être humain

Quoi de plus absurde que le Progrès, puisque l'homme, comme cela est prouvé par le fait journalier, est toujours semblable et égal à l'homme, c'est-à-dire toujours à l'état sauvage. Qu'est-ce que les périls de la forêt et de la prairie auprès des chocs et des conflits quotidiens de la civilisation ? Que l'homme enlace sa dupe sur le Boulevard, ou perce sa proie dans des forêts inconnues, n'est-il pas l'homme éternel, c'est-à-dire l'animal de proie le plus parfait ?

Auteur: Baudelaire Charles

Info: Fusées, Oeuvres complètes I, la Pléiade, Gallimard 1975 <p.663>

[ prédateur ] [ inchangé ]

Commentaires: 0

Commentaires

No comments