Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 12
Temps de recherche: 0.0398s

pensée-de-femme

Naître, c’est passer par la douleur farouche de cet autre qui nous protégeait, pour aller là où nous attire notre propre douleur, qui nous consumera. Voilà pourquoi l’amour maternel est une force qui nous lacère sans relâche.

Auteur: Masino Paola

Info: La Massaia : Naissance et mort de la fée du foyer

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

enfance

Peu à peu, la fillette se persuada qu’il n’existait rien d’inutile ni de vain, tant l’idée contraire la révulsait, et se fit un point d’honneur de découvrir la nécessité et la noblesse de toute chose, en particulier de celles que les autres méprisaient. Elle rapportait chez elle des poignées de terre, car la terre contenait peut-être des graines.

Auteur: Masino Paola

Info: La Massaia : Naissance et mort de la fée du foyer

[ magie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

oxymore

Ô rêve sournois ! Tu m’as désobéi, hein ! Tu étais censé me montrer que, même en raccommodant une chaussette, on peut découvrir un univers, et non pas que j’ai quitté l’univers pour raccommoder une chaussette.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", page 292

[ ironie ] [ désillusion ] [ croyance ] [ grandeur ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

automatismes

Au cours du même mois, la Massaia réorganisa toute sa vie autour des tâches ménagères et sociales : emplettes absurdes, admonestations, conversations ineptes, lectures sans intérêt et idées fixes, idées fixes, idées fixes. Maintenant qu’elle avait licencié bon nombre de domestiques et qu’elle devait se charger elle-même de certaines besognes, il lui arrivait souvent d’être taraudée par des pensées du genre "demain, je reçois dix notables pour un tournoi d’échec", ou bien "trente célébrités pour une partie de colin-maillard dans le parc" ou bien encore "les enfants de l’orphelinat pour une tasse de café au lait ".

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", pages 281-282

[ aliénation ] [ condition féminine ] [ superficiel ] [ routine ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

condition féminine

Quand je suis au travail, je n’arrête pas de penser à mon appartement et, une fois rentrée chez moi, j’oublie jusqu’à l’existence de mon bureau. Alors comme ça, ma nature, ma fonction, ma vérité, serait d’être une ménagère ? J’ai l’impression de vivre un cauchemar. Toutes ces questions que se pose l’humanité depuis des millénaires, les plus futiles et les plus négligées, sont devenues inextricables.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", page 179

[ piège ] [ fatalité ] [ ironie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

hommes-femmes

Vous croyez qu’en agissant ainsi vous aidez leurs épouses, leurs filles et leurs sœurs ? Elles sont toutes destinées à être louées, encensées en public et rabaissées dans le privé. Les allégez-vous du poids de leur vie quotidienne ? Soulagez-vous leur esprit épuisé par la monotonie de leurs tâches triviales et par l’obligation de mettre au pas leur corps qui galopait, leur cœur qui avait appris à voler et leur âme qui s’amusait à des cabrioles ? Or plus l’homme agit au gré de ses caprices, plus il est considéré, plus il nous écrase, plus il semble généreux. Et puis il court à sa perte, plus il conquiert. Les femmes, en revanche, doivent composer avec un corps qui porte depuis toujours inscrit en lui des échéances, des prescriptions et toutes sortes de mesures de précaution. En vous faisant payer, vous croyez vraiment les défendre ? Vous ne faites que renforcer les barreaux de leur cage ; vous leur assignez une valeur marchande et les réduisez à une réalité purement tangible et contrôlable.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", page 152

[ femme-par-femme ] [ ménagère ] [ inégalité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

couple

Elle ferma la fenêtre et, puisque c’était déjà l’heure de s’entretenir avec son mari, elle discuta avec lui pendant au moins soixante minutes, afin qu’il pût lui demander si elle avait fait ceci ou cela : « Oui ». Avait-elle acheté telle ou telle chose ? « Bien sûr. » Est-ce qu’elle avait réglé le problème de Monsieur X ? » Naturellement. » Et celui de Madame Y ? « Aussi. » Ne faudrait-il pas licencier P. ? « Si tu le dis. » Et Z., ne devrait-on pas le renvoyer lui aussi ? « Tu as raison. » Est-ce qu’elle l’aimait ? « Quelle question ! » Elle aussi d’ailleurs était une femme parfaite. « Tu es trop gentil ! » Et ainsi de suite, jusqu’à ce que la pendule sonne onze coups. Alors son mari se leva, lui posa une main sur l’épaule, l’autre sur la joue, et la regarda tendrement ; puis il la serra contre sa poitrine, tout en couvrant son crâne, en plein sur la raie au milieu, de petits baisers. La Massaia ferma les yeux, en attendant qu’il finisse. On ne peut pas dire qu’elle s’ennuyait ni que cela l’embêtait, elle attendait, c’est tout, déjà à demi alanguie dans une sorte de sommeil vertical dont désormais elle avait pris l’habitude.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", page 120

[ routine ] [ dissimulation ] [ quotidien ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

famille

Le soir, lorsque son papa rentre à la maison et qu’il s’aperçoit que la maman est en train de crier dans la cuisine, il rouspète : « Quand je t’ai épousée, tu n’étais pas comme ça. » La maman devient blanche, bat des cils : le papa est très vilain. A dîner, il y a la soupe de légumes que les enfants détestent : « J’aime pas ça », dit le petit garçon. La maman remplit une cuillère de potage et l’avance vers l’enfant : il pince les lèvres et secoue la tête, il tache la nappe ; son papa le réprimande, mais la maman pose la main sur la tête de son fils, pour le défendre contre ce père qui gronde ; elle demande qu’on emporte la soupe, qu’on n’en parle plus, qu’on serve plutôt un bifteck pour son enfant, un peu de morue pour elle et pour son mari, agrémentée de beaucoup de pommes de terre pour le papa. Après quelques bouchées, le mari éloigne le plat, repousse le pain, sa serviette tombe par terre et, tandis qu’il boit, il murmure : « Ma mère faisait cuire la morue dans du lait. » Sa femme voit qu’il lorgne le bifteck de son fils : « Ma parole, il serait capable d’arracher la nourriture de la bouche de son fils », se dit-elle en lui lançant un regard méprisant. Elle aussi a envie de viande, elle aussi déteste la morue, mais avec ce qu’il gagne ! – comme il ne cesse de le lui répéter chaque fois qu’elle veut acheter une rose pour la placer dans un vase au milieu de la table ou deux bonbons pour le petit. Cependant, elle fait un effort ; elle coupe la moitié du bifteck dans l’assiette de son fils et, d’un ton tout à fait naturel, elle lance : « Donnes-en un peu à papa. » L’enfant ne bronche pas, son père rougit, la mère recoupe la viande très lentement au même endroit où elle l’a déjà coupée et, finalement, l’homme dit ce que tous s’attendaient qu’ils disent : « Non, non, il en a plus besoin que moi. » Ce mari et cette femme s’aiment vraiment, et ils aiment vraiment leur enfant, c’est pour cela qu’ils se sont si souvent du mal : ils se mortifient, et ils s’imaginent qu’ils doivent faire des sacrifices, ils ont une fausse idée de l’amour et ne font qu’aggraver la situation.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", pages 98-99

[ sentiments ] [ repas ] [ description ] [ tensions ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

identification

Elle était sensible aux tortures que l’on inflige à la matière pour lui donner forme : découpage, rabotage, polissage ; elle pensait au sciage du marbre, et elle lui souriait avec une tendresse maternelle ; elle songeait au calvaire du métal trempé dans le feu, et elle le soulageait de son jeune souffle ; à la composition satanique du verre, et elle s’efforçait de l’assouplir par la chaleur de ses mains. Elle savait désormais ce que signifiait être déchiré, souillé, révélé à soi-même : la douleur au fondement de la création. Dorénavant, elle respecterait toujours les objets et les êtres humains, tous autant qu’ils étaient, car tous ont subi ou subiront ce martyre.

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", page 85

[ souffrance ] [ transformation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

mère-fille

- Ô maman, fais-moi plaisir pour une fois, essaie de crier "maman", à ton tour. Essaie et explique-moi ce que tu ressens.
- Ta grand-mère est morte depuis longtemps. Si je disais "maman", maintenant, je serai folle.
- Mais "maman", tel que je le ressens, peu importante que tu sois vivante ou morte pour prononcer le mot ; c’est une réalité en soi, inaltérable, qui cherche en vain à se libérer, et qui fait mal, si mal. Explique-moi. C’est le supplice de toute chose prisonnière de toute chose ; c’est le supplice du monde dans le ciel, du ciel dans l’univers… c’est comme vouloir s’enfuir et réussir à se sauver mais demeurer piégé dans un tourbillon, qui n’avance ni ne retourne en arrière. C’est horrible, maman, quand je t’appelle ainsi. Est-ce que c’est comme ça quand on naît ? En fait, c’est comme quand on est sur le point de naître et que, tout à coup, on ne sait plus : on se tient là, immobile, de peur de s’accomplir, de se détruire ; mais que l’on avance ou que l’on recule, au seuil de la vie, on se sent pris dans un étau, tout à la fois convié à venir au monde et réabsorbé par le néant : voilà ce que veut dire le mot "maman".

Auteur: Masino Paola

Info: Dans "La Massaia", pages 40-41

[ définition ] [ naissance ] [ incommunicabilité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson