Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP recherche mots et extraits tous azimuths. ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.         ... Lire la suite >>
Search results: 10
Search time counter: 0.3178s

passé

Retourner en arrière pour tuer Hitler et les chefs japonais et soviétiques... pour que quelqu'un de plus rusé prenne leur place !

Auteur: Anderson Poul

Info: La patrouille du temps, p. 25

[ science-fiction ] [ temps ] [ modification ] [ voyage dans le temps ]

Commenter

Commentaires: 0

échiquier

Dans la Roumanie dite communiste, les échecs étaient tenus en haute estime, même si nos champions étaient plus faibles que les Soviétiques. Ce jeu, ce "sport de l'esprit", était à l'époque un bien meilleur moyen d'asseoir sa réputation que la littérature.

Auteur: Tepeneag Dumitru

Info:

[ ascenseur social ]

Commenter

Commentaires: 0

racisme

Les étrangers
Je saurais toujours distinguer un étranger de nos compatriotes soviétiques. Eux, les étrangers, ont un je ne sais quoi de différent sur leur gueule.
Comment dire, ils ont une expression plus immobile et méprisante sur leur gueule que nous.
Mettons que leur visage prenne une certaine expression, eh bien, ils regardent tout le reste avec cette même expression.

Auteur: Zochtchenko Mikhaïl

Info: Contes de la vie de tous les jours, Nouvelles satiriques soviétiques des années 1920

[ nationalisme ]

Commenter

Commentaires: 0

conviction

"Il se peut que les autres aient combattu les soviétiques pour de mauvaises raisons (...) pour ma part, j'ai toujours été convaincu que mes raisons étaient bonnes et mon engagement sincère".
Il était pareil à celui qui se trouve dans une galerie des glaces et ne se préoccupe pas de ce qui l'entoure, parce qu'il sait qu'il est le seul à ne pas être un reflet. La confusion n'est que pour les spectateurs.

Auteur: Nadeem Aslam

Info: La vaine attente

[ certitude ] [ guerre ]

Commenter

Commentaires: 0

USA

L'écrivain Simon Louvish raconte la surprise d'un groupe de Soviétiques en voyage aux Etats-Unis au moment de la guerre froide. Après avoir lu la presse et regardé la télévision, ils se déclarèrent étonnés que tous les avis sur les questions essentielles étaient plus ou moins "identiques." Dans notre pays, s'interrogeaient-ils, pour obtenir ce résultat, nous avons une dictature, nous emprisonnons des gens, nous leur arrachons les ongles. Ici, vous n'avez rien de cela. Alors, quel est votre secret ? Comment faites-vous ?

Auteur: Pilger John

Info:

[ consumérisme ] [ publicité ] [ propagande ] [ efficacité ]

Commenter

Commentaires: 0

guerre

Une remarque, fort significative dans son effrayante candeur, vint de l'un des commandants de division de Joukov. Evoquant des enfants allemands qui pleuraient en cherchant leurs parents dans les ruines d'une ville en flammes, il écrivit :" Ce qui était surprenant, c'est qu'ils pleuraient exactement de la même manière que nos enfants." Peu d'officiers et de soldats soviétiques se représentaient les Allemands comme des êtres humains.
Après la déshumanisation des slaves par la propagande nazie, une opération analogue avait été réalisée avec plein succès de l'autre côté.

Auteur: Beevor Antony

Info: La Chute de Berlin

[ inversion ] [ atroce ]

Commenter

Commentaires: 0

expérimentations

Les Américains délivrent le camp de Dachau et confisquent ses archives. C'est une véritable aubaine pour les services secrets américains. Les tests vont se poursuivre sous le nom de code de Project Chatter, dirigés par Charles Savage et Henry K. Beecher, de l'université de médecine de Harvard, et menés sous les hospices du Naval Médical Research Institute à Washington D.C. Ils servent de matrice à plusieurs séries d'expériences* qui s'étalent sur plus de cinquante ans, impliquent des milliers de cobayes humains et dont les résultats doivent d'abord aider les Américains à démasquer les espions soviétiques durant la guerre de Corée.

Auteur: Ohler Norman

Info: L'extase totale : Le IIIè Reich, les allemands et la drogue. *pour faire des drogues des outils efficaces pour interroger des prisonniers, civils ou militaires.

[ psychotropes ]

Commenter

Commentaires: 0

géopolitique

La Russie a rejeté l’Occident et a anxieusement cherché sa propre voie, que ça soit du temps de la Russie kiévienne, de la Russie moscovite, de l’empire des Romanov, ou de l’Union Soviétique. Les USA incarnent aujourd’hui clairement tout ce que la Russie a obstinément refusé siècle après siècle. Cet individualisme, ce matérialisme au jour le jour (subjectif), cet égoïsme et cette hypocrisie sont une fausse liberté. Le sens de l’histoire de la Russie consiste à saisir ce complexe social et à le surmonter. Le libéralisme était inacceptable pour les monarchistes, pour les bolcheviks, pour les soviétiques, pour les intellectuels du « siècle d’argent » (voir A. Etkinda), et pour les traditionalistes orthodoxes à divers degrés. Les USA représentent le libéralisme dans sa forme définitive. Si le rejet du libéralisme au cours des siècles est l’essence de l’identité russe, cela signifie que la Russie s’identifie aujourd’hui à l’anti-américanisme. Par conséquent, nous détestons l’Amérique.

Auteur: Douguine Alexandre

Info: Le prophète de l'eurasisme, p. 340

[ anti-américanisme ] [ états-unis ]

Commenter

Commentaires: 0

barbarie

Bilqis, douze ans et demi, est une paysanne afghane qui aide sa mère aux champs et à la maison depuis la mort de son père. Elle est l’aînée de six enfants.
Un jour de 1989, elle est violée par des soldats soviétiques qui rentrent dans leur pays après dix ans d’occupation. Alors commence pour Bilqis une lente descente aux enfers : rejetée par sa mère puisque "souillée", elle vivra dans l’étable, avant d’être vendue à une famille d’un bourg voisin. Pendant une dizaine d’années, de bourgades en villages, elle sera bonne à tout faire, serveuse, femme de chambre, instrument de désirs et de fantasmes, battue, insultée, violentée...
Dans un bordel à Herat, Bilqis a ses protecteurs parmi les talibans. Puis on la retrouve, enlevée par des bandits, prostituée dans une caserne, favorite d’un chef de guerre unijambiste et borgne qui la martyrise, avant qu’elle ne le poignarde et s’enfuit à nouveau...
"Celle qui perd sa réputation n’est plus qu’une morte parmi les vivants." Voilà ce que lui dit une de ses compagnes d’infortune.
La jeune femme, qui a aujourd'hui vingt-six ans, a été sauvée par une ONG européenne. Elle a appris à lire, à écrire et à calculer. Elle se reconstruit lentement.
Un document unique sur la condition des femmes en Afghanistan et dans les pays ravagés par les guerres, l’intégrisme et l’obscurantisme.

Auteur: Freidoune Sahebjam

Info: Morte parmi les vivants

[ islam ] [ femmes-hommes ]

Commenter

Commentaires: 0

antisémitisme

Aux juifs qui désiraient une terre vraiment à eux, où ils pourraient s'organiser et vivre suivant leurs traditions, Staline avait offert une partie désolée de la Sibérie orientale, le Birobidjan : à prendre ou à laisser, que ceux qui veulent vivre en juifs aillent en Sibérie; s'il y en a qui refusent la Sibérie, cela veut dire qu'ils préfèrent être russes. Il n'y avait pas d'autres solutions. Mais que doit et peut faire un juif qui voudrait être russe, si les Russes lui ferment les portes de l'université, l'appellent "yid", l'excitent contre les fauteurs de pogroms, et signent un traité d'alliance avec Hitler? Rien, il ne peut rien faire, surtout quand c'est une femme. Line était restée à Tchernigov, les Allemands étaient arrivés et avaient enfermé les juifs dans le ghetto : elle y avait retrouvé quelques-uns de ses amis sionistes de Kiev. Avec eux, et cette fois avec aussi le concours des partisans soviétiques, elle avait acheté des armes, pas beaucoup et peu adéquates, et elle avait appris à s'en servir. Line avait peu de goût pour les théories : dans le ghetto, elle avait souffert de la faim, du froid et de la fatigue, mais elle avait senti que ses différents "moi" s'unifiaient. La femme, la juive, la sioniste et la communiste s'étaient fondues en une seule Line qui n'avait qu'un seul ennemi.

Auteur: Levi Primo

Info: Maintenant ou jamais

[ vingtième siècle ] [ URSS ]

Commenter

Commentaires: 0