Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 284
Temps de recherche: 0.3978s

citation s'appliquant à ce logiciel

Une vérité qui n'est pas de simple logique, comme "il est mort donc il n'est plus là" est toujours éphémère. Ce qu'on pourra aussi nommer "la moins mauvaise approximation de l'exactitude", est donc très très souvent un point de vue fugace sur une situation qui ne l'est pas moins.

Nous avons alors la littérature, qui permet de retranscrire telle ou telle appréciation/formulation d'une situation, de la figer, la ralentir, l'observer sous plusieurs angles, etc...

Nous voilà avec un extrait.

Tel est un des objectifs principaux de FLP : capturer ces instants verbalisés du réel (ou pas), figés par le langage et le talent des écrivants. Et puis, une fois captés par l'esprit du lecteur, les insérer dans le corpus de la base de données de manière... comment dire ? ... intelligente.

En s'appuyant sur le langage, le sens des mots et des phrases.

Que signifie ceci ? Eh bien que la personne qui insert un extrait sur FLP le prenne avec un peu de distanciation, le relise, y réfléchisse, tout ça afin de respecter les règles d'étiquetage et d'insertion des auteurs...

Ensuite une discussion pourra éventuellement s'installer avec d'autres, modérateurs parfois, sur la signification de l'extrait (au sens du signe de Pierce) ou sur son étiquetage, voire ses sources, la qualité d'une traduction... .

Rien n'est arrêté, rien ne le sera jamais. FLP est un espace où tout extrait/signe peut être stocké et "rangé". Ensemble.

L'aventure, le jeu, continuent.

.

Auteur: Mg

Info: 12 déc 2019

[ . ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

Verbe

O Brhaspati, quand fut prononcée à l’origine la première Parole,
et qu’on donna des noms aux choses,
ce qu’il y avait en celles-ci de meilleur,
de pur, et qui était caché, se révéla avec amour.

Auteur: Rigveda

Info: Rig-Veda 10.71, traduction Jean Varenne

[ épanouissement ] [ source ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

fiction

Selon l’étude proposée par M. Harris Williams dans son article Underlying Pattern in Bion’s "A Memoir of the future”, dans un paysage de guerre qui, métaphoriquement, semble représenter le moment préhistorique où les couches crétacées vont se transformer en alluvions et où l’humanité va succéder aux dinosaures, l’expérience redoutée comme dangereuse semble être l’union entre les "prénatals" et les "post-natals".
Parmi ces "personnages" du Groupe de voix internes de Bion, les "prénatals" sont, par définition, capables d’éprouver mais pas de penser ; les "post-natals" sont au contraire équipés pour les premières tentatives de compréhension.
Les "post-natals" qui, à la naissance, héritent de la "cloison" d’une séparation reconnue, à travers laquelle la crainte de la destruction réciproque ne peut pénétrer, semblent avoir la responsabilité de la traduction en métaphore de la "réalité somitique". En effet, les "somites", éléments de psyché-corps comprenant le fœtus, ne peuvent dire leur "ressenti intérieur", leur importante réalité physique. Comme l’affirme Bion, ils dépendent de la reconnaissance d’âmes post-natales.

Auteur: Neri Claudio

Info: Dans "Lire Bion", page 205

[ croissance ] [ chair-esprit ] [ appareil à penser les pensées ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

écriture

LE style, quand il est convenablement manié (comme vous pouvez être sûr que je crois que l'est le mien), n'est qu'un nom différent pour la conversation : De même que personne, sachant se comporter dans la bonne société, ne s'aviserait de toute dire ; — ainsi aucun auteur comprenant les justes bornes du décorum et du savoir-vivre, ne se permettrait de tout penser : le respect le plus réel que vous puissiez rendre à l'intelligence du lecteur, c'est de partager amicalement la chose par la moitié, et de lui laisser à son tour, ainsi qu'à vous-même, quelque chose à imaginer.

Auteur: Sterne Laurence

Info: Vies et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme, p.21. Livre II, chapitre XI, traduction de Alfred Hédouin, en Folio.

[ conseil ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

libération

La mort est aujourd’hui devant ma face
comme la guérison que reçoit le malade
sa première sortie après le temps des maux

La mort est aujourd’hui devant ma face
comme l’arôme de la myrrhe
le repos sous la voile aux jours battus de vent

La mort est aujourd’hui devant ma face
comme un parfum de lotus en fleur
comme la berge de l’ivresse où l’on repose

La mort est aujourd’hui devant ma face
comme un chemin de pluie après l’orage
comme un retour au port sur la nef de combat

La mort est aujourd’hui devant ma face
comme le ciel purifié des nues
comme un pays sans nom où se perd l’oiseleur

La mort est aujourd’hui devant ma face
pareille à ce désir de revoir sa demeure
qui étreint l’homme longtemps captif et libre enfin

Auteur: anonyme ancienne Egypte

Info: Papyrus Berlin 3024, dit du Lebensmüde. Dialogue d’un homme avec son âme ba (ou Chants du désespéré) , Troisième chant . Traduction de Gustave Roud (in Cahiers Gustave Roud, n° 3, Lausanne et Carrouge 1982). D'après d’Adolf Erman

[ mourir ] [ poème ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

pleine conscience

Le Zen est, dans son essence, l’art de voir dans la nature de son être. Il indique la voie de l’esclavage à la liberté. Nous pouvons dire que le Zen libère toutes les énergies accumulées normalement et naturellement en chacun de nous, et qui, dans les circonstances ordinaires, sont contractées et déformées au point de ne pouvoir trouver une voie qui leur permette d’agir. L’objectif du Zen est donc de nous sauver de la paralysie et de la folie. C’est ce que je veux exprimer par cette liberté qui donne libre jeu à toutes les impulsions créatrices et bienfaisantes innées en notre cœur. Généralement, nous restons aveugles à ce fait que nous sommes en possession de toutes les facultés nécessaires pour être heureux et pleins d’amour les uns pour les autres.

Auteur: Suzuki Daisetz Téitaro

Info: Essais sur le bouddhisme Zen, traduction Jean Herbert

[ défini ] [ état de conscience non ordinaire ] [ expansion de soi ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

regrets amoureux

Toi et moi quand on s'aimait
Le soleil mieux réchauffait,
Chaudes étaient toutes les rivières
Et les brises fort légères,
Mais depuis qu'on s'est haïs
Les rivières ont refroidi
Et les rafales ont durci,
Des nues noires ont bondi,
Le soleil fut envahi,
Et la lune pour moitié,
Les étoiles sont toutes tombées.

Auteur: Mazilu Teodor

Info: Toi et moi quand on s'aimait, traduction française d'Aurel George Boeșteanu

[ tristesse ] [ poème ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

déclaration d'amour

Personne, personne ne nous désunit.
Sur la même terre, sous le même ciel sans fin
Ta chair et la mienne ne font qu’un
Dans la vie, dans la mort aussi
Et au-delà, au-delà, beaucoup plus loin.

Personne, non, ne peut nous partager
En deux : tous deux sommes unis,
Sommes un seul et même être, aussi
Longtemps que la lune ira rouler
Son visage entre le nord et le midi.

Os du même os, pensée de la même pensée,
De mes mains le sang toujours et encore
Passe en tes mains, tantôt brûlant, tantôt glacé.
En nous deux un seul loup affamé
Dans une cage enfermé
Mord,
De vie affamé.

Qui tenterait de dérober
Tes épaules aux miennes collées ?
Les mêmes blancs pigeons
Volettent au-dessus de la même forêt
Et sous la même hache, d’un coup, tomberont.

Si l’on pouvait de nouveau
Séparer la terre des eaux !
Mes yeux sont sous tes paupières à toi,
Ma poitrine pour toi respire, cueille pour toi,
L’ange de la mort lui-même ne nous déliera.

Ni le pâle, ni l’épouvantable ange de la mort…

Auteur: Stancu Zaharia

Info: Personne, personne..., traduction française d'Aurel George Boeșteanu

[ poème ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

théologie

Préambule pour la chaîne "Considérations sur le Temps".

Je pensais jusque là que te temps n'existe pas en dehors de la race. Et qu'il n'a aucune importance puisque sa durée est illimitée... Même si dans l'absolu c'est une contre vérité.

Les requins ont 400 millions d'années au compteur, il semble que leur univers soit immédiat, inchangé... Ils ont atteint une certaine forme de perfection par rapport à leur milieu, plutôt stable lui aussi : l'océan. Belle homéostasie ma foi.
Mais pour faire quoi ?

L'humain a lui émergé il a quelques centaines de milliers d'années. Autant dire que son parcours en tant qu'espèce est étonnamment rapide. Ou dérisoire ?
Cousin du requin parce qu'issu lui aussi de l'extraordinaire machine Gaïa, l'homme est un parent instable, jamais adapté ni satisfait... On le dirait perdu dans sa croissance, dans l'accélération de son avidité même. Il est curieux, il veut savoir... Il veut plus. Et la culture consumériste le pousse de plusieurs crans dans cette direction. Moustique qui se rue dans la flamme de la bougie ? Parallèlement, au bénéfice d'une mémoire externalisée donc collective, l'humain ne cesse d'agrandir sa conscience, l'idée de sa place dans le cosmos, parmi les autres vivants, son Moi, etc. Sans parler de son efficacité létale (et peut-être très éphémère) par rapport au reste de la vie bactérielle.

Le temps n'existe pas hors notre espèce pour l'unique raison que, n'ayant jamais trouvé moyen de communiquer sur le sujet avec une autre entité vivante, nous n'avons pas d'autre point de vue sur la question. Il est de fait anthropomorphique. Et cette toute petite focale (la notre), qui constate sans cesse ce non "partage du présent" avec les autres entités de cette réalité, isolés les uns des autres en tant qu'espèces, nous ramène aux monades de Leibniz.

Il se trouve cependant que notre monade de primates dépoilés eut un jour ce coup de génie (folie?), qui consista à associer des signes écrits avec des éléments de sa réalité. Signes qui firent - et font désormais - consensus général quant à leurs définitions communes. Notre monde de sapiens transposé dans le langage. Transmutation qui, de par l'ouverture qu'elle apporte et la paresse physique qu'elle permet, a rapidement correspondu à une sorte de drogue. Plus grands accros à cette came, les ci-nommés intellos, philosophes... et autres grandes lectrices.

L'univers de l'animal, plus immédiat parce que non transcodé et différé par le langage, ressemble à un cosmos vierge et pur, qui vit l'instant, sans tous ces paramètres passés mémorisés, distractions, envies d'être ailleurs... pour le polluer. Que se racontent les oiseaux d'ailleurs ?

L'homme vit dans les commentaires de ce qu'il vit. Dans un monde conceptuel, notionnel.

Est-ce suicidaire ? Peut-être... Qui sait ?... On verra... On s'en fout.

Disons que non.

Tout ceci laisse à penser que si des arbres du vivant se sont développés sur d'autres planètes - et que l'humanité perdure pour se retrouver en position de les explorer - il faudra évidemment rechercher des races qui ont développé langage et mémoire externes. Histoire de rester à notre niveau... et surtout d'avancer en essayant de tirer leçon de ces échanges.

Alors un patient travail de traduction pourra être entamé. On aimerait tous en être j'en suis sûr.

Le temps à immense importance. Sans lui tout se passerait simultanément (ah ah ah...) Aucunement stressé par quelque survie immédiate, ou autre "objectif à atteindre", à l'instar de notre monde de compétition marchande et avide, il laisse place aux innombrables développements d'infinies variantes qui, pour le grand bonheur du contemplatif, ne cesseront jamais de le désennuyer.

Il existe certainement quelque part une théorie qui démontre que le Dieu (ou ce que certains tentent d'imaginer sous ce symbole) ne peut qu'être dans cette position paradoxale. Un Créateur impuissant.

S'il ne l'était pas il enlèverait sa liberté au vivant, donc à l'homme.

Je termine ce petit essai en soulignant les deux pensées opposées qui débutent cette chaîne de citations.

Éternel débat entre créationnistes et non créationnistes.

Auteur: Mg

Info: juillet 2019

[ interrogations ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

défaut de simplicité

L'idée que l'interdépendance de la nature est complexe et très détaillée n'est que le résultat de sa traduction dans les unités linéaires de la pensée. Malgré sa rigueur et malgré ses succès initiaux, c'est un mode d'intelligence extrêmement maladroit. Comme si on abordait une tâche aussi compliquée que boire de l'eau avec une fourchette plutôt qu'avec un verre. La complexité de la nature n'est donc pas innée, mais une conséquence des instruments utilisés pour la manipuler. Il n'y a rien de complexe à marcher, respirer et faire circuler son sang. Les organismes vivants ont développé ces fonctions sans y penser du tout.

Auteur: Watts Alan Wilson

Info: Nature, Man, and Woman. Part I, Chapter 2 (p. 62) Vintage Books. New York, New York, USA. 1970

[ complexification des approches ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel