Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche avec plusieurs mots ou chaines de lettres : EXEMPLESJEUX et  PASSE-TEMPS. Punchlines,  humour,   réparties femmes, etc.  Attention de faire un RESET après  une recherche  complexe.                    &nb... Lire la suite >>
Search results: 94
Search time counter: 0.1018s

migraine

Le mal de tête de type explosif ou vasculaire est le plus fréquent. Pendant l'orgasme, le plaisir sexuel se transforme en cauchemar pour un des partenaires. Il est pris d'un violent mal de tête lancinant qui peut durer quelques minutes voire plusieurs heures. Ce mal de tête peut s'accompagner de nausées, vomissements, pâleur ou rougeur du visage, photophobie et parfois palpitations cardiaques. Ce type de mal de tête est probablement causé par des fluctuations de la circulation sanguine dans le cerveau. Le scanner du cerveau est toujours normal. Il atteint plus fréquemment les hommes que les femmes.

Auteur: Internet

Info:

[ sexualité ] [ céphalée ]

Commenter

Commentaires: 0

transgenre

Les gens modifient plein de choses personnelles tout le temps. Ils teignent leurs cheveux, suivent des régimes jusqu'à presque se tuer. Ils prennent des stéroïdes pour se construire les muscles, se font mettre des implants, modifier le nez et les seins pour ressembler à leurs stars de cinéma préférées. Ils changent de nom, d'habitudes, d'emplois, de maris ou femmes. Ils changent de religions et de partis politiques, se déplacent à travers les pays et le monde - changent même de nationalités. Pourquoi les genres masculin ou féminin sont-ils si sacré qu'il est impossible d'en changer ? Qui a inventé cette règle ?

Auteur: Wittlinger Ellen

Info: Parrotfish

[ transsexualité ] [ question ]

Commenter

Commentaires: 0

couple

- Vous vous en doutez, commenta JoAnn, c'est parfois ardu de dire non à un mec sublime du genre d'Ed, mais quand ça devient impossible, je pense à ma nuit de noces et au moment où je me donnerai à mon mari le cœur pur, la conscience et le corps sans tache. Ce sera ma récompense et, croyez-moi sur parole, il m'enverra au septième ciel, encore plus loin que dans vos rêves les plus fous.
Les néons se rallumèrent et un tonnerre d'applaudissements s'éleva de la salle. Qu'acclamait-on ? La luxure à laquelle JoAnn allait s'adonner à peine mariée ou la chasteté qui la précédait ? Ruth n'aurait su le dire.

Auteur: Perrotta Tom

Info: Professeur d'abstinence

[ théâtre ] [ sexualité ] [ femmes-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

prostitution

Songez à ce qu’une maison de ce genre [de sodomie] avec cinq jeunes artistes et leurs servants et leurs chanteurs, représente de commerce, de dépense, de luxe. Parce que, n’importe quel boutiquier ira voir les femmes, il y mettra ses cent, mettons, ses deux cents dollars par mois. Mais la sodomie a une clientèle toute différente ! Des gros ! Des financiers, des trafiquants d’opium, des généraux. En un mot, des millionnaires, monsieur ! Et ceux-là, pour une fine taille, une petite mine de bouche, un tendre pli des lèvres et, vous savez, Monsieur, – ou plutôt, non, vous ne savez pas – pour un cou bien mince, flexible, qui fond dans leurs poignes, enfin, pour un jeune garçon, ah, que ne sacrifieraient-ils pas !

Auteur: Fontenoy Jean

Info: L'école du renégat, Shanghaï secret, Le songe du voyageur, Relectures

[ homosexualité ] [ pédophilie ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

La courtisane enlève ses vêtements dévoile ses seins, dévoile sa nudité et Enkidou se réjouit des charmes de son corps.
Elle ne se dérobe pas, elle provoque en lui le désir.
Elle enlève ses vêtements et lui Enkidou tombe sur elle.
Elle apprend à cet homme sauvage et innocent ce que la femme enseigne.
Il la possède et s'attache à elle.
Six jours et sept nuits Enkidou sans cesse possède la courtisane.
Lorsqu'il est rassasié de ses charmes il lève son regard vers ses compagnons mais en le voyant les gazelles se détournent de lui et les bêtes sauvages le fuient.
Enkidou est sans force, ses genoux le trahissent lorsqu'il veut suivre sa harde.
Affaibli, il ne peut plus courir comme autrefois mais son coeur et son esprit sont épanouis.

Auteur: L'épopée de Gilgamesh

Info: Traduit de l'arabe par Abed Azrié. Textes établis d'après les fragments sumériens, babyloniens, assyriens, hittites et hourites. Ce serait le plus ancien texte littéraire écrit pas les hommes connu à ce jour, p.29

[ historique ] [ sexualité ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

adolescence

On lisait parfois mes rédactions en classe, car j'avais vite appris le mensonge et la nécessité d'une rouerie intelligente... "Et le soleil se jouait dans les grands arbres roux". De ces phrases entières - les pompeuses métaphores dont ils semblaient friands - je chargeai ma mémoire pour une heure afin de flatter la gourmandise qu'ils avaient d'eux-mêmes. J'écrivais exactement comme on avait envie que j'écrive.

Mais un jour j'osai écrire à propose du lavoir de village qu'il régnait autour de lui une "certaine" odeur de lessive... Je savais pour ma part très exactement ce que portait "certaine", un trouble, c'était déjà la sensation d'une odeur qui vous renverse érotiquement, le mélange des brumes froides de l'Est et d'une tiédeur ensavonnée, dont l'institutrice immédiatement me castra en m'accusant d'incorrection. Anodin-vitriol. Je m'étranglai sous leur désir.

Auteur: Bing Élisabeth

Info: Et je nageai jusqu'à la page : Vers un atelier d'écriture

[ sexualité ] [ éveil ] [ écriture ] [ normalisation ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-entre-elles

– Mais avec Loïc, ça va ?
– Oui… Enfin c’est calme, mais ça va. Rien à signaler. Un peu trop "rien", d’ailleurs.
– Tu insinues quoi ? Vous ne parlez plus ? Tu t’emmerdes ? Ou bien… non ! ne me dis pas que notre petit couple de beaux gosses ne s’éclate plus ensemble ? Pas de feu d’artifice, ces derniers temps ?
– Pas vraiment, non. C’est plutôt pétard mouillé que spectacle pyrotechnique, pour tout te dire.
– Ah merde. Mais pourquoi ?
– Ben, c’est moi, je crois. En fait, je n’ai plus envie.
– Ah, c’est embêtant, en effet. Mais plus envie de lui ?
– Ah non ! Plus envie tout court. Franchement ? La perspective du sexe me fatigue d’avance. Tu me mettrais dans une chambre avec Brad Pitt et George Clooney, eh bien je crois que je demanderais à l’un de me masser les pieds pendant que l’autre me sert un déca avant de me border pour un gros somme.

Auteur: Boudet Caroline

Info: Juste un peu de temps

[ sexualité ] [ libido ]

Commenter

Commentaires: 0

homophobie

Chère Christine,
Ma fille, tu me déçois. Tu as raison quand tu dis qu'il y a une " honte dans la famille", mais tu te trompes de honte.
Avoir mis Chad à la porte juste parce qu'il t'a avoué être gay, c'est cela, la véritable "abomination". Un parent qui renie son enfant, c'est cela qui est "contre-nature".
La seule chose intelligente que je t'ai entendue dire à ce propos est que tu n'as "pas élevé ton fils pour qu'il soit gay". Bien sûr que non. Il est né ainsi et ne l'a pas plus choisi que le fait d'être gaucher. Toi en revanche, tu as fait le choix d'être blessante, étroite d'esprit et rétrograde. Alors, puisqu'il s'agit de renier nos enfants, je pense que je vais en profiter pour te dire au revoir.
Désormais, j'ai un fabuleux (comme disent les homosexuels) petit-fils à élever, et je n'ai pas de temps à perdre avec une salope de fille, sans-coeur.
Si tu retrouves du coeur, appelle-nous. Papa.

Auteur: Anonyme USA

Info:

[ homosexualité ] [ grand-père ] [ famille ] [ père-fille ] [ râteau ]

Commenter

Commentaires: 0

pensée-de-femme

Sans résistance, elle se laissa allonger sur le sol. Après quelques maladresses et une courte errance dans le labyrinthe des tissus, il comprit qu'une jupe se trousse plus vite qu'elle ne se défait. Elle le suivit, mains et lèvres humides, tandis qu'il se perdait, affolé, entre le lin et la peau de ses cuisses ouvertes, puis elle vit le sexe mauve jaillir du pantalon et sa main à lui le tenir comme une dague. Il faillit s'arrêter à l'orée de sa chair, elle sentit son membre contre son poil brun et soyeux, un instant immobile. Mais il poursuivit sa course. Il se glissa en elle profondément et ce fut doux malgré l'impatience et la force. Ce fut leurs corps encastrés l'un dans l'autre au même rythme, avec les mêmes soupirs, puis ce fut elle qui voulut plus, plus fort, plus loin. Alors, elle entendit un fil se rompre.
Il pleura quand il jouit, lui qui n'avait jamais pleuré. Il ne voulut pas sortir de son corps à elle et y demeura le plus longtemps possible.

Auteur: Martinez Carole

Info: Le coeur cousu. Rajouté en commentaire par une lectrice : - Ce passage... Qui "répare" l'autre, difficile.

[ hommes-par-femmes ] [ sexualité ] [ libération ]

Commenter

Commentaires: 0

femmes-hommes

Quand nous parlions de la femme du boucher Lopez. Ses filles allaient à l’école avec moi. Elle l’a accusé de viol. Depuis longtemps, en plus de la frapper, il abusait d’elle sexuellement. J’avais douze ans et cette nouvelle m’avait profondément marquée. Comment pouvait-elle se faire violer par son mari ? Les violeurs étaient toujours des hommes inconnus qui attrapaient une femme et l’emmenaient dans un terrain vague, ou alors qui pénétraient chez elle en forçant la porte. Depuis notre plus jeune âge, on nous apprenait que nous ne devions pas parler à des inconnus et que nous devions faire attention au Satyre. Le Satyre était une entité aussi fantastique que, dans la petite enfance, le farfadet qu’on nomma la Salopa ou encore l’Ogre au Sac. C’était l’être qui pouvait te violer si tu étais toute seule à une heure indue ou si tu t’aventurais dans des coins déserts. Celui qui pouvait surgir soudain et te traîner de force sur un chantier. Personne ne nous avait dit qu’on pouvait se faire violer par son propre mari, par son père, par son frère, son cousin, son voisin, son grand-père, son instituteur. Par un homme en qui on avait confiance.

Auteur: Almada Selva

Info: Les jeunes mortes

[ sexualité ] [ inégalité ] [ pensée-de-femme ]

Commenter

Commentaires: 0