buches

Il n'est pas d'homme qui ne regarde son tas de bois avec une sorte d'amour. J'aimais avoir le mien devant ma fenêtre, et plus il y avait de copeaux, plus cela me rappelait de bonnes journées de travail. [...] Comme mon homme en charrette l'avait prophétisé le jour où je labourais, elles me chauffaient deux fois, d'abord lorsque je les fendais, ensuite lorsqu'elles étaient sur le feu, de sorte que nul combustible n'eût pu fournir plus de chaleur.

Auteur: Thoreau Henry David

Info: Walden ou La vie dans les bois

[ réchauffer ] [ rondins ]

Commentaires: 0

Commentaires

No comments