Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.0369s

justification

La générosité est si sacrée chez ce peuple (les Arabes) qu'il est permis de voler pour donner.

Auteur: Stendhal

Info: De l'Amour, Gallimard, Collection Folio n°1189, 1990, p.197

[ Maghreb ]

 

Commentaires: 0

vieillesse

Le jour où l'on ouvrira la première maison de retraite au Maroc, notre société sera en voie de disparition.

Auteur: Hassan II du Maroc

Info:

[ EMS ] [ Maghreb ]

 

Commentaires: 0

racisme

Zone Sud, peuplée de bâtards méditerranéens, de Narbonoïdes dégénérés, de nervis, Félibres gâteux, parasites arabiques que la France aurait eu tout intérêt à jeter par-dessus bord. Au dessous de la Loire, rien que pourriture, fainéantise, infect métissage négrifié.

Auteur: Céline Louis-Ferdinand

Info: novembre 1942

[ Maghreb ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Bandini

Islam

Les espagnols les ont appelés Mores [les peuples de la côte orientale d'Afrique] et leurs souverains sultans, à cause de l'identité de leur religion avec celle des peuples d'Afrique de ce nom, ennemis de l'Espagne depuis tant de siècles.

Auteur: La Pérouse Jean François de Galaup comte de

Info: Voyag. t. II, p. 357, dans Pougens

[ maghreb ] [ historique ]

 

Commentaires: 0

racines

Les exilés ont si souvent tendance à construire une vision romantique du paysage de leur patrie. Je me suis prémuni contre cela. Rien ne m'irrite davantage qu'un Libyen s'emportant avec des accents lyriques sur "notre mer", "notre terre", "la brise du pays". En mon for intérieur, cependant, je continue de trouver que la lumière de chez nous est incomparable.

Auteur: Hisham Matar

Info: La terre qui les sépare, p. 58

[ maghreb ] [ idéalisation ]

 

Commentaires: 0

religions

Au-delà de la chronique des hostilités et des violences, islam arabo-berbère et christianisme européen ont communiqué et dialogué ensemble. Combien chacun est redevable à l'autre de ses progrès et de la richesse enfouie de ses cultures et de ses arts, qu'il s'agisse de l'Andalousie, des royaumes latins du Levant, de la Sicile, de la Méditerranée italienne façonnée par Gênes et Venise, des bienfaits du "régime des capitulations" [...] C'est qu'en pratique les mémoires traumatiques l'ont largement emporté sur les mémoires conciliatrices et ouvertes sur l'Autre.

Auteur: Corm Georges

Info: Pour une lecture profane des conflits

[ Maghreb ] [ méditerranée ] [ coopération ]

 

Commentaires: 0

désert

La sécheresse persistante et les tracasseries policières des pays environnants avaient transformé les seigneurs du désert en forbans. On exigeait d'eux des passeports, alors que depuis des temps immémoriaux ils allaient où bon leur semblait. Ils devaient désormais exciper d'une nationalité, eux, dont le royaume couvrait plusieurs pays. Ce fut ainsi qu'on leur fit perdre le contrôle des routes du sel et de l'or. Ces hommes au front haut connurent l'humilité et la misère. (...)
La caravane s'éclipsa subrepticement. Saïd fut un moment tenté de suivre ces hommes. Il souhaitait confusément partager leur existence âpre et dangereuse où ne comptaient que les actes essentiels, ceux qui permettent la survie, hors toutes fioritures. Il considérait qu'il était plus salutaire de se battre pour du pain que pour des idées.

Auteur: Mimouni Rachid

Info: La Malédiction, p.34

[ liberté ] [ Maghreb ]

 

Commentaires: 0

désert

Ses ancêtres appartenaient à une tribu de Bédouins nomades. Ils s'arrêtaient dans les oueds, ces lits de fleuve recouverts de végétation, et ils montaient leurs tentes. Les chèvres allaient paître, les femmes cuisinaient sur les pierres brûlantes. Ils n'avaient jamais quitté le désert. Ils se méfiaient un peu des gens de la côte, marchands, corsaires. Le désert était leur maison, ouverte, sans limites. Le désert était leur mer de sable. Tacheté de dunes comme le pelage d'un jaguar. Ils ne possédaient rien. Rien que des traces de pas que le sable bientôt effaçait. Le soleil faisait glisser les ombres. Ils étaient habitués à résister à la soif, à se dessécher comme des dattes, sans mourir. Un dromadaire leur ouvrait la voie, une ombre longue et tordue. Ils disparaissaient au milieu des dunes.
Nous sommes invisibles aux yeux du monde, mais pas à ceux de Dieu.
Ils se déplaçaient avec cette pensée au coeur.

Auteur: Mazzantini Margaret

Info: La mer le matin

[ Islam ] [ minéral ] [ Maghreb ] [ littérature ]

 

Commentaires: 0