Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 16
Temps de recherche: 0.0375s

concertiste

La règle à laquelle je me tiens, c’est : pas de concert le jour du voyage. Cela peut tout mettre en péril. D’autant que mes oreilles, mon âme ne sont pas encore totalement "présentes" dans le nouveau lieu. Le corps doit être également en éveil, la précision est très importante, de fait : pas d’alcool avant le concert (mais après), plutôt un bon repas de midi et une sieste - ce qui pose de plus en plus problème aujourd’hui car même les meilleurs hôtels ne sont pas à l’abri du bruit. Je vais tôt à la salle de concert, je me prépare intérieurement. La première note est d’une importance capitale.
La musique doit naître du calme.

Auteur: Schiff Andras

Info: La musique naît du silence

[ routine ] [ symbiose ] [ musique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

agriculture

Pour faire pousser les récoltes également, on peut arrêter d’utiliser des fertilisants préparés. Dans la plupart des cas une couverture permanente d’engrais vert et le retour de toute la paille et de la balle sur le sol seront suffisants. Pour fournir de l’engrais animal qui aide à décomposer la paille, j’avais l’habitude de laisser les canards aller en liberté dans les champs. Si on les y laisse aller quand ils sont canetons, pendant que les plantes sont encore toutes petites, les canards vont grandir en même temps que le riz. Dix canards vont pourvoir à tout le fumier nécessaire sur un are et aideront aussi à contrôler les mauvaises herbes.

Auteur: Fukuoka Masanobu

Info: Dans "La révolution d'un seul brin de paille", page 63

[ préparation du sol ] [ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

jugement

Dans une perspective scientifique, les choses sont grandes ou petites, mortes ou vivantes, croissantes ou décroissantes. Mais cette vision s'appuie sur des notions de temps et d'espace, et n'est pas autre chose qu'une hypothèse pratique. Dans le monde naturel, qui transcende le temps et l'espace, il n'y a, à proprement parler, ni grand ni petit, ni vie ni mort, ni ascension ni chute. Pas plus qu'il n'y a de conflit et de contraction entre les paires d'opposés, droite et gauche, rapide et lent, fort et faible.

Auteur: Fukuoka Masanobu

Info: L'agriculture naturelle : théorie et pratique pour une philosophie verte

[ inutile ] [ observateur ] [ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

stratégie

L’Ophris est une Orchidée originaire du bassin méditerranéen ayant l’aspect d’une abeille. Celle-ci a réussi, au cours de l’évolution et par l’intermédiaire d’un mimétisme perfectionné, à imiter l’insecte jusque dans sa couleur, sa forme, sa pilosité et son odeur. L’orchidée par sa structure formelle mimétique émet des exophéromones volatils qui sont identiques aux phéromones émises par les abeilles femelles au moment de la reproduction. Dupé par l’Orchidée Ophris, le mâle de l’abeille se précipite vers celle-ci, croyant trouver une partenaire sexuelle. Après s’être rapproché de la fleur, guidé par les exophéromones, le mâle de l’abeille confond la corolle de la fleur par sa couleur et son aspect physique avec une femelle Goryte et entreprend avec celle-ci un accouplement en bonne et due forme.

Auteur: Leterrier Romuald

Info: Dans "Les plantes psychotropes et la conscience", pages 38-39

[ symbiose ] [ communication ] [ fleur ] [ insecte-végétal ] [ leurre ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

homme-animal

Le vent est rapide, mais les chevaux tatars le sont encore davantage. L'idiot demandera pourquoi, mais le sage sait que c'est parce qu'un Tatar n'utilise pas d'éperons. Le cheval reste donc maître de lui-même.

Auteur: Lamb Harold

Info: Les Lames cosaques, Tome 2 : Le Khan Blanc

[ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0

écriture

Pour libérer les mots qui parleront à tous et à chacun, l’écrivain ne doit-il pas descendre au plus profond de lui-même, là où s’étend cette terre qui nous est commune, cette terre où il n’est plus de divisions, où rien ne me sépare plus de toi, où tous nous ne sommes plus qu’un seul.
Un seul corps. Une seule psyché. Une même aventure. Un même destin.

Auteur: Juliet Charles

Info: Accueils

[ unicité ] [ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0

végétaux

Les ormes lui faisaient signe ; les feuilles étaient vivantes, les arbres étaient vivants. Et les feuilles unies par des millions de fibres à son corps, là, sur le banc, descendant et montant, l’éventaient. Quand la branche s’étendait, lui aussi suivait le mouvement.

Auteur: Woolf Virginia

Info: Mrs Dalloway

[ symbiose ] [ mouvants ]

Commenter

Commentaires: 0

urbanisme

Les villes ne meurent plus. Elles enflent, elles se superposent à elles-mêmes comme des cristaux malades. Elles cherchent la lumière qu'elles absorbent.
En tant que futur architecte vous avez peut-être des propositions ? Imagineriez-vous une ville molle ? Pliable, capable de se transformer sous l'effet de la pluie et du vent ? Du gel ? Flasque comme une méduse, pleine d'eau ? ...
Pourquoi pas... Je ne sais pas quelle forme aurait une ville érodable... La forme actuelle des villes traduit notre archaïsme, notre inaptitude à enregistrer le mouvement pour le faire nôtre. Au flux de l'eau nous continuons à opposer des digues... que l'eau un jour porte à la ruine. On peut se demander s'il ne faut pas plutôt infléchir son cours, travailler avec elle... Imaginez que l'on construise un ouvrage qui aille dans le sens de l'érosion. Alors il ne pourrait jamais y avoir ruine. Il y aurait transformation...

Auteur: Clément Gilles

Info: Thomas et le Voyageur : Esquisse du jardin planétaire

[ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0

nature

Vienne est le règne de l'ombre, la ville est noire, tout y est artificiel. Je veux être seul. Je veux aller en forêt de Bohême. Mai, juin, juillet, août, septembre, octobre ; il me faut voir et explorer des choses nouvelles, je veux goûter de sombres eaux, des arbres grinçants, je veux voir des airs sauvages, m'étonner de clôtures décomposées, je veux les vivre, je veux entendre de jeunes forêts de bouleaux et des feuilles frémissantes, voir de la lumière, du soleil et jouir du vert bleuté des vallées humides au crépuscule. Sentir briller des poissons rouges, voir se construire des nuages blancs, parler aux fleurs. Contempler des herbes, des gens aux joues roses, de vieilles églises respectables, savoir dire les petits clochers ; je veux parcourir sans retenue de rondes collines couvertes de champs et traverser de grandes étendues, je veux embrasser la terre et humer les mousses chaudes et douces ; alors je donnerai forme à de belles oeuvres : des champs rayonnant de couleurs...

Auteur: Schiele Egon

Info: Lettre à son futur beau-frère

[ symbiose ] [ création ] [ manque ]

Commenter

Commentaires: 0

être humain

Ce qui fait notre force, c'est la conscience que nous avons de pouvoir, à tout moment, nous inspirer des diverses qualités de nos parents pour améliorer nos vies. Nous chassons à la façon du loup. Et quand l'hiver arrive, nous empruntons à l'ours son art de trouver un abri. Nous sommes, comme le cerf, toujours à l'affût des ennemis. De sorte que nous avons conscience de ne valoir ni plus ni moins que les autres créatures de la terre. Mais les hommes blancs raisonnent-ils de la sorte?

Auteur: Marshall Joseph

Info: L'hiver du fer sacré

[ animal ] [ famille ] [ nature ] [ symbiose ]

Commenter

Commentaires: 0