Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Recherches tous azimuths.  Exemples.   Punchlines.   Jeux et Passe-temps.   Chaines.  Humour.  RépartiesFemmes, et beaucoup d'autres trucs.  ATTENTION  de  faire un  RESET  après  une  recherche  complexe.    ... Lire la suite >>
Search results: 128
Search time counter: 0.1221s

pulsion

Les pensées vagabondes sont comme ses sangsues, on ne les voit pas venir et quand on les remarque il est déjà trop tard : elles ont envahi notre esprit. Elles sont comme le feu qui couve sous les braises. Les braises se sont nos habitudes, nos penchants invétérés, il suffit que les événements de la vie les attisent pour que les flammes de la colère ou de l'envie ressurgissent.

Auteur: Ricard Matthieu

Info: La Citadelle des Neiges

[ rage ] [ self-contrôle ] [ zen ]

Commenter

Commentaires: 0

thérapie

Ce qu’on peut modifier, c’est le rapport de cette souffrance au monde de la représentation. Elle n’est souffrance que parce qu’elle tente de se représenter à elle-même et donc aux autres ; si elle se détourne du miroir, la souffrance se change en force. […] L’affect dans son auto-affection n’a plus besoin de la représentation ni pour lui-même ni pour les autres. Il est sorti du théâtre où il se complaisait.

Auteur: Roustang François

Info: Comment faire rire un paranoïaque?

[ oubli de soi ] [ zen ]

Commenter

Commentaires: 0

neutre

Comme ne cessent de le répéter les Chinois, si "tout le monde est à même de distinguer les différentes saveurs", l'insipidité du "centre" (ou du "Tao") est "ce qu'il y a de plus difficile à apprécier". Mais elle s'apprécie sans fin.
(...) [Les arts chinois] peuvent rendre plus SENSIBLE cette insipidité fondamentale - ils ont donc mission de la révéler : à travers le son, le poème, la peinture, la fadeur devient expérience.

Auteur: Jullien Francois

Info: Eloge de la fadeur, p.18-21

[ centre ] [ finesse ] [ insipide ] [ zen ] [ acratopège ] [ indiscrimination ]

Commenter

Commentaires: 0

technologie

Quoi d'étonnant à ce que nous ne ne défendions pas la terre où nous vivons. Nous ne vivons pas ici. Nous existons dans des programmes de télévision, des films, des livres, avec des célébrités, et dans le ciel, via des règles, des lois et des abstractions créées par des gens lointains. Bref nous vivons à peu près partout sauf dans nos corps singuliers, sur ce terrain particulier, à ce moment précis, dans ces circonstances données.

Auteur: Jensen Derrick

Info: Endgame, vol. 2, Résistance

[ abrutissement ] [ anti-zen ] [ progrès ]

Commenter

Commentaires: 0

spiritualité

A l'occasion de la sensation, l'arhat perçoit la sensation, sait qu'il n'y a ni moi ni vision ni objet vu, mais la coopération de trois phénomènes coordonnés, bien que naturellement isolés, à savoir la connaissance, l'oeil et la forme sensible. Au moment de la sensation, l'ignorant conçoit un moi face à un objet qu'il désire ou repousse et cette méprise le livre au désir, lequel l'embourbe davantage dans l'erreur. Chez l'arhat, par contre, la sensation ne produit ni désir ni attachement.

Auteur: Bouddha

Info: Samyuttanikaya, the Books of the Kindred Saying, III, 96, cité et traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.36

[ zen ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

recul

L'art du non-effort consiste à ne jamais laisser sa volonté s'irriter, se tendre ; à imiter les êtres de la nature ; à se laisser en quelque sorte aller, à "ménager sa volonté", comme dit Montaigne (...) Novalis, disait Maeterlinck, "souriait aux choses avec une indifférence très douce, il regardait le monde avec la curiosité attentive d'un ange inoccupé". C'est ce genre de regard que conseillait Raphaël qui disait que, lorsqu'on peint, il ne faut penser à rien, "tout alors se présente mieux".

Auteur: Guitton Jean

Info: Le travail intellectuel

[ décontraction ] [ zen ] [ inspiration ]

Commenter

Commentaires: 0

perpétuel

Dans la vie il y a un truc qui est gênant, un truc contre lequel on ne peut rien : il est impossible d'arrêter de penser. Quand j'étais petite je m'entraînais tous les soirs, allongée dans mon lit, j'essayais de faire le vide absolu, je chassais les idées les unes après les autres, avant même qu'elles deviennent des mots, je les exterminais à la racine, les annulais à la source, mais toujours je me heurtais au même problème : penser à arrêter de penser, c'est encore penser. Et contre ça on ne peut rien.

Auteur: Vigan Delphine de

Info: No et moi

[ gamberge ] [ monologue-intérieur ] [ zen ]

Commenter

Commentaires: 0

méditation

Le souffle ne descend ni ne monte; s'abstenant de ces deux mouvements, il se tient immobile. En aucune manière la pensée ne se déploie. Le souffle-maîtresse de maison reste à demeure. Suivant la voie de la Béatitude, il réprime sa propre pensée; [...] Immobile, indifférencié, invariable, sans aurore ni crépuscule, de bonne moelle, telle est, dit-on, l'extinction où la pensée ne déplie aucune activité mentale. Quant au Seigneur qui a immobilisé ainsi sa pensée auprès de la syllabe du dhamma et dont le souffle est suspendu, à l'instant même il est indifférent au monde sensible.

Auteur: Kanha

Info: Dohakosa de Kanha, sq 13, 17, 20 et 23, traduit par Lilian Silburn, Aux sources du Bouddhisme, Fayard, p.349-350

[ zen ]

Commenter

Commentaires: 0

initiation

Progressivement, une paix étrange envahit ma conscience.
Je n’avais plus froid, je ne me sentais plus fatigué et je n’avais plus faim. Le bruit de l’eau tombant en cascade se fit de plus en plus distant et devint étrangement apaisant. Je sentis que j’appartenais à ce lieu, que j’avais revenu chez moi. Le mur d’eau devint iridescent, un torrent fait de millions de prismes liquides. A mesure qu’ils coulaient, j’éprouvai la sensation de flotter vers le haut comme s’ils étaient immobiles et que moi, j’étais celui qui se mouvait. Me voilà volant à l’intérieur d’une montagne ! Je riais de l’absurdité du monde.

Auteur: Harner Michael

Info: Dans "La voie du chamane", page 48

[ état de conscience non ordinaire ] [ détachement ] [ zen ] [ océanique ]

Commenter

Commentaires: 0
Ajouté à la BD par Arcé
Is added to chains

déprogrammation

Être conscient et ne rien faire d'autre" signifie qu'il ne faut ni parler ni faire quoi que ce soit avec le corps. Le fait de bouger soit la bouche, soit le corps, c'est ce que les bouddhistes appellent karma. Lorsque nous stoppons un comportement automatique, lorsque nous créons un espace entre une pensée et l'action ou le discours qui suit habituellement cette pensée, c'est comme si nous avions mis un pied dans la porte qui fermait la prison de nos milliers de schémas de comportements conditionnés. Un jour, après des années de pratique, cette porte restera grande ouverte. Alors, lorsqu’une ancienne habitude acquise fera surface, nous conserverons notre liberté d'action. Nous pourrons même sourire devant l'absurdité de nos nombreux schémas mentaux.

Auteur: Chozen Bays Jan

Info: Manger en plein conscience

[ zen ] [ sevrage ] [ self-controle ] [ libération ]

Commenter

Commentaires: 0