Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 5
Temps de recherche: 0.0378s

spectateur

On ne joue pas en assistant à un jeu.

Auteur: Proverbe africain baoulé

Info:

[ passivité ]

Commenter

Commentaires: 0

spectateur

Mon oncle disait que lorsque les poux se chamaillent, les chauves rigolent.

Auteur: Karnauch Rémi

Info: Le fort intérieur, p 140

[ sans danger ] [ sécurité ]

Commenter

Commentaires: 0

spectateur

Si tu ne peux pas croire ce que tu vois sur l'écran, ça ne vaut pas la peine de perdre ton temps à aller au cinéma.

Auteur: Daney Serge

Info:

[ acceptation ]

Commenter

Commentaires: 0

spectateur

En observant les autres dans la douce torpeur provoquée par le whisky, je réalisais à quel point mon attachement à la vie était faible. Je n’étais pas impliqué, même en tant que simple observateur, et encore moins en tant que pèlerin. Disons que je n’étais ni dans les tribunes pour voir le match, ni sur le terrain pour jouer. J’étais plutôt dans les sous-sols, observant avec indifférence la structure de base tout entière.

Auteur: Harrison Jim

Info: Un bon jour pour mourir

[ lassitude ] [ à-côté ] [ distanciation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

spectateur

Vers neuf heures, lorsque je me réveillai, c’était une orgie : les marchés sont les orgies des heures matinales, et la faim, comme aurait dit Jean Paul, sonne l’ouverture du jour, comme l’amour la finale. Les pièces de monnaie firent leur entrée sur un rythme syncopé et, lentement, se pressèrent et se bousculèrent des filles avec des filets rebondis qui de tous côtés invitaient à profiter de leurs rondeurs. Mais à peine étais-je descendu tout habillé sur la place, au moment où je voulais aller sur scène, que l’éclat et la fraîcheur du spectacle avaient disparu. Je compris que tous les dons du matin, comme le lever du soleil, doivent être reçus sur des hauteurs. Et ce qui illuminait, il y a un instant encore les dés frêles du pavé, n’était-ce pas une aurore mercantile ? Elle était maintenant ensevelie sous les papiers et les ordures. Au lieu de la danse et de la musique, il n’y avait plus que l’échange et le trafic. Rien ne peut être aussi irrévocablement perdu qu’un matin.

Auteur: Benjamin Walter

Info: Dans "Weimar" in Images de pensée, pages 89-90

[ décalage ] [ animation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson