Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 7
Temps de recherche: 0.0752s

sciences

Il arrive presque toûjours dans la Nature que les mêmes choses se passent, ici en grand & fort sensiblement, là en petit & d'une manière imperceptible, & les meilleures explications sont celles qui transportent aux phenomenes délicats les causes que l'on a connuës dans ceux qui étoient plus grossiers.

Auteur: Anonyme

Info: in "Histoire de l'Académie royale des sciences", Année M.DCCXVII, p. 1

[ inférence ] [ échelles ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

théâtre

Je remarquai parmi eux une douzaine de jeunes gens de bon air qui mêloient assez industrieusement des feuilles de papier où étoient figurés des rois, des dames et des valets, et qui les distribuoient fort élégamment en cinq paquets, comme au jeu de brelan. - On m'assura qu'ils croyoient faire des tragédies.

Auteur: Nodier Charles

Info: In "Histoire du Roi de Bohème et de ses sept châteaux", éd. Plasma, p. 267. Il s'agit d'une visite de "l'Institut de Tombouctou"...

[ écriture ] [ satire ] [ allégorie ] [ académie ]

 
Commentaires: 2
Ajouté à la BD par Benslama

physiologie

Le célèbre Winslow s'étoit apperçu en traitant du dénombrement des muscles, que ces organes ayant des usages très-variés, c'étoit s'exposer à en donner de fausses idées, que de les classer conformément à ces usages ; en conséquence, il a abandonné les noms tirés des parties aux mouvements desquelles on croyoit que les muscles étoient destinés, et des fonctions qui leur avoient été attribuées, pour leur en substituer qui désignassent seulement leurs attaches, ou quelques autres circonstances. Cette réforme prévenoit bien des erreurs ; mais elle ne facilitoit pas l'étude de la partie de l'anatomie qui traite des muscles.

Auteur: Sabatier Raphael Bienvenu

Info: in "Mémoires de l'Académie royale des sciences", 1790, p. 242

[ changement ] [ avantages et inconvénients ] [ adéquation ] [ appellations ] [ historique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

printemps

Ce mois a été fort sec & tempéré ; il y a même eu des jours très-frais.

Les avoines souffoient beaucoup de la sécheresse, ainsi que toutes les plantes potagères ; les pluies qui sont venues sur la fin du mois, entr'autres la grande averse du 29, ont fait beaucoup de bien aux avoines qui épioient à un demi-pied de terre, & ont mis en état de continuer les labours qu'on avoit interrompus à cause de la sécheresse.

On entendoit encore le rossignol. Le 22, on servoit encore des fraises, & les groseilles étoient rouges.

Auteur: Du Hamel du Monceau Henri-Louis

Info: in "Mémoires de l'Académie royale des sciences", mai 1762, p. 397

[ météo ] [ historique ] [ observation scientifique ] [ almanach ]

 
Commentaires: 7
Ajouté à la BD par Benslama

printemps

Ce mois a été froid & venteux, avec des pluies fortes par intervalles & du gresil ; il a gelé à glace depuis le 5 jusqu'au 9, ce qui a endommagé les vignes, sur-tout les jeunes plans ; on a continué à semer les mars (*) vers la moitié du mois ; de long-temps on n'avoit vu les ouvrages retardés comme cette année, à la fin du mois on a semé les pois & les vesces : le froid a été contraire aux seigles & aux blés, ils se sont trouvés très-fatigués, & commençoient à rougir. Les vignes qui avoient poussé pendant le mois de Mars, ont été arrêtées par le froid ; on a entendu le rossignol chanter le 12 dans la plaine.

A la Saint-Georges les cerisiers & autres arbres étoient fleuris.

Auteur: Du Hamel du Monceau Henri-Louis

Info: in "Mémoires de l'Académie royale des sciences", 1781, p. 737 - (*) mars : grains qu'on sème en mars (orge, avoine, millet, etc.)

[ observations scientifiques ] [ météo ] [ agriculture ] [ almanach ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama

certitude

D'abord, on ne sauroit soutenir que l'espace dans lequel les planetes se meuvent soit un vuide parfait. Outre tant d'autres raisons, la seule lumiere prouve suffisamment, que tout l'espace du ciel est rempli de cette matiere subtile dont les rayons de lumiere sont formés. Si les rayons de lumiere étoient des émanations actuelles des corps luisans, lancées avec cette prodigieuse vîtesse qui leur fait parcourir l'espace immense du soleil jusqu'à nous en moins de huit minutes de tems, tout l'espace du ciel seroit rempli de ces émanations lumineuses qui le traverseroient presque en tout sens avec la même rapidité. Mais quoique le grand Newton ait soutenu ce sentiment, il est assujetti à tant d'inconvéniens, qu'il me sera permis de l'abandonner & d'embrasser l'autre sentiment, qui explique la propagation de la lumiere d'une maniere semblable à celle du son.

Auteur: Euler Johann Albrecht

Info: in "Mémoire dans lequel on examine si les planetes se meuvent dans un milieu dont la résistance produise quelque effet sensible sur leur mouvement ?", 1762 -

[ physique ] [ argument imparable ] [ éther ] [ historique ] [ vieux français ]

 
Commentaires: 7
Ajouté à la BD par Benslama

philosophe des lumières

Je n'entends point d'ailleurs contester son mérite dramatique, je m'en liens à ma première observation : dès que Voltaire parle en son nom, il n'est que joli, rien ne peut l'échauffer, pas même la bataille de Fontenoi. Il est charmant, dit-on : je le dis aussi, mais j'entends que ce mot soit une critique. Du reste je ne puis souffrir l'exagération qui le nomme universel. Certes je vois de belles exceptions à cette universalité. Il est nul dans l'ode : et qui pourroit s'en étonner ? l'impiété réfléchie avoit tué chez lui la flamme divine de l'enthousiasme ; il est encore nul et même jusqu'au ridicule dans le drame lyrique, son oreille ayant été absolument fermée aux beautés harmoniques comme ses yeux l'étoient à celles de l'art. Dans les genres qui paraissent les plus analogues à son talent naturel, il se traîne : ainsi il est médiocre, froid, et souvent (qui le croiroit ?) lourd et grossier dans la comédie ; car le méchant n'est jamais comique. Par la même raison, il n'a pas su faire une épigramme, la moindre gorgée de son fiel ne pouvant couvrir moins de cent vers. S'il essaie la satire, il glisse dans le libelle; il est insupportable dans l'histoire, en dépit de son art, de son élégance et des grâces de son style ; aucune qualité ne pouvant remplacer celles qui lui manquent et qui sont la vie de l'histoire, la gravité, la bonne foi et la dignité. Quant à son poëme épique, je n'ai pas droit d'en parler : car pour juger un livre, il faut l'avoir lu, et pour le lire il faut être éveillé. Une monotonie assoupissante plane sur la plupart de ses écrits, qui n'ont que deux sujets, la bible et ses ennemis : il blasphème ou il insulte. Sa plaisanterie si vantée est cependant loin d'être irréprochable : le rire qu'elle excite n'est pas légitime ; c'est une grimace. 

Auteur: Maistre Joseph de

Info: Dans "Les soirées de Saint Petersbourg", Quatrième entretien, 1836, pages 189-190

[ jugement dépréciatif ] [ prosateur sarcastique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel