deuil

Quand mon fils Ian est mort aux côtés de son père, à El-Alamein, les gens qui me présentaient leurs condoléances ajoutaient souvent : "La vie continue", pour me réconforter.
Quelle bêtise me disais-je. Bien sûr que non elle ne continue pas. C'est la mort qui continue.
Ian est mort et il sera encore mort demain, l'année prochaine, à jamais. La mort est sans fin.
Mais peut-être y aura-t-il une fin à la tristesse.

Auteur: Barrows Annie

Info: Le Cercle Littéraire des Amateurs d'Épluchures de Patates, Mary Ann Shaffer dixit p.159

[ mari ] [ maman ] [ irrémédiable ]

Commentaires: 0

Commentaires

No comments