humour noir

Comme je l'ai déjà dit, je fis quitter au vieillard cette vallée de larmes. Après quoi, je me sentis un tantinet mal à l'aise. Non seulement il s'agissait de mon père, mais encore le cadavre n'allait pas manquer d'être découvert. Il faisait maintenant plein jour; ma mère pouvait entrer dans la pièce d'un moment à l'autre. En cette occurrence, je jugeai opportun de la dépêcher, elle aussi, et m'acquittai aussitôt de cette tâche

Auteur: Bierce Ambrose

Info: Le Club des parenticides

[ mort ] [ libération ]

Commentaires: 0

Commentaires

No comments