Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.1049s

paranoïa

Le complot n’existe que comme « idée » ; mais son idée suffit à le faire exister, car l’existence elle-même a structure de complot : nous n’avons pas demandé à venir au monde mais nous y avons été piégés par le Démiurge.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 125

[ inconscient ] [ représentation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

définition

Chaque amour, même s’il commence très différemment, fait replonger dans le cycle du Temps où les choses recommencent. En ce sens, tout amour est potentiellement un sickamour : le sickamour est simplement l’amour vécu avec le plus d’intensité. C’est un amour vécu avec tant d’intensité qu’on peut y saisir la résonance de son contraire. Et le sickamour n’est pas seulement une malédiction, c’est aussi une mission.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 155

[ passion ] [ initiation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

tragédie

Tous les amoureux rejouent un drame qui les précède. Le sickamour c'est l'amour malade, pas seulement dans le sens où la relation contractée entre les deux amoureux est mauvaise, mais aussi parce que cette relation fait ressurgir tous les fantômes des amours passées. Ces fantômes ne sont pas seulement les traces de l'inaccompli de chaque individu, mais ceux de tout ce qui parle à travers lui. Tout sickamour est une métempsychose des affects de l'ensemble de l'humanité.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Sycomore sickamour, p. 153

[ connexion ] [ lien ] [ passion dangereuse ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Bandini

résignation

Tous les garçons sont tristes. Toutes les filles sont déprimées. Tous les garçons sont tristes parce qu’ils sont écœurés d’avance des sacrifices qu’ils vont devoir faire pour survivre dans ces labyrinthes de l’humiliation que sont nos sociétés modernes. Toutes les filles sont déprimées parce qu’elles savent depuis toujours qu’elles devront brader leurs idéaux et prostituer leurs rêves. Ce monde est une broyeuse de rêves. Et la jeunesse est sa pièce de choix : elle est sa liqueur et son caviar. La jeunesse est le luxe du monde.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 9

[ désillusion ] [ femmes-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

symbolisme

Le jeu de l’oie, qui date du XVIe siècle (François de Médicis en avait envoyé un en cadeau à Philippe II d’Espagne) mais dont la forme en spirale et les différents éléments qui le composent – labyrinthe, puits, pont, prison, mort – rappellent le parcours initiatique, a plusieurs fois été comparé à l’image du samsara en Inde, roue de la naissance et de la mort, dont la victoire est l’extinction des réincarnations dans un cycle temporel. […]
Chaque partie, les règles sont les mêmes, mais n’augurent rien de notre résultat, puisque, en outre, nous ne jouons pas au jeu du Démiurge, mais contre celui-ci. Nous jouons pour sortir de son samsara pourri.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", pages 131-132

[ jeu de société ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

création

Los Angeles était à l’origine un désert. C’est par un aqueduc relié à un lac dans la vallée de l’Owens à plus de 350 kilomètres de la ville, que William Mulholland, nommé à la tête du département des Eaux et de l’Energie par le maire de L.A., Frederick Eaton, approvisionnera la ville, dans une opération qui nécessitera plusieurs années de manipulations, de lobbying et de spéculations. Eaton et Mulholland arnaquèrent les fermiers locaux en les persuadant que l’aqueduc était la solution à leurs problèmes ; ils firent racheter par des investisseurs complices toutes les terres sur le passage de celui-ci et réduisirent la population de la région entière à la misère : commençant à partir du 5 novembre 1913, le débit sera tel que la région de l’Owens sera rendue quasiment aride en 1924.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 169

[ urbanisme ] [ vampirisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

répétition

Le théâtre de Shakespeare n’est pas seulement un roman, c’est un yoga. Le pratiquer, c’est se délivrer de ses passions en les transfigurant par la compassion universelle. Mais pour cela il faut sans cesse repasser par les mêmes scènes, les mêmes systèmes de relation entre personnages, les mêmes figures de l’amour et de la jalousie, les mêmes relations de colère et de passion. Comme dans un labyrinthe dont on va finir par trouver la sortie, il faut revivre les mêmes scènes en y croyant toujours un peu moins, en les voyant toujours d’un peu plus loin, en étant à la fois « dedans » et « dehors », impliqué et détaché. Le théâtre de Shakespeare est un yoga en tant qu’il produit une métempsychose permanente des affects qui l’ont précédé, en tant qu’il fait passer les relations des personnages d’une pièce précédente dans une pièce nouvelle, et en tant que cette pièce nouvelle sera un nouveau tour de cercle, une nouvelle spire dans la spirale du récit originel.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 113

[ distanciation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

expérience de pensée

Le pardon est impossible parce qu’il est impossible de ne plus en vouloir à quelqu’un par le simple truchement d’une décision. […]
Ce qui est possible, en revanche, c’est de comprendre. C’est une opération dingue que seuls les Sans Roi, les voyants et les acteurs connaissent vraiment. C’est entrer dans la logique de l’autre : revivre ses angoisses, ses incertitudes, ses joies, repasser en détail chaque instant qui précède ses prises de décision. C’est avoir peur à sa place, honte à sa place, croire à des sornettes à sa place, être dingue à sa place. C’est voir le monde à travers ses yeux et goûter les fruits de son amertume par sa bouche. Il faut le vivre comme le profiler vit les crimes du serial killer : s’infliger jusqu’aux flashs aveuglants, jusqu’aux signes équivoques et aux tentations. Il faut avoir l’impression que tout autre geste était alors impossible pour celui qui a agi. C’est un comportement à la fois animal et froid : dans un état de détachement total, il faut se déplacer dans l’appareil nerveux de l’autre et décrypter son fonctionnement.

Auteur: Thiellement Pacôme

Info: Dans "Sycomore sickamour", page 98

[ conscience ] [ altérité ] [ empathie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson