Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 43
Temps de recherche: 0.0467s

enfance

Quand ma fille avait environ sept ans, elle me demanda un jour ce que je faisais au travail. Je lui ai dit que j'allais à l'université afin d'enseigner aux gens comment dessiner. Elle a m'a regardé fixement, incrédule, et a dit, "Tu veux dire qu'ils ont oublié?"

Auteur: Ikemoto Howard

Info:

[ instinct ]

 

Commentaires: 0

média

Je n'ai pas de poste de télévision. La voix polyphonique de la radio, provenant de tous les horizons, de tous les milieux, me suffit. Elle tisse sur divers tons la rumeur mouvante du temps qui passe. ( .... )
Ceux qui sont quotidiennement gavés d'images télévisuelles en savent-ils plus, en apprennent et comprennent-ils plus que moi ? J'en doute. Ils les regardent sans les voir, les voient sans les regarder, ces images des guerres, des tragédies, des désastres. Elles se mêlent à celles de films de crimes et de catastrophes, à celles des publicités, elles s'y confondent, s'y diluent. Et quand elles sont trop violentes, effroyables, elles plongent leurs spectateurs dans un état de fascination. Une fascination morbide au sortir de laquelle ils émergent mi-hébétés, mi-incrédules. El la grande foire sanglante continue, le mal se rit de son public, il renouvelle ses coups d'esbroufe en surenchérissant dans l'outrance, le mauvais goût.

Auteur: Germain Sylvie

Info: Chanson des mal-aimants, Gallimard 2002, p. 238 et suivantes

[ vingtième siècle ] [ abrutissement ]

 

Commentaires: 0

drague

kentin dit: bon ta réfléchi mnt?... tu fai tjrs la tète?
kentin dit: répon sinon jte blok et kom sa cé fini
Cécile dit: Je suis partagée entre plusieurs choix qui s'offrent à moi. Soit je répond, et tu crois que j'ai l'intention de t'adresser de nouveau la parole alors que ce serait juste pour te dire que c'est le contraire. Soit, je ne répond pas, et là, crédule que tu es, tu crois que:
1- Je ne suis pas devant mon pc --> Grossière erreur, je suis une geek, je ne quitte le pc que pour aller pisser et éventuellement pour dormir.
2- Je fais effectivement la tête, comme tu le dis si bien, de manière très mature. --> Or, tu vas de ce fait me flooder et te répandre en excuses minables et vaines.
3- Que je suis trop timide pour te répondre et que j'ai envie de te revoir un jour. --> FAUX! Si je pouvais donner des noms aux mobs, ils s'appelleraient tous Quentin, pour avoir le plaisir de te tuer des centaines et des centaines de fois.
Cécile dit: Au vu de toutes ces options et de ce qu'elles engendrent, et sachant pertinemment que tu n'as compris aucune de ces phrases, on va faire clair: Je ne t'aime pas et tu n'es qu'un pauvre con.
Cécile dit: Bonne journée. :)

Auteur: Internet

Info:

[ râteau ] [ dialogue-web ]

 

Commentaires: 0

helvète

Suisse, la poudre aux yeux des nantis
Je parle de ceux qui sont au top des nantis de la planète. Au top de chez nous. Le genre : tu comprends, à moins de 500.- par jour je ne tourne pas. (Mon papa, fonctionnaire, disait 300.-. J'étais déjà incrédule)
Ai rencontré un de ces chefs de services vaudois imbus (à 15 000.-/mois minimum). Monsieur P., pour ne pas le nommer.
Selon lui tous les feux sont au vert... le chômage au seuil incompressible de 3%... Magnifique.
Bonne pâte j'ai fait l'impasse sur ce que les dirigeants veulent occulter, ceux dont il est le bras armé, le porte-parole lige. Je suis un bon garçon, il était tellement facile à contrer, si aisé dans ses certitudes du bon fonctionnement CHuisse (On a de la marge, ajouté avec un clin d'oeil et le sourire replet de celui qui se voit à la retraite avec une pension de 12 000.-./mois !! ) Cancrelat accroché au plus près de la tige juteuse d'un Etat normalisateur hypertrophié dans un pays trop dense.
J'aurai pu lui poser quelques questions :
- Combien de gens au social à Lausanne ?
- Combien à avoir perdu leur travail sans en retrouver (pour cause d'âge - eh oui, ça coute plus cher, demandez aux comptables) sans émarger au social. Avec cette question en parrallèle :
- Combien sont-ils à venir de France ou d'ailleurs pour bénéficier de salaires sous évalués ici mais confortables chez eux. - Quelles sont les perspectives avec le vieillissement de la population ? Qui ne se tempère qu'en accueillant 10 000 personnes/ans sur un Vaud si exigu que la notion d'autosuffisance alimentaire, fixée par la loi, n'est plus qu'une pantalonnade mentale.
- Comment croire au 2e pilier lorsqu'on sait que ce qui est financier est toujours plus virtuel (voir les taux de recouvrement chez nous) sur une planète en voie d'épuisement gérée par des gangsters qui impriment des billets pour faire croire à une croassance qui n'existe pas ?
- Etc...
Aah, je les vois venir, les réponses : pensées de collégien mon gars, tu verras, ça va s'arranger... la techno science réglera tout ça.
Mouahahah... Je préfère qu'on m'appelle Philippulus.

Auteur: Mg

Info: 26 juin 2014

[ pessimiste ]

 

Commentaires: 0

fatalisme

De tous les problèmes qui nous embrouillent, celui du destin et du libre-arbitre est le plus obscur. Quoi ? la chose est écrite à l'avance et nous pouvons l'écrire, nous pouvons en changer la fin ? La vérité est différente. Le temps n'est pas. Il est notre pliure. Ce que nous croyons exécuter à la suite, s'exécute d'un bloc. Le temps nous le dévide. Notre oeuvre est déjà faite. Il ne nous reste pas moins à la découvrir. C'est cette participation passive qui étonne. Et il y a de quoi. Elle laisse le public incrédule. Je décide et je ne décide pas. J'obéis et je dirige. C'est un grand mystère.

Auteur: Cocteau Jean

Info: La difficulté d'être, Romans, Poésies, Oeuvres diverses, La Pochothèque LdP 1995, p.887

[ monde quantique ]

 

Commentaires: 0

nombre mystérieux

La véritable tâche de la métaphysique n’était pas, contrairement à ce que d’aucuns prétendaient, d’expliquer la nature de la réalité. Cela ne pouvait être. Les dix dernières années avaient amplement démontré que la réalité avait une composante irrationnelle extrêmement forte. Non, la tâche de la physique était d’expliquer les valeurs de ces constantes. En dernier ressort, la mécanique quantique devait expliquer la relation entre c, h et e, quand les trois étaient combinés dans l’inverse constante de la structure fine de Sommerfeld.
(hc) / (2πe²)
qui avait la valeur de 137. Un nombre pur, dépourvu de dimension. Un entier – presque. Mais maintenant, pourquoi 137 plutôt que n’importe quel autre nombre ? Qu’est-ce que 137 avait de si spécial pour devoir être au fondement de tout l’univers ?

[Après un rêve où Pauli rencontre un rabbin qui le regarde furieusement avant de disparaître]

Il se réveilla en sueur. Sans essuyer son front, il se leva et alla jusqu’à son bureau en titubant. Il écarta quelques papiers et alla pêcher un livre au bas d’une pile. Il feuilleta le volume jusqu’à un tableau qui donnait la valeur numérique de chaque lettre de l’alphabet hébreu. Comme les règles de la gématrie l’exigeaient, il ajouta la valeur de chaque consomme du mot kabbalah.
ק, ב, ל, ה
100, 2, 30 et 5.
Il pâlit quand, incrédule, il vit le résultat.
137.

Auteur: Keve Tom

Info: Dans "Trois explications du monde", pages 458-460

[ question ] [ arbitraire ] [ nombre premier ]

 
Mis dans la chaine
Commentaires: 7
Ajouté à la BD par Coli Masson

langage

- Il devient de plus en plus urgent de se libérer de l'extraordinaire conformisme des gens qui parviennent à faire croire aux autres que les mots sont indexés au réel... et ainsi à les piloter...
- Comment ça? les mots ne renvoient pas au réel selon vous?
- Oui, mais indexés au une réalité telle que la désire celui qui la crée. En disant "les mots" ici il s'agit bien sûr des idées. Si je vous dis "un arbre", nous serons d'accord, en tout cas pour ce qui est de des aspects généraux de l'appellation. Pour le reste le réel "mis en mots" est généralement formulé dans l'idée de convaincre le lecteurs, surtout crédule - je ne fais pas autre chose ici. En clair, le bon sens de l'instinct lui est infiniment supérieur..
Hélas ce bon sens holistique est, grâce à l'efficacité de l'ingénierie sociale, toujours plus masqué, pour ne pas dire interdit.

Auteur: Mg

Info: Dialogue sur FB, 4 fév. 2020

[ pouvoir sémantique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

femmes-hommes

Une femme de trente ans a d'irrésistibles attraits pour un jeune homme; et rien de plus naturel, de plus fortement tissu, de mieux préétabli que les attachements profonds dont tant d'exemples nous sont offerts dans le monde entre une femme comme la marquise et un jeune homme tel que Vandenesse. En effet, une jeune fille a trop d'illusions, trop d'inexpérience, et le sexe est trop complice de son amour, pour qu'un jeune homme puisse en être flatté; tandis qu'une femme connaît toute l'étendue des sacrifices à faire. Là, où l'une est entraînée par la curiosité, par des séductions étrangères à celles de l'amour, l'autre obéit à un sentiment consciencieux. L'une cède, l'autre choisit. Ce choix n'est-il pas déjà une immense flatterie? Armée d'un savoir presque toujours chèrement payé par des malheurs, en se donnant, la femme expérimentée semble donner plus qu'elle-même; tandis que la jeune fille, ignorante et crédule, ne sachant rien, ne peut rien comparer rien apprécier; elle accepte l'amour et l'étudie. L'une nous instruit, nous conseille à un âge où l'on aime à se laisser guider, où l'obéissance est un plaisir; l'autre veut tout apprendre et se montre naïve là où l'autre est tendre. Celle-là ne vous présente qu'un seul triomphe, celle-ci vous oblige à des combats perpétuels. La première n'a que des larmes et des plaisirs, la seconde a des voluptés et des remords. Pour qu'une jeune fille soit la maîtresse, elle doit être trop corrompue, et on l'abandonne alors avec horreur; tandis qu'une femme a mille moyens de conserver tout à la fois son pouvoir et sa dignité. L'une, trop soumise, vous offre les tristes sécurités du repos; l'autre perd trop pour ne pas demander à l'amour ses mille métamorphoses. L'une se déshonore toute seule, l'autre tue à votre profit une famille entière. La jeune fille n'a qu'une coquetterie, et croit avoir tout dit quand elle a quitté son vêtement; mais la femme en a d'innombrables et se cache sous mille voiles; enfin elle caresse toutes les vanités, et la novice n'en flatte qu'une. Il s'émeut d'ailleurs des indécisions, des terreurs, des craintes, des troubles et des orages, chez la femme de trente ans, qui ne se rencontrent jamais dans l'amour d'une jeune fille. Arrivée à cet âge, la femme demande à un jeune homme de lui restituer l'estime qu'elle lui a sacrifiée ; elle ne vit que pour lui, s'occupe de son avenir, lui veut une belle vie, la lui ordonne glorieuse ; elle obéit, elle prie et commande, s'abaisse et s'élève, et sait consoler en mille occasions, où la jeune fille ne sait que gémir. Enfin, outre tous les avantages de sa position, la femme de trente ans peut se faire jeune fille, jouer tous les rôles, être pudique, et s'embellit même d'un malheur. Entre elles deux se trouve l'incommensurable différence du prévu à l'imprévu, de la force à la faiblesse. La femme de trente ans satisfait tout, et la jeune fille, sous peine de ne pas être, doit ne rien satisfaire. Ces idées se développent au coeur d'un jeune homme, et composent chez lui la plus forte des passions, car elle réunit les sentiments factices créés par les moeurs, aux sentiments réels de la nature.

Auteur: Balzac Honoré de

Info: La femme de trente ans, p.148, GF no69

[ femmes-par-hommes ] [ Trentenaire ]

 

Commentaires: 0

être humain

L'homme est un animal crédule qui a besoin de croire. En l'absence de raisons valables de croire, il se satisfait de mauvaises.

Auteur: Russell Bertrand

Info:

[ religion ] [ crédulité ]

 

Commentaires: 0

fable

Avez-vous compris maintenant, petits lecteurs, quel beau métier faisait le petit Bonhomme ? Cet affreux nabots, sous ses airs sucrés, allait de temps en temps parcourir le monde avec sa voiture ; chemin faisant, il ramassait, avec des promesses et des cajoleries, tous les enfants paresseux qu'ennuyaient les livres et l'école ; et après les avoir chargés dans sa voiture, il les conduisait au " Pays des jouets " afin qu'ils y passent tout leur temps en jeux, en chahuts et en amusements. Quand enfin ces pauvres enfants trop crédules, à force de s'amuser toujours et de ne jamais étudier, devenaient de vrais petits ânes, alors, tout content et satisfait, il s'emparait d'eux et allait les vendre dans les foires et sur les marchés. C'est ainsi qu'en quelques années il avait amassé un argent fou et était devenu millionnaire.

Auteur: Collodi Carlo

Info: Les aventures de Pinocchio

 

Commentaires: 0