évolution

Les décryptage de génomes comme ceux d'Emiliania Huxleyi ou du riz, montrent combien le plancton et les plantes sont bien plus évolués que nous. Ils se développent depuis bien plus longtemps que l'animal pour trouver des stratégies de survie. Ces organismes, avec beaucoup plus de gènes que l'humain, montrent ainsi des possibilités d'adaptation très supérieures.
Nous voyons là une fantastique intelligence de la matière, intelligence que notre propre esprit peut "apprécier" alors que nos capacités physiques de survie et d'adaptation à des conditions très contrastées restent dérisoire par rapport à ces organismes.
A la différence que nous saurons peut-être un jour trouver refuge ailleurs. Ceci grâce à notre esprit qui, s'inspirant de la matière, aura permis d'en avoir une certaine maîtrise. Et produire des spationefs, machines dématérialisantes... ou autres.
Ce qui est impressionnant ce sont les échelles de temps, si différentes dans ces processus évolutifs. Vu sous cet angle la race humaine apparaît comme une étincelle fugitive dans l'Histoire. Sommes-nous transitoires ? Un cul-de-sac, une simplification/spécialisation, destinée à être plus efficace dans un laps de temps plus court. Condamnés à nous démerder très vite ?...
Il semble ici que le temps n'a qu'une importance relative ou, dit autrement, qu'il a des valeurs changeantes en fonction des entités. Dans l'absolu l'organisme génère son temps propre.
On retrouve là d'une certaine manière la monade de Leibniz ou le Janus Holon de Koestler. Quelques-uns des horizons de nos conceptualisations.

Auteur: Mg

Info: 14 juin 2013

[ être humain ] [ spéculation ]

Commentaires: 0

Commentaires

No comments