Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour citations et extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLESPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une recherche complexe... Lire la suite >>
Résultat(s): 15
Temps de recherche: 0.0786s

femmes-hommes

Est-il possible que Dieu nous ait voulus monogames alors qu'une vie entière ne suffirait pas à pétrir tous ces seins et ces fesses ?

Auteur: Desproges Pierre

Info:

[ hommes-par-hommes ] [ obsédé ]

Commenter

Commentaires: 0

interdépendance

Il devient de plus en plus évident pour les psychologues interculturels que la psyché humaine ne peut être extirpée des divers "mondes voulus" historiquement divers et variables, dans lesquels elle joue un rôle co-constituant.

Auteur: Krippner Stanley

Info:

[ contingences ]

Commenter

Commentaires: 0

épitaphe

Ami passant, qui désires connaître,
Ce que je fus: je ne voulus rien être;
Je vécus nul; et certes je fis bien;
Car, après tout, bien fou qui se propose,
De rien venant et retournant à rien,
D'être ici-bas, en passant, quelque chose.

Auteur: Piron Alexis

Info:

Commenter

Commentaires: 0

ironie

Pour n'avoir plus à y revenir, pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi adorables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu'ils voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train comme aussi leurs plaisirs élyséens.

Auteur: Aymé Marcel

Info: pressenti, au président Vincent Auriol

[ décoration ] [ vacherie ]

Commenter

Commentaires: 0

réaliser

Alors, j'ai compris que je ne pourrais jamais l'épouser. C'est drôle comme un détail peut aider à prendre conscience d'une chose pareille. On peut être prête à renoncer aux enfants qu'on a toujours voulus, à encaisser des remarques sur son passé ou sa façon de s'habiller, mais une minuscule remarque suffit - alors, l'âme se recroqueville avec un petit : "Oh".

Auteur: Strout Elizabeth

Info: Je m'appelle Lucy Barton

[ percuter ] [ comprendre ] [ hommes-par-femmes ]

Commenter

Commentaires: 0

littérature

Je voulus voir dans la phrase musicale le récit magique de Proust et empruntai les ailes de la musique ou fut enlevé par elles. La phrase s'enveloppe dans la gravité de l'ombre et se fait plus rauque pour aggraver et amplifier son agonie. Elle semble construire son angoisse à la manière d'une structure gothique, que les volutes répètent portées par le rythme qui élève sans interruption la même flèche.

Auteur: Neruda Pablo

Info: La solitude lumineuse

[ architecture ]

Commenter

Commentaires: 0

monothéisme

Que Dieu existe ou non n'a aucune importance. Il ne s'ensuit aucune influence sur notre conduite. Dieu, par définition, est inconnaissable. Sa nature et, à plus forte raison, ses desseins, ne nous sont pas accessibles. Si vraiment il existe et nous a voulus tels que nous sommes, c'est-à-dire incapables de le concevoir tout en étant torturés par la question de son existence et par celle de nos fins dernières, laissons-lui le soin de gérer tout cela. Il l'a créé ? Qu'il s'en démerde !

Auteur: Cavanna François

Info: Lettre ouverte aux culs-bénits, Albin Michel 1994 <p.14>

[ inintéressant ]

Commenter

Commentaires: 0

vocabulaire

"Le mal réside dans les mots que la tradition a voulus absolus, dans les significations dénaturées que les mots continuent à revêtir. Le mot amour mentait, exactement comme le mot mort. Beaucoup de mots mentaient, ils mentaient presque tous. Voilà ce que je devais faire : étudier les mots exactement comme on étudie les plantes, les animaux. Et puis, les nettoyer de la moisissure, les délivrer des incrustations de siècles de tradition, en inventer de nouveaux, et surtout écarter pour ne plus m'en servir ceux que l'usage quotidien emploie avec le plus de fréquence, les plus pourris, comme : sublime, devoir, tradition, abnégation, humilité, âme, pudeur, coeur, héroïsme, sentiment, piété, sacrifice, résignation...

Auteur: Sapienza Goliarda

Info: L'art de la joie

[ illusion ]

Commenter

Commentaires: 0

pensée-de-mort

C’est à cette époque, l’an dernier, que je mourus.
Je sais que j’entendais le Maïs,
Comme on me transportait le long des Fermes –
Il avait mis ses Glands –

Je songeais combien il serait doré –
Quand Richard irait au moulin –
Et alors, je voulus sortir,
Mais quelque chose me retint.

Je songeais au Rouge – des Pommes tassées
Entre les rangs d’Eteules –
Aux Charrettes allant penchées dans les champs
Pour charger les Citrouilles –

Je me demandais qui me regretterait, le moins,
Et lorsque viendrait Thanksgiving,
Si Père multiplierait les couverts –
Pour faire une Somme égale –

Et cela troublerait-il la joie de Noël,
Que mon Bas soit suspendu trop haut
Pour qu’un Santa Claus puisse atteindre
L’Altitude de ma personne –

Mais ces pensées, me chagrinaient,
Alors, j’ai songé à l’inverse,
Qu’à pareille époque, en une année parfaite –
Eux-mêmes, viendraient à moi –

Auteur: Dickinson Emily

Info: Cahier 16, 445, traduction Claire Malroux

[ poésie ] [ morts-vivants ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

déclaration d'amour

Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
Le ciel mêlait aux ors le cristal et l'airain.
Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
Plus souple que la vague et plus frais que l'écume.
Le soir d'été semblait un rêve oriental
De rose et de santal.

Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
Leurs parfums expirants s'échappaient de tes doigts
En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.
De tes clairs vêtements s'exhalaient tour à tour
L'agonie et l'amour.

Je sentis frissonner sur mes lèvres muettes
La douceur et l'effroi de ton premier baiser.
Sous tes pas, j'entendis les lyres se briser
En criant vers le ciel l'ennui fier des poètes
Parmi des flots de sons languissamment décrus,
Blonde, tu m'apparus.

Et l'esprit assoiffé d'éternel, d'impossible,
D'infini, je voulus moduler largement
Un hymne de magie et d'émerveillement.
Mais la strophe monta bégayante et pénible,
Reflet naïf, écho puéril, vol heurté,
Vers ta Divinité.

Auteur: Vivien Renée

Info: Recueil : Etudes et préludes, A la femme aimée

[ poésie ]

Commenter

Commentaires: 0