet intime, cité par Salva Rubio

[ seconde nature ] [ manie ]

Commenter

Commentaires: 0