Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 11
Temps de recherche: 0.0255s

conte

Il y avait un roi. Le roi Mintolonfin. Dans un village nommé wêkê. Un vaste village prospère qui rendait les voisins jaloux, comme un chien amoureux. Le roi Mintolonfin avait une femme. Elle s’appelait Nan. Le roi l’aimait de tout son cœur. Comme un roi n’avait jamais aimé. Le roi aimait et chérissait sa femme Nan comme un œuf de perroquet. Il la chérissait d’autant plus qu’elle attendait un enfant. Un enfant pour garantir la descendance et assurer la pérennité de wêkê. Nan, la femme du roi Mintolonfin était enceinte et allait souvent ramasser du bois mort pour le feu. Dans le champ sis derrière la concession royale. Mais un jour, un jour où il n’y avait ni soleil ni lune, un jour où Nan était en train de chercher du bois mort pour le chauffage, elle s’entendit interpellée : femme, lorsque tu arriveras chez toi, chez toi où tu trouveras ton mari le roi, dis-lui ! Dis-lui, femme ! Dis-lui que dans trois mois, seize jours, je viendrai. Je viendrai mais la guerre viendra aussi. Une guerre comme on n’en a jamais vu à wêkê. Dis-lui, femme ! Dis-lui que la guerre viendra, qu’il sera décapité, et toi femme, tu seras faite captive. Et moi, je viendrai à la suite de tout cela. Femme, dis à ton mari le roi que pour éviter la guerre, il doit immoler sa vache de couleur blanche pour en faire de l’aumône.
Qui parlait ainsi ? s’enquit Gnilété, un des enfants de la classe.
Nan, la femme aimée du roi Mintolonfin, ne vit point la personne qui venait de parler ainsi. Elle regarda autour d’elle. Elle regarda et chercha encore. Personne. Elle était seule. Comme un cadavre dans sa tombe. Seule dans le champ. Seule à entendre ces paroles lugubres. Elle rentra alors chez elle. Précipitamment. Avec sur le cœur les paroles lugubres d’une voix invisible. Elles lui firent perdre le sommeil.
Pourquoi n’en parle-t-elle pas au roi, son mari ? Pourquoi ne lui en parle-t-elle pas, Tata ? raisonna un des parents présents. Nan pouvait-elle en parler à son mari, le roi Mintolonfin ? Et qu’allait-elle lui dire ? Qu’elle avait entendu une voix dire des âneries ?
Depuis quand une voix apostrophe-t-elle les gens à wêkê ? Et quelle voix ? Voyez-vous, mes chers enfants, poursuivit Tata, Nan avait peur d’être traitée de folle, de folle et d’oiseau de mauvais augure. Elle avait peur de tout cela qui pourrait déclencher l’ire du roi. Cela pouvait la conduire là où elle ne souhaitait pas… Alors, elle décida de se taire. Cette nuit là, la même voix l’apostropha de nouveau. Elle répéta les mêmes paroles. Mais toujours Nan, la femme du roi Mintolonfin, ne vit personne. Elle chercha partout. Sous le lit. Derrière la porte. Dans la douche. Personne. Personne cette nuit-là qui répétait les mêmes paroles lugubres. La même se reproduisit le lendemain matin. Cette fois-ci, la voix précisa : Mère, pourquoi cherches-tu ailleurs, celui qui te parle ? C’est moi qui te parle ! Moi qui suis dans ton ventre ! C’est moi qui te parle !
Nan ne pouvait plus contenir les sentiments qui l’animèrent aussitôt. La surprise et la panique. Comment un enfant peut-il parler depuis le ventre de sa mère ? Excédée, elle s’en fut voir son mari, le roi Mintolonfin, à qui elle raconta tout sur la voix invisible et sur l’enfant qui parle dans son ventre.
Mais le caractère insolite de l’information fit croire au roi Mintolonfin à une crise de grossesse qu’ont coutume de faire les femmes enceintes. Surtout lorsqu’elles sont très fatiguées. Cela fait longtemps que je t’interdis de te livrer à des activités qui peuvent t’éprouver, se contenta d’apprécier le roi au milieu d’un rire moqueur à peine voilé. Rentre chez toi, repose-toi et tu n’entendras plus cette voix. Ramollie, Nan retourna dans sa case. Elle retourna chez elle sans grande assurance de ne plus entendre la voix provenant de son ventre.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ grossesse ] [ oracle ] [ supersitions ] [ dilemme ] [ sacrifice ] [ perdu ] [ famille royale ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

curiosité

Qu’arriva-t-il par la suite, Tata ? s’empressèrent de demander plusieurs enfants à la fois ? Il arriva au roi ce qui devait lui arriver dans ces conditions. En effet, le seizième jour du troisième mois depuis l’avènement de la voix, le roi de l’un des villages voisins de wêkê déclencha une guerre au roi Mintolonfin. Ce dernier ne s’étant pas préparé pour la guerre, ne lui survécut point. Il fut décapité. Son village, investi, tomba sous l’autorité du roi du village voisin. Les sujets du roi Mintolonfin devinrent esclaves du nouveau souverain. Nan, la femme du roi Mintolonfin, fut faite esclave. Elle fut emmenée dans le village voisin. C’est au cours de la déportation qu’elle accoucha. Elle accoucha d’un petit garçon que les conquérants ont tôt fait de jeter dans une calebasse et d’abandonner au bord de la voie. Mais cet enfant, depuis sa calebasse abandonnée au bord de la route, appelait tous ceux qui passaient par leurs noms. Ceux-ci s’arrêtaient, cherchaient à voir celui qui venait ainsi de les nommer. Ils retrouvaient un enfant d’ à peine quelques heures dans une calebasse.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ bataille ] [ naissance ] [ miracle ] [ génie ] [ sidération ] [ conte ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

instructions

Il savait que ni périphrases, ni circonlocutions, ni proverbes, ni incantations, ne sont susceptibles, lorsqu’ils ne sont pas explicités, de former de manière adéquate l’esprit de la jeunesse et de mieux forger son bon sens. Il se rappela cet enseignement des ancêtres : on n’éduque pas un enfant avec des proverbes, encore moins avec des incantations. Tata n’ignorait pas non plus que le jeune esprit est davantage éveillé lorsqu’il touche le fond de la calebasse de la sagesse.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ maxime ] [ énigme ] [ incompréhension ] [ lumière ] [ intelligence ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

allégorie

Avez-vous oublié que le caméléon parvient toujours au faîte d'un arbre, même en empruntant les branches les plus tordues?

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ homme-animal ] [ résilience ] [ adversité ] [ triomphe ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

courage

L'ardeur et la persévérance sont les seules vertus qui démolissent toutes les difficultés et ravivent les cœurs désemparés.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ foi ] [ valeurs ] [ ténacité ] [ assiduité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

question

Est-ce une sagesse de chercher à aller plus vite que la parole?

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ caractère ] [ impulsivité ] [ recadrage ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

arbre

Mon nom est Akpodé
Ma mère Iya mi lojê
Mon père Agbo un do zun
Tous les voduns s'agenouillent devant mon père.
Lorsque l'assistance, après avoir repris plusieurs fois la chanson, retrouva son calme, le vieillard interrogea: Qui est-ce qui se prénomme Akpodé?
Aussitôt, tous les membres de l'assistance s'interrogèrent du regard. Ils s'épièrent même. Ils étaient surpris par la question. Ce chant, ils l'avaient toujours pris pour le panégyrique de Tata. C'est pourquoi ils l'avaient exécuté avec un enthousiasme du début de saison.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ ombrage ] [ contes ] [ guide tribal ] [ auditoire ] [ éloges ] [ automatisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

verbe

Se nourrir est un acte de vénération. C'est pourquoi nous devons nous rassasier de lumière, tel un étang du ciel. A ces mots, le silence attachait tous les membres de la classe. Les programmés comme les non-programmés. Les paroles de Tata se densifièrent à leur entendement. Elles avaient comme des noyaux. Qu'il ne faut jamais faire éclater à coups de marteaux. Alors Kudolo tenta de s'informer: Tata, qu'est-ce que la lumière? C'est la parole accomplie. Elle est cachée. Comme la pierre verte.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ connaissance ] [ mystère ] [ stupéfaction ] [ question ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

accueil

Dès son entrée dans le cercle où il prit place sur ce qui tenait lieu de fauteuil traditionnel et qui lui était réservé, Tata comprit aussitôt que son retard n'était pas apprécié par les parents des enfants. Eux qui ne devraient même pas être là, dans cette Classe de Sagesse. Mais Tata était un sage. Et un sage a toujours le cœur magnanime. Alors, comme pour calmer les coeurs impatients et introduire de la bonne ambiance, Tata lança à l'endroit du groupe des parents: je suis le grand animal que vous attendez. Mais où recherche-t-on un grand animal qui disparaît? Les parents ne comprirent rien à cette parole. Encore moins les enfants. Nul n'osa s'aventurer dans une réponse. Surtout pour ne pas dire de bêtises. Tata leur avait déjà appris à préférer le silence dans le doute.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ siège ] [ diversion ] [ question ] [ soulagement ] [ énigmatique ] [ perdus ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric

sage

Heureusement, dans le sillage de l'ombre du fromager plusieurs fois séculaire, qui trônait dans la vaste cour de la concession, se percevait, comme l'effet d'une luciole, une étincelle. Elle provenait de la pipe de la source de la parole: Tata. Le patriarche à paroles. Bonnes paroles. Intarissables. Paroles des origines.

Auteur: Kakpo Mahougnon

Info: Les épouses de Fa

[ présage ] [ père ] [ lumière ] [ langage ] [ guide tribal ] [ insectes ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric