Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 7
Temps de recherche: 0.0328s

maintenant

L’intérêt de l'amour était de vous aider à survivre.
Son intérêt était aussi qu'il vous permettait d'oublier les significations. De ne plus chercher et de vous mettre à vivre. Tenir la main d'une personne qui vous est chère et vivre dans le présent. Passé et futur étaient des mythes. Le passé n'était que le présent qui était mort, et le futur de toute façon n'existerait jamais, parce que
le temps que nous l'atteignons il serait devenu le présent. Il n'y avait que le présent. Le présent, toujours mouvant, toujours changeant. Et le présent était insaisissable. On ne pouvait l'attraper qu'en lâchant prise.
Par conséquent, je lâchai prise.
Je lâchai prise sur tout ce que contenait l'Univers.
Tout, sauf sa main.

Auteur: Haig Matt

Info: Humains

[ romantisme ] [ rencontre ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

reniement

Je ne trouvais pas vraiment ma place. Je me désintégrais devant les gens pour devenir ce qu'ils voulaient que je sois. Paradoxalement, je sentais tout le temps une intensité en moi. Je ne savais pas ce que c'était, mais elle continuait à s'accumuler, comme de l'eau derrière une digue. Plus tard, quand j'ai été vraiment dépressif et anxieux, la maladie m'a semblé être une accumulation de toute cette intensité ravalée. Une sorte de trop-plein. Comme si, lorsque vous ne parveniez pas à vous laisser être libre, votre moi entrait en force, envahissant votre esprit pour noyer toutes ces demi-versions ratées de vous-même.

Auteur: Haig Matt

Info: Dans "Rester en vie"

[ énergie ] [ reflux ] [ refoulement ] [ psychosomatique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

femmes-hommes

A la pause déjeuner, dans la cour, les élèves de terminale de Rosewood sont divisés, inconsciemment, en fonction du sexe. Les garçons sont actifs, jouent au foot, jonglent avec le ballon sans le laisser toucher le sol, se bagarrent, pour de bon ou non, se font le coup du bras mort ou s'attrapent par leur cartable pour se balancer. Les filles sont assises et bavardent, soit sur les bancs, soit sur l'herbe, par groupes de trois ou quatre. Quand elles prêtent attention aux garçons, c'est avec de la pitié ou de la confusion plus qu'avec une admiration béate, comme si elles et eux n'appartenaient pas seulement à des sexes différents, mais à deux espèces distinctes. Des chattes sagaces, fières, qui se lèchent les pattes en regardant avec dédain les épagneuls surexcités montés sur ressorts et les pitbulls agressifs cherchant à revendiquer des territoires qui ne pourront jamais être les leurs.

Auteur: Haig Matt

Info: Les Radley

[ jeunes ] [ différents ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

relativité

Les humains, en règle générale, n'apprécient pas les fous, sauf s'ils sont doués pour la peinture, et dans ce cas uniquement après leur mort. Mais la définition de la folie sur Terre, apparaît bien confuse et incohérente. Ce qui est considéré comme parfaitement sain à une époque se révèle dément à une autre. Les premiers humains déambulaient nus sans aucun problème. Certains le font d'ailleurs encore, principalement dans les forêts tropicales humides. Ils nous faut en conclure que la folie dépend parfois de l'époque, et parfois du code postal.

Auteur: Haig Matt

Info: Humains

[ normalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fausseté

Comme je le constaterais par la suite, tout sur cette planète, était enveloppé dans quelque chose.La nourriture dans des emballages. Les corps dans des vêtements. Le mépris dans des sourires.

Auteur: Haig Matt

Info: Humains

[ êtres humains ] [ calculateurs ] [ pervers ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rapports humains

Chaque individu est une comédie. Si les gens se moquent de toi, c'est qu'ils ne réalisent pas bien la blague qu'ils sont eux-mêmes.

Auteur: Haig Matt

Info: “The Humans: A Novel”, p.261, Simon and Schuster 2013

[ contre-râteau ] [ sensibilité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

schadenfreude

Il avait déjà remarqué ça, dix ans auparavant, lorsque L.F. était mort d'une crise d'asthme dans le parc du lycée. Le frisson d'excitation qui envahit les gens quand arrive une catastrophe, une excitation qu'ils n'admettront jamais, mais qui danse dans leurs yeux quand ils affirment qu'ils sont atterrés.

Auteur: Haig Matt

Info: les Radley, p. 312

[ événement dramatique ] [ plaisir ]

Commenter

Commentaires: 0