Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
FLP, dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits, recherche mots ou phrases tous azimuths.  ExemplesPunchlinesJeux et Passe-tempsChainesHumourRéparties.  ... Lire la suite >>
Search results: 856
Search time counter: 0.6594s

quête

Nous demandons seulement un peu d'ordre pour nous protéger du chaos. Rien n'est plus douloureux, plus angoissant qu'une pensée qui s'échappe à elle-même, des idées qui fuient, qui disparaissent à peine ébauchées,... Nous perdons sans cesse nos idées. C'est pourquoi nous voulons tant nous accrocher à des opinions arrêtées... Mais l'art, la science, la philosophie exigent davantage : ils tirent des plans sur le chaos. Ces trois disciplines ne sont pas comme les religions qui invoquent des dynasties de dieux, ou l'épiphanie d'un seul dieu pour peindre sur l'ombrelle un firmament d'où dériveraient nos opinions. La philosophie, la science et l'art veulent que nous déchirions le firmament et que nous plongions dans le chaos. Nous ne le vaincrons qu'à ce prix.

Auteur: Deleuze Gilles

Info: Qu'est-ce que la philosophie ?

[ oser ] [ triade ] [ beaux-arts ] [ culture ] [ dépassement ]

Commenter

Commentaires: 0

détente

L'alcool, le tabac, les femmes étaient trois choses dont les lettrés libertins ne pouvaient se prévaloir : c'était un plaisir que ces matelots pouvaient s'accorder, eux aussi. Bien qu'il ne s'agît que d'alcool fort, de tabac ordinaire et de femmes plus banales encore... , les hommes avaient le coeur battant, l'esprit enivré, la bouche pâteuse... même s'ils ne mangeaient rien que du chou vinaigré, du potiron ou du boeuf mariné et ne faisaient que débiter des grossièretés. Ils pouvaient confier ce qu'ils avaient sur le coeur ou proférer des paroles flatteuses à ces femmes sur leur figure ou sur leurs jambes, qu'ils leur susurraient ou leur disaient plus crûment. Ils s'imprégnaient de cette humeur gaillarde, oubliant le monde entier, oubliant leur passé comme leur avenir.

Auteur: Shen Congwen

Info: Le périple de Xiang et autres nouvelles, Baizi

[ divertissement ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

économie

Ainsi, des propriétaires fonciers vivant de fermages, des capitalistes vivant d'intérêts, et des travailleurs vivant de salaires, tels sont les trois types dont se compose la société au point de vue de l'économie politique, ou comme qui dirait les trois classes économiques de voyageurs emportées par le convoi social. Mais il faut le dire immédiatement : tandis que, sur les chemins de fer, chaque catégorie de voyageurs est séparée et doit demeurer distincte des deux autres, dans la société, tout au contraire, toutes ces catégories sont le plus souvent réunies et tendent de jour en jour à se mêler les unes aux autres, nombre d'entre nous appartenant déjà, et le reste s'efforçant d'appartenir, non point à une seule, mais à deux d'entre elles et même à toutes les trois.

Auteur: Walras Léon

Info: Les Associations populaires de consommation, de production et de crédit, 1865

[ sociologie ] [ mélange ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

triade

Les Grecs anciens distinguent trois formes d'amour: l'éros, la philia et l'agapè. L'éros désigne l'attirance sexuelle ou le désir (aussi nommé orgê, agitation intérieure). L'agapè désigne l'empathie, l'amour de la vérité, des autres et de l'humanité, l'altruisme. Enfin la philia désigne l'amitié.
La plupart des citoyens grecs ont une épouse pour tenir leur maison, concevoir et élever les enfants, des concubines acquises ou enlevées, et des hétaïres (compagnes, amies, amantes) dont le statut social relève parfois de la prostitution. Les hétaïres sont d'abord des prêtresses qui se vendent contre de l'argent remis au temple, comme les hiérodules d'Aphrodite à Corinthe.
L'hétaïre devient parfois la première femme d'un homme d'Etat; ainsi Aspasie, maîtresse de Périclès, institue des écoles d'hétaïres fréquentées aussi bien par des jeunes filles libres que des femmes mariées.

Auteur: Attali Jacques

Info: Amours : Histoires des relations entre les hommes et les femmes

[ vocabulaire ] [ précision ]

Commenter

Commentaires: 0

triade

Si je devais désigner les trois ressources de la vie les plus précieuses, je citerais les livres, les amis et la nature ; et des trois, la plus précieuse, celle du moins qui est la plus constante et la plus disponible, est la nature. La nature nous accompagne en permanence, elle est un inépuisable réservoir de ce qui touche le coeur, plait à l'esprit et enflamme l'imagination - santé du corps, stimulant de l'esprit, joie de l'âme. Pour le savant, la Nature est un réservoir de faits, de lois, de processus ; pour l'artiste, un réservoir d'images ; pour le poète un réservoir d'images, d'imaginations, une source d'inspiration ; pour le moraliste, elle est un réservoir de préceptes et de paraboles ; à tous elle peut apporter joie et connaissance.

Auteur: Burroughs John

Info: L'Art de Voir les Choses, Textes Choisis

[ réconfort ]

Commenter

Commentaires: 0

métaphysique

Qu'on se rappelle que le Feu, l'Eau et l'Air de l'Occultisme, ou les prétendus "Eléments de la Création Primaire", ne sont pas les éléments composés qu'ils sont sur la terre, mais les Eléments nouménaux et homogènes – les Esprits des éléments terrestres. Viennent alors les Groupes ou Multiples Septénaires. Si on les plaçait en lignes parallèles avec les atomes, sur un tableau, on verrait que les natures de ces Etres correspondent, sur leur échelle descendante de progression, à des éléments analogiquement composés d'une façon mathématiquement identique. Cela ne se rapporte, bien entendu, qu'aux tableaux faits par des Occultistes car si l'échelle des Etres Angéliques était placée sur des lignes parallèles à celle de l'échelle des atomes chimiques de la Science – de l'Hélium hypothétique jusqu'à l'Uranium – on trouverait, il va sans dire, de la différence.

Auteur: Blavatsky Helena Petrovna

Info: La doctrine secrète, tome 1 : La cosmogenèse - L'évolution cosmique - Les stances de Dzyan

[ ésotérisme ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

Grèce antique

Nous connaissons le nom d'environ deux milles écrivains grecs anciens. Même rapporté à la longue durée qui sépare Homère du triomphe du christianisme, ce nombre est considérable et illustre bien l'extraordinaire fécondité de la littérature hellénique. Cette littérature, dans sa très grande majorité, a disparu dans les trois grandes épreuves que furent pour l'héritage de l'Antiquité l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie, la substitution des codex en parchemin au volume en papyrus, et enfin la crise de l'Empire byzantin à l'époque de l'iconoclasme, soit aux VIIe et VIIIe siècle de notre ère. Pourtant ce qui en subsiste, fruit tantôt du hasard, tantôt du choix effectué par les érudits ou les maîtres d'école, représente encore une masse énorme d'ouvrages de toutes sortes, trop souvent fragmentaires ou imparfaitement conservés, mais où les lettres de l'Occident n'ont pas fini de trouver des modèles.

Auteur: Chamoux François

Info: Les grandes Civilisations 2, La civilisation grecque, à l'époque archaïque et classique, p. 303, Penseurs et poètes

[ triade ] [ littérature ] [ Historique ]

Commenter

Commentaires: 0

colonialisme

[...] Tout comme à l'apogée de la colonisation, l'absolutisme de la langue française était un humus empoisonné sur lequel poussaient nécessairement des plantes malsaines : l'apprentissage jamais achevé de ses raffinements retenait dans l'infantilisme ; l'exclusion inévitable ou calculée hors de ce paradis de l'immense majorité des populations produisait l'obscurantisme, la stagnation sociale et politique, ainsi que la frustration des masses. La rareté infinitésimale des élites, ces élus qui, surmontant tous les handicaps, parvenaient à la conquête d'un diplôme, en faisant un arbuste malingre qu'on enfermait dans la serre chaude des quartiers séparés où elles se laissaient déposséder d'elles-mêmes. L'assujettissement sans espoir faisait lever des moissons de révolte. Décidément, se persuadait le frère de Perpétue, l'Afrique est ravagée par trois grands fléaux, la dictature, l'alcoolisme et la langue française, à moins que ce ne soient trois visages d'un même malheur. [...]

Auteur: Beti Mongo

Info: Perpétue et l'habitude du malheur, pages 134-135

[ langage ] [ oppression ] [ Gaule ] [ Triade ]

Commenter

Commentaires: 0

naître

Notre vraie naissance, par conséquent, la naissance de notre moi, c'est-à-dire cette conscience d'être quelqu'un d'unique et de permanent que seule la mémoire peut donner, commence à cinq ou six ans. Pour nous la vie commence à ce moment et pas avant. Avant existe le souvenir des autres et non le nôtre. Et les autres nous disent que nous naissons à la lumière du soleil cinq ou six années auparavant et la physiologie nous apprend que nous commençons à exister neuf mois avant la naissance sociale et officielle. Il existe donc, pour chaque homme, trois naissances qu'il faut tenir séparées : la naissance pour la mère ; la naissance pour le monde et la naissance pour nous-mêmes. Les deux naissances qui comptent vraiment sont la première et la dernière et c'est peut-être pour cette raison que les hommes tiennent compte seulement de la deuxième.

Auteur: Papini Giovanni

Info:

[ triade ] [ conscience ] [ source ]

Commenter

Commentaires: 0

espoir

- Je connais beaucoup de contes, grâce à mon père, répond Rosa. Mais cela n'a rien à voir avec l'hassidisme. Je leur ai toutefois raconté l'histoire de l'homme et ses trois chèvres : Foi, Amour et Espérance. Foi se faufile un jour à travers la clôture qui entoure la maison, s'égare dans la forêt et se fait manger par un loup. Il ne reste plus que ses sabots. Amour renverse une lampe à pétrole que l'homme négligent avait laissée dans la bergerie et prend feu. D'elle ne subsiste qu'un morceau de charbon. Désormais, l'homme est aux petits soins avec Espérance, la dernière chèvre qui lui reste. Il la gâte et la bichonne, bien qu'il soit devenu pauvre et ait lui-même à peine de quoi vivre. Il se montre généreux envers elle, dépense l'argent qui lui reste en nourriture, jusqu'à mourir de faim à ses côtés. On le retrouve mort dans la bergerie. Ses mains sont agrippées aux cornes de l'animal.

Auteur: Vertlib Vladimir

Info: L'Etrange mémoire de Rosa Masur

[ littérature ] [ triade ] [ fable ]

Commenter

Commentaires: 0