Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 32
Temps de recherche: 0.0635s

philosophia perennis

Comment exposer à des Occidentaux modernes cette "science sacrée", "initiatique" devenue inaccessible sans médiation ? La démonstration s’est appuyée tout d’abord sur une critique radicale de la pensée occidentale dans ses développements et ses bases depuis l’émergence de la philosophie grecque, première branche séparée du tronc de la grande Tradition originelle et universelle, critique débouchant sur le constat des limites et des impasses auxquelles cette séparation avait abouti. Elle s’est appliquée ensuite à approcher les vérités traditionnelles en procédant par cercles concentriques autour de l’objet recherché, par exemple en mettant en lumière les constantes dans les règles de l’art sacré des constructeurs au niveau du métier et des outils symboliques utilisés, puis des formes symboliques adoptées, carrés, dômes, etc., enfin du sens spirituel impliqué. Au terme de ces recoupements significatifs, combinant les méthodes de l’histoire comparée des religions aux pratiques de l’accumulation des témoignages comme preuve d’authenticité à la façon dont avaient procédé les traditionnalistes catholiques du début du XIXe siècle, se dégageait "la doctrine".

Auteur: Laurant Jean-Pierre

Info: Dans "René Guénon, les enjeux d'une lecture", page 20

[ investigation ] [ archéologie symbolique ] [ schisme nord-sud ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

jouet

A ma surprise, l’enfant s’exalta à l’idée d’une poupée-fleur. […]
Son comportement à son égard fut, au début, une très grande affection s’accompagnant d’une possibilité de me parler des difficultés que cette poupée avait à être sociable. La poupée-fleur devint le bouc émissaire des troubles psychosomatiques de l’enfant ; et, à partir du moment où l’enfant devint négative à l’égard de cette poupée, elle devint positive à l’égard d’elle-même. […] Elle me donna les raisons profondes et instinctuelles de son comportement paranoïaque. Après cet entretien libératoire, l’enfant projeta les difficultés motrices qu’elle avait, et les sentiments de culpabilité qui l’accompagnaient, sur une poupée animale dont le transfert subit le même processus […] : d’abord investissement positif ; puis, identification de la poupée à elle-même ; puis, rejet définitif après destruction de cet animal bouc-émissaire, qui libéra définitivement l’enfant de sa grave psycho-névrose.

Auteur: Dolto Françoise

Info: Jeux de poupées, Mercure de France, 1999

[ médiation symbolique ] [ psychothérapie ] [ projection ] [ image de soi ] [ solution ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

diffraction

On pourrait dire que, dans un septénaire ainsi constitué, un est au centre et six à la circonférence ; en d’autres termes, un tel septénaire est formé de l’unité et du sénaire, l’unité correspondant au principe non manifesté et le sénaire à l’ensemble de la manifestation. Nous pouvons faire un rapprochement entre ceci et le symbolisme de la "semaine" dans la Genèse hébraïque, car, là aussi, le septième terme est essentiellement différent des six autres : la création, en effet, est l’"œuvre des six jours" et non pas des sept ; et le septième jour est celui du "repos". Ce septième terme, qu’on pourrait désigner comme le terme "sabbatique", est véritablement aussi le premier, car ce "repos" n’est pas autre chose que la rentrée du Principe créateur dans l’état initial de non-manifestation, état dont, d’ailleurs, il n’est sorti qu’en apparence, par rapport à la création et pour produire celle-ci suivant le cycle sénaire, mais dont, en soi, il n’est jamais sorti en réalité. De même que le point n’est pas affecté par le déploiement de l’espace, bien qu’il semble sortir de lui-même pour en décrire les six directions, ni la lumière blanche par l’irradiation de l’arc-en-ciel, bien qu’elle semble s’y diviser pour en former les six couleurs, de même le Principe non manifesté, sans lequel la manifestation ne saurait être en aucune façon, tout en paraissant agir et s’exprimer dans l’"œuvre des six jours", n’est pourtant aucunement affecté par cette manifestation ; et le "septième rayon" est la "Voie" par laquelle l’être, ayant parcouru le cycle de la manifestation, revient au non-manifesté et est uni effectivement au Principe, dont cependant, dans la manifestation même, il n’a jamais été séparé qu’en mode illusoire.

Auteur: Guénon René

Info: Dans "Symboles de la science sacrée", page 332

[ symbolique ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

alchimie

Ainsi que l’indiquent à eux seuls le nom que s’est donné l’art spagirique ou la devise souvent répétée : "Solve et coagula" (dissous et coagule), l’alchimiste voit l’essentiel de son art dans la séparation et la dissolution d’une part, la réunion et la coagulation d’autre part. Il est tout d’abord en présence d’un état initial dans lequel les tendances et les forces opposées sont en lutte les unes avec les autres, et doit ensuite affronter le grand problème d’un processus capable de ramener à l’unité les éléments et les qualités séparées et ennemis. Dans cette affaire, l’état initial ou "chaos" n’était pas fourni d’emblée, mais il fallait le découvrir en recherchant la materia prima.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Dans "Mysterium conjunctionis", tome 1, pages 20-21

[ symbolique ] [ objectif ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

pouvoirs yogiques

Pour le Hathayoga, les postures ont une valeur magique très accentuée ; par exemple padmâsana guérit n’importe quelle maladie (Gherandasamhitâ, II, 8), muktâsana et vajrâsana donnent des "pouvoirs miraculeux" (ibid., II, 11-12), mrtâsana calme les agitations de l’esprit (II, 19), bhujangâsana éveille la Kundalini (II, 42-43), etc. Il y a des âsanas qui "conquièrent la mort", mrtyum jayati, cliché spécifique aux textes hathayogiques.

Auteur: Eliade Mircea

Info: Dans "Techniques du yoga" pages 294-295

[ iddhis ] [ symbolique ] [ corps-esprit ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

individuation

Lorsque l’enfant réussit à se cuirasser contre la douleur et à faire preuve de rebond vital, de résilience, il va souvent suivre la pente du héros. Le héros dans tous les mythes a une origine princière, mais il est blessé, voire abandonné d’une façon ou d’une autre, et doit trouver un moyen de compenser son extrême fragilité en découvrant sa destinée qui est toujours en partie différente de celle de son groupe familial. Quitte à le retrouver bien des années plus tard lorsqu’il rentrera de ses épopées porteur du trésor, ou du remède, dont sa communauté a besoin. Le conte que mes analysants m’ont rappelé le plus souvent est bien sûr celui du "vilain petit canard" du poète danois Andersen. Une mère cane découvre parmi ses œufs un œuf d’allure bizarre. Puis c’est le caneton qui lui aussi paraît bizarre et, en tout cas, différent du reste de la couvée. Le pauvre oiseau grandit sans jamais se sentir à sa place, systématiquement les autres canards, les canards BCBG le snobent. Mais un jour, il aperçoit près d’un lac un groupe de magnifiques oiseaux blancs. Fasciné par la famille cygnes, il s’approche timidement, et pendant qu’il se penche sur la berge pour boire il rencontre dans l’eau son image. Lui aussi est devenu maintenant un bel oiseau lumineux.
En analyse on commence par rencontrer tous les aspects de soi-même par lesquels on s’est senti isolé, différent, incompris, inacceptable, récusé, humilié, vilain petit canard. Puis peu à peu en suivant le fil de l’âme et en découvrant un sens à sa vie, on résonne au diapason d’êtres de plus en plus nombreux, ornés des mêmes plumes scintillantes acquises dans la traversée de chaque épreuve. On ne naît pas cygne, on le devient…
Mais cet enfant héros, cet enfant cygne, s’il est souvent précoce, voire surdoué, dans certains domaines de la vie – arts, carrière, fortune, notoriété naissent souvent sous ses pas –, reste marqué par la fêlure des carences oubliées. Et c’est dans le domaine de l’engagement affectif qu’il est le plus fragile, soit qu’il tombe dans la passion amoureuse avec la force compulsive de l’addiction, soit qu’il se protège et se mure derrière une haie d’épines digne de la plus endormie des belles au bois dormant. Les sentiments oscillent entre la dépendance affective et l’anesthésie. Les scénarios de désillusion se répètent et ce n’est parfois que tard dans l’existence que notre héros/héroïne acceptera, à la faveur d’une rencontre, de se décongeler, de sortir son cœur du freezer pour que la vie maternelle le réchauffe doucement. [...]
Guérir de son passé, s’individuer, cela revient finalement à retrouver le grand souffle heureux de l’âme du monde. Celui qui habite le nouveau-né avant que les épreuves de la vie ne commencent. C’est trouver son propre souffle. Commencer, ou recommencer à aimer, quel que soit l’âge, quels que soient les hauts et bas de la vie. Redevenir enfant, renouer avec la confiance de l’enfant, mais chargé de toute la maturité conquise au travers de ces seuils initiatiques que sont les épreuves que chacun traversera à coup sûr. Ce n’est pas un hasard si toutes les voies de sagesse enseignent que l’éveillé est comme un petit enfant, simple et presque naïf, rien ne le distingue dans la rue des autres hommes, mais, comme dit joliment la tradition zen, partout où il va, autour de lui les cerisiers fleurissent.

Auteur: Colonna Marie-Laure

Info: Dans "Réenchanter l’Occident, vers un éveil de la conscience individuelle et collective"

[ symbolique ] [ révolution personnelle ] [ amor fati ] [ symptôme-sinthome ] [ psychanalyse ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

posture yogique

Au niveau du corps, l’âsana est une ekâgratâ, une concentration en un seul point ; le corps est "tendu", "concentré" en une seule position. De même que l’ekâgratâ met fin aux fluctuations et à la dispersion des "états de conscience", de même l’âsana met fin à la mobilité et à la disponibilité du corps, en réduisant l’infinité des positions possibles de l’homme à une seule posture, archétypale, iconographique.

Auteur: Eliade Mircea

Info: Dans "Techniques du yoga" page 91

[ comparaison ] [ psychique-physique ] [ symbolique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

centrage

Quand une personne est satisfaite ou confortable, le prâna se trouve davantage à l’intérieur. Au contraire, quand une personne est perturbée, le prâna est dispersé. On espère ramener à zéro la quantité de prâna qui se trouve à l’extérieur par la pratique du prânâyâma. En fait l’une des définitions du mot yogin est "celui dont le prâna se trouve à l’intérieur du corps". Dans la vie, nos actions perturbent souvent l’esprit et augmentent la quantité de prâna à l’extérieur du corps.

Auteur: Berthelet-Lorelle Christiane

Info: Dans "La sagesse du désir" page 353

[ symbolique ] [ concentration ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

respiration

Tandis que prâna est la force vitale que l’on tente à l’inspir de ramener à l’intérieur du corps dans la région de la poitrine, apâna représente toutes les impuretés tant physiques que psychiques qui s’accumulent dans la région de l’abdomen, et que l’expir va permettre d’éliminer. […] Quelqu’un qui a le souffle court et qui n’arrive pas à faire des rétentions ou à allonger des expirations a davantage d’apâna. Plus on a d’apâna et plus on souffre de toutes sortes de problèmes dans toutes les régions du corps. L’activité du yoga consiste à le réduire en sollicitant toutes les techniques qui attisent la combustion. L’on dit en effet qu’il y a un feu à l’intérieur du corps et qu’il se trouve entre prâna et apâna. Le siège de ce feu se situe près du nombril. Au cours de l’inspir, il se produit un mouvement descendant du souffle. Ce mouvement vers le bas produit un courant d’air qui attire la flamme vers le bas. C’est cette flamme-là qui brûle la "souillure" du corps. Pendant l’expir, le courant d’air est orienté dans l’autre sens en remontant, et conduit l’impureté calcinée à l’extérieur. C’est pendant l’inspir et la rétention à plein qu’a lieu la combustion. Au cours de l’expir, l’apâna calciné se dirige vers prâna et ensuite sort du corps. C’est là l’effet du prânâyâma.

Auteur: Berthelet-Lorelle Christiane

Info: Dans "La sagesse du désir" page 88

[ symbolique ] [ nettoyage ] [ inspiration-expiration ] [ méditation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

asana

Mahâmudrâ est une posture qui stimule et canalise l’énergie. Mudrâ signifie "sceau". Elle scelle l’énergie à l’intérieur du corps. Elle consiste à s’asseoir, une jambe allongée devant soi, l’autre repliée, le talon vers le périnée, et à ainsi attraper avec les deux mains le pied qui est devant soi, ou à poser les deux mains sur le tibia, le dos redressé, la nuque allongée, le menton rétracté contre la gorge. Le Hatha-yoga-pradîpikâ dit qu’elle confère de grands pouvoirs : "les grandes causes de souffrance, et tous les maux, à commencer par la mort, sont détruits par cette mudrâ, dit le texte. C’est pourquoi les sages très avisés la nomment la grande mudrâ." […] Mahâmudrâ, dans la maîtrise qu’elle installe, vise à mettre sous le joug les passions.

Auteur: Berthelet-Lorelle Christiane

Info: Dans "La sagesse du désir" pages 83-84

[ description ] [ symbolique ] [ exercice corporel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson