Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 52
Temps de recherche: 0.1109s

progrès

Les jeunes d’aujourd’hui ont vraiment de la chance ! Ils vont en vacances à l’étranger, ils sillonnent les autoroutes avec leurs parents, ils voient des tas de choses fascinantes : des accidents, des ambulances, des gendarmes… Sur l’écran de la télévision, ils suivent les guerres et les révolutions comme s’ils y étaient. La politique, les grèves, la vague de criminalité, n’ont plus de secrets pour eux. "Vous vous rendez compte, dites-donc, nous autres on n’avait pas tout ça quand on était gosses, hein ?" Soumis à un appareil bombardement de stimuli extérieurs, l’enfant de l’ère des transports supersoniques ne peut être que génial. Il l’est parfois, en effet. Souvent, encore très jeune, il nous étonne par des réflexions dignes d’un adulte, il nous ravit en montrant une maturité d’esprit difficilement concevable à son âge. Magnifique ! Il est génial, je vous l’avais bien dit. Seulement, où est l’enfant ? Et surtout qu’a-t-on fait de son don le plus précieux : l’innocence ?

Auteur: Lowen Alexander

Info: Dans "La dépression nerveuse et le corps", pages 230-231

[ traumatisme ] [ précocité ] [ aliénation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

modernité

Le temps pseudo-cyclique consommable est le temps spectaculaire, à la fois comme temps de la consommation des images, au sens restreint, et comme image de la consommation du temps, dans toute son extension. Le temps de la consommation des images, médium de toutes les marchandises, est inséparablement le champ où s'exercent pleinement les instruments du spectacle, et le but que ceux-ci présentent globalement, comme lieu et comme figure centrale de toutes les consommations particulières : on sait que les gains de temps constamment recherchés par la société moderne - qu'il s'agisse de la vitesse des transports ou de l'usage des potages en sachets - se traduisent positivement pour la population des Etats-Unis dans ce fait que la seule contemplation de la télévision l'occupe en moyenne entre trois et six heures par jour. L'image sociale de la consommation du temps, de son côté, est exclusivement dominée par les moments de loisirs et de vacances, moments représentés à distance et désirables par postulat, comme toute marchandise spectaculaire. Cette marchandise est ici explicitement donnée comme le moment de la vie réelle, dont il s'agit d'attendre le retour cyclique. Mais dans ces moments même assignés à la vie, c'est encore le spectacle qui se donne à voir et à reproduire, en atteignant un degré plus intense. Ce qui a été représenté comme la vie réelle se révèle simplement comme la vie plus réellement spectaculaire.

Auteur: Debord Guy

Info: La société du spectacle, 153.

[ accélération ] [ imprégnation publicitaire ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Bandini

poème

La nature est un temple ou de vivant piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles :
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familier

Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité
Vaste comme la nuit et comme la clarté
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Il est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,

Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Auteur: Baudelaire Charles

Info: Les Fleurs du mal

[ correspondances ] [ sonnet ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rapports humains

Selon Sommer, les voyageurs supportent l’entassement dans les transports publics uniquement parce qu’ils se considèrent tous comme des non-personnes. Si un arrêt brusque les jette sur leur voisin et les force à en prendre conscience en tant que personne, ils s’irritent de la situation dans laquelle ils sont, se sentent souvent agressés, et deviennent agressifs.

Auteur: Schützenberger Anne Ancelin

Info: La Langue secrète du corps

[ métro ] [ train ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

lecture

Les livres ont disposé d'un système de relecture immédiate bien avant les sports télévisés.

Auteur: Williams Bernard Arthur Owen Sir

Info:

[ instant replay ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

surveillance

Au Japon, le harcèlement sexuel dans les transports en commun, en particulier le métro, est massif. [...]

Le phénomène est tel qu'en 2005, des wagons exclusivement réservés aux femmes ont été mis en service sur plus de quatre-vingts lignes. Malgré cette mesure, le harcèlement continue. Mais pour y faire face, les Tokyoïtes disposent désormais d'une arme redoutable.

L'application Digi Police permet aux victimes d'attouchements d'activer une voix criant "Arrêtez!" à un volume suffisamment fort pour dissuader l'agresseur. Elle offre également la possibilité d'afficher le message "Il y a un frotteur, s'il vous plaît aidez-moi" sur son téléphone, pour pouvoir le montrer aux personnes autour de soi.

Auteur: Slate.fr

Info: http://www.slate.fr/story/177591/japon-application-frotteurs-metro-harcelement-sexuel-alerte?

[ méfiance généralisée ] [ déviance hygiéniste ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

artificialisation

L’élevage paysan est menacé parce que les lobbies financiers, ceux de l’agriculture productiviste et même une partie du lobby de la viande industrielle ont décidé de remplacer la vraie viande, plus assez rentable à leurs yeux, par de la fausse viande, du faux lait, du faux fromage, des faux œufs, beaucoup plus rentables.

Le système industriel de production de protéines animales est un échec financier comme le dénonce depuis trois décennies Via Campesina: les épizooties coûtent de 18 à 50 % du chiffre d’affaires, la Banque mondiale chiffre le coût de la grippe aviaire à 1250 milliards de dollars… mais pas question pour ces lobbies de laisser se développer l’élevage paysan. Leur réponse est simple : toujours plus d’industrialisation grâce aux biotech.

Ces lobby veulent gagner la bataille de l’opinion publique car ils se souviennent de l’échec de la viande clonée qu’ils avaient précédemment voulu imposer, c’est pourquoi ils financent mondialement des groupes animalistes. L214 a reçu ainsi plus de 1,3 million de dollars d’une organisation états-unienne qui finance, par ailleurs le secteur de la fausse viande et notamment celui des faux œufs. Chacun appréciera à sa valeur qu’une organisation fondée par deux militants anarchistes soient subventionnée par le grand capital international et qu’elle se retrouve aux côtés des lobby financiers, de la malbouffe et de ce qu’il y a de pire dans l’industrie de la viande contre l’Internationale Via Campesina… Ce généreux donateur de L214, prénommé Open Philanthropy Project (OP2), a été créé par le fonds d’investissement de Dustin Moskovitz, co-fondateur de Facebook et son épouse Cari Tuna, journaliste au Wall Street Journal. Ce généraux donateur travaille aussi avec le Fonds d’investissement de Google, et avec des milliardaires comme Bill Gates, William Hewlett (Packard), etc…

Le secteur de la fausse viande n’est pas séparable des autres biotechnologies alimentaires, comme les OGM 2eet 3egénérations, comme les imprimantes 3D alimentaires, qui fonctionnent comme une imprimante classique sauf qu’elles utilisent différents ingrédients sous forme de pâte dont des hydro-colloïdes, une substance gélatineuse chimique que l’on peut structurer, aromatiser, coloriser à volonté.. La première imprimante 3D végane a été lancée, en avril 2019, en Israël, par la société Jet Eat, dont le PDG Eshchar Ben Shitrit est un personnage central de l’industrie alimentaire sous forme d’impression 3D ….

Les grandes firmes disposent déjà de tout un vocabulaire marketing pour imposer leurs productions, elles parlent de « viande propre », de « viande éthique », de « viande cultivée », une façon de sous-entendre que la vraie viande, le vrai fromage, le vrai lait, les vrais œufs ne seraient ni propres, ni éthiques, ni même, peut être, ne relèveraient d’une quelconque culture…

La fabrication industrielle de faux produits carnés comprend une production dite a-cellulaire et une autre dite cellulaire. La production acellulaire est une technique de biologie synthétique qui utilise des micro-organismes comme des bactéries, des levures, pour synthétiser des protéines et molécules. Le gène codant d’une protéine donnée est alors clonée dans un micro-organisme qui est ensuite en mesure de le produire. Pour obtenir des protéines de lait ou de blanc d’œuf, on cultive des micro-organismes génétiquement modifiés (des bactéries, des levures et autres champignons) et on mélange ensuite ces protéines à d’autres substances végétales.

La production cellulaire consiste à reconstituer des tissus animaux en mettant en culture des cellules prélevées sur l’animal. Elle utilise pour cela des bioréacteurs sur le modèle de ceux utilisés en médecine pour fabriquer de la fausse peau. La culture des cellules se fait avec du sérum de fœtus de veau. Certaines start-up, financées par la NASA, ont pour objectif de remplacer ce sérum par des extraits de champignon… Cette fausse viande cellulaire suppose toujours un animal donneur de cellules sous forme de biopsie (sous anesthésie locale) mais un seul échantillon pourrait permettre de produire jusqu’à 20 000 tonnes de viande. Mosa Meat explique que 150 vaches suffiraient pour satisfaire la demande actuelle mondiale de viande. Cette firme néerlandaise avait précédemment inventé le premier hamburger à base de cellules (un simple collage de 20 000 fibres). Son coût de 325 000 euros avait été financé par Sergey Brin, co-fondateur de Google, Patron de la firme Alphabet inc, une émanation de Google dénoncée pour être un faux nez permettant d’échapper à l’impôt via les paradis fiscaux, il dirige aussi Google X chargé de développer la voiture automatique Google et un service mondial de livraison par drone. Il fallait donc absolument dans l’intérêt de Google que la viande soit accusée de tous les maux plutôt que les transports. Sergey Brin est non seulement la treizième fortune mondiale, mais l'une des vedettes du Forum économique de Davos dont les membres, à peine descendus de leur jet privé, ordonnait en février 2019, au petit peuple de consommer moins de viande pour… sauver la planète (prétendent-ils).

Auteur: Ariès Paul

Info: https://blogs.mediapart.fr/paul-aries/blog/230419/futurs-deputes-europeens-resisterez-vous-au-lobby-de-la-viande-de-laboratoire?

[ apprentis sorciers ] [ culpabilité ] [ schizophrénie ] [ rendement économique ] [ malbouffe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

contresens

Quand ils parlent de "transports intelligents", de "vidéos intelligentes" ou d’ "intelligence ambiante", il faut entendre l’intelligence comme une traduction de l’anglais qui signifie en fait "renseignement", que l’on retrouve par exemple chez la Central Intelligence Agency (CIA), l’agence centrale de renseignement étatsunienne. En français, l’intelligence est cette faculté éminemment humaine de comprendre. A ne pas confondre avec l’enregistrement automatique de données. L’intelligence, de l’étymologie latine inter-legere, est cette faculté de "lier entre". Alors que pour une machine, entre 0 et 1, il n’y a pas d’hésitation. C’est oui ou non. Vrai ou faux. Accès autorisé ou refusé.

Auteur: Tomjo

Info: Dans "L'enfer vert", pages 68-69

[ euphémisation ] [ politiquement correct ] [ différence ] [ mal traduit ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

tartufferie

Sur des terrains et des nappes phréatiques ravagées par 150 années de rejets chimiques et de solvants dus à la teinturerie et au nettoyage de la laine, nos écolos se satisfont de jardins familiaux, d’habitat écologique partagé, de transports doux via le canal réaménagé, d’apiculture urbaine, d’ "espaces dédiés à la biodiversité", de "trame verte". La boucle est bouclée quand Lille Métropole fait de l’Union le plus vaste écoquartier de France. Et quand, en 2009, la zone de l’Union est reconnue "projet d’avenir" par le concours "écoquartiers" du ministère de l’Ecologie. Les travailleurs taïwanais, chinois, coréens, thaïlandais, indiens ou pakistanais des usines Oxylane remercient les Verts roubaisiens pour la qualité environnementale des logements de leurs exploiteurs.

Auteur: Tomjo

Info: Dans "L'enfer vert", page 56

[ cache-misère ] [ bonne conscience ] [ pots cassés ] [ greenwashing ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

greenwashing

Chez les Verts, la question n’est pas pourquoi se déplacer, mais comment se déplacer plus, plus vite et plus loin, tout en respectant son prochain, sa génération future et le monde dont celle-ci va hériter. Rappelons que sur l’échelle des nuisances, l’ "empreinte écologique" des métros qui transportent plus vert que vert est aussi lourde que celle de la voiture individuelle. Les mégawatts d’énergie nucléaire engloutis par le métro automatique, le tramway électrique ou le data center nécessaire à la billetterie informatique, tout aussi responsables du dérèglement climatique, ne sont pas la priorité des verts. Le développement des métropoles peut continuer bon train.

Auteur: Tomjo

Info: Dans "L'enfer vert", page 42

[ coûts cachés ] [ énergie propre ] [ transports en commun ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson