Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemnmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.   ... Lire la suite >>
Search results: 7
Search time counter: 0.1696s

femmes-hommes

Chez les quinze à vingt-neuf ans, 11,6% des hommes ont obtenu le bac, contre 14,6% chez les femmes.

Auteur: Pontaut Jean-Marie et Szpiner Francis

Info: L'Etat hors-la-loi

[ mâles-femelles ] [ vus-scientifiquement ]

Commenter

Commentaires: 0

alcool

C'était deux braves filles, Tito et Baby. Elles avaient l'air d'avoir dans les soixante ans, mais elles étaient plus près de quarante. Le vin, la vie. Moi, j'en avais vingt-neuf, et on m'en donnait cinquante. Le vin, la vie.

Auteur: Bukowski Charles

Info: Nouveaux contes de la folie ordinaire

[ drogue ] [ excès ] [ vieillir ]

Commenter

Commentaires: 0

couple

Deux personnes peuvent parfaitement se marier parce qu'elles se trouvent trop seules, ou parce qu'elles s'entendent bien, ou encore par intérêt, pour des raisons pratiques. Quand je dis que l'affection et l'amour ne peuvent coexister, l'une peut fort bien remplacer l'autre. Je ne suis pas sûr que les mariages d'affection ne soient pas les plus réussis, en définitive.

Auteur: Somerset Maugham William

Info: Les quatre Hollandais : Et vingt-neuf autres nouvelles

[ union ] [ attachement ]

Commenter

Commentaires: 0

couple

Enfin le jour arriva où ils devinrent amants. Mais la relation physique ne leur paraissait pas l'élément essentiel de leurs rapports et, d'ailleurs, les circonstances leur interdisaient, sinon de manière tout à fait exceptionnelle, de pouvoir se rencontrer en complète intimité. Ils se contentaient de se voir quotidiennement, bien que ce fût dans la compagnie d'autres personnes. Leur amour se rassasiait d'un regard, d'une furtive étreinte de leurs mains, et l'acte sexuel n'était pour eux que la sanction d'une alliance spirituelle.

Auteur: Somerset Maugham William

Info: Les quatre Hollandais : Et vingt-neuf autres nouvelles

[ union ] [ pureté ] [ complicité ]

Commenter

Commentaires: 0

anecdote

M. de Mornay, gouverneur de Saint-Cloud, retiré au Palais-Royal à l'âge de quatre-vingt-neuf ans, eut, un jour de mardi gras, une crise qui lui fit croire qu'il ne passerait pas la journée. M. F..., son neveu, l'étant allé voir ce jour-là, entra dans sa chambre sans se faire annoncer, et ne fut pas peu surpris de trouver M. de Mornay seul, ses draps et sa couverture rabattus jusqu'au pied du lit, considérant avec un grand sang-froid son corps décharné, " Que faites-vous donc là, mon oncle? - Je m'examinais, et, au moment où vous m'avez surpris, je disais à la Mort : " Tu vas faire là un pauvre mardi-gras.

Auteur: Mornay Henry de

Info: in Suard, Mélanges de littérature

[ dernières paroles ]

Commenter

Commentaires: 0

littérature

[...] l'âge des deux hommes au moment de leur mort : Poe à quarante ans et neuf mois, Kafka quarante ans et onze mois. [...]
Quarante ans c'est trop jeune. Mais pense à combien d'écrivains ne sont pas allés si loin.
Christopher Marlowe. Mort à vingt-neuf ans. Keats à vingt-cinq. Georg Büchner à vingt-trois. Imagine. Le plus grand dramaturge allemand du dix-neuvième siècle, mort à vingt-trois ans. Lord Byron à trente-six. Emily Brontë à trente. Charlotte Brontë à trente-neuf. Shelley, juste un mois avant ses trente ans. Sir Philip Sidney à trente-et-un ans. Nathanael West à trente-sept. Wilfred Owen à trente-cinq. Georg Trakl à vingt-sept. Leopardi, Garcia Lorca et Apollinaire, tous à trente-huit. Pascal à trente-neuf. Flannery O'Connor à trente-neuf. Rimbaud à trente-sept. Les deux Crane, Stephen et Hart, à vingt-huit et trente-deux. Et Heinrich von Kleist - l'écrivain préféré de Kafka - mort à trente-quatre ans dans un double suicide avec sa maîtresse.

Auteur: Auster Paul

Info: The Brooklyn Follies, Faber & Faber Ltd 2005, p 151

[ mort ] [ jeunesse ]

Commenter

Commentaires: 0

voyage

Le train éveilla des gares suisses, de style gothique, dont les vitraux tremblèrent. Le Simplon, durant vingt-neuf minutes, donna l'audition d'une grande symphonie de fer, puis, sur des chaussées, on passa les rizières du Piémont jusqu'à une station qui finissait sur rien, sur une grande citerne d'ombre, de silence, et ce fut Venise. Au réveil, une bise de zinc faucha les maïs de la plaine croate. La Serbie s'annonçait par ses porcs, rayés noir et blanc comme des coureurs, et qui dévoraient, renversée dans le fossé, une carcasse de wagon dont ne restaient que les roues et le signal d'alarme. On échangea contre les fleuves d'autres fleuves passés sur des barrages flexibles comme un osier, tandis que, voisines, les piles de l'ancien pont décapité dans les retraites, émergeaient. A Vinkopje, les Roumains en velours furent détachés du train, dans la nuit glacée. Après Sofia, les maisons portèrent leurs piments qui séchaient, frères des vignes vierges. Éclairées par le soleil levant, labourées par les boeufs, les plaines bulgares affichaient une prospérité symbolique, comme sur les vignettes des timbres-poste ou au revers des monnaies. Enfin, après la traversée du désert de Thrace, sous un ciel d'étoiles mais où nos yeux, habitués aux constellations d'Occident, cherchaient en vain l'étoile polaire, ne reconnaissaient plus le Chariot qui au ras du sol prenait cette fois une route terrestre, dans une brèche de la muraille byzantine, la mer de Marmara s'élargit.

Auteur: Morand Paul

Info: Ouvert la nuit

[ Europe ] [ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0