Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 74
Temps de recherche: 0.0506s

quête

Il semble paradoxal de dire que les hommes sont plus utiles les uns aux autres quand ils suivent chacun leur propre chemin. Mais il en va ainsi lorsqu’il s’agit d’hommes de raison. Un égoïsme éclairé mène à l’entraide. Nous avons tous en commun cette capacité à raisonner, et le vrai paradis sur terre adviendra le jour où notre engagement à comprendre la Nature, ou Dieu, remplacera toutes les autres attaches, qu’elles soient religieuses, culturelles ou nationales.

Auteur: Spinoza Baruch

Info:

[ unificatrice ] [ rassembleuse ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

subjectivité

La connaissance du bon et du mauvais n’est rien d’autre qu’un sentiment de joie ou de tristesse, en tant que nous en sommes conscients.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: L'éthique

[ relativité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

acceptation

Il n’a pas encore réussi à comprendre que sa liberté ne consiste pas dans le caprice mais que nous sommes le plus libres lorsque nous acquiesçons aux choses que nous avons perçues clairement et distinctement, même s’il est impossible de ne pas y acquiescer quand on les a perçues de cette façon.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: Correspondance

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

envie

D’ailleurs, entre l’Appétit et le Désir, il n’y a aucune différence, sinon que le désir se rapporte généralement aux hommes en tant qu’ils sont conscients de leur appétit, et c’est pourquoi il peut être ainsi défini : le Désir est l’appétit accompagné de la conscience de lui-même.
Il est donc établi par tout ce qui précède que nous ne faisons effort vers aucune chose, que nous ne la voulons pas et ne tendons pas vers elle par appétit ou désir, parce que nous jugeons qu’elle est bonne ; c’est l’inverse : nous jugeons qu’une chose est bonne, parce que nous faisons effort vers elle, que nous la voulons et tendons vers elle par appétit ou désir.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: L'éthique

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

être humain

Ce qui constitue, en premier lieu, l’être actuel de l’Esprit humain n’est rien d’autre que l’idée d’une chose singulière existant en acte.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: L'éthique

[ séparé du reste ] [ isolé ] [ dissocié ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

être humain

Enfin, de cette nature de l’homme et de l’inconstance de son jugement, de ce que l’homme juge souvent des choses d’après son seul sentiment, et que les choses qu’il croit faire pour éprouver de la joie ou de la tristesse – et c’est pourquoi […] il s’efforce de les faire se produire ou de les écarter- ne sont souvent qu’imaginaires (pour ne rien dire d’ailleurs des autres causes d’incertitude que nous avons montrées dans la seconde partie) : à partir de toutes ces raisons, nous concevons facilement que l’homme peut souvent être l’auteur tant de sa tristesse que de sa joie, autrement dit qu’il est affecté tant d’une tristesse que d’une joie qu’accompagne l’idée de lui-même comme cause.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: L'éthique

[ instable ] [ faussement rationnel ] [ émotif ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

conflit philosophique

Toutes ces absurdités seraient encore tolérables si vous adoriez un Dieu infini et éternel et non pas celui que Châtillon, dans la ville appelée Tienen en flamand, a donné impunément à manger à ses chevaux. Et c’est moi que vous plaignez, malheureux ! Et c’est ma philosophie que vous n’avez jamais vue de près que vous traitez de chimères ? Jeune égaré, qui donc a pu vous fasciner au point de vous faire croire que vous avez avalé l’Etre suprême et éternel, et que vous le possédez dans vos entrailles ?

Auteur: Spinoza Baruch

Info: Réponse à Albert Burgh lui annonçant sa conversion au catholicisme et le rejet du spinozisme.

[ sortir de ses gonds ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

illusion théologique

Il en résulte, en second lieu, que les hommes agissent toujours en vue d’une fin, savoir, leur utilité propre, objet naturel de leur désir ; et de là vient que pour toutes les actions possibles ils ne demandent jamais à en connaître que les causes finales, et dès qu’ils les connaissent, ils restent en repos, n’ayant plus dans l’esprit aucun motif d’incertitude …
Or, les hommes venant à rencontrer hors d’eux et en eux-mêmes un grand nombre de moyens qui leur sont d’un grand secours pour se procurer les choses utiles, par exemple les yeux pour voir, les dents pour mâcher, les végétaux et les animaux pour se nourrir, le soleil pour s’éclairer, la mer pour nourrir les poissons, etc., ils ne considèrent plus tous les êtres de la nature que comme des moyens à leur usage ; et sachant bien d’ailleurs qu’ils ont rencontré, mais non préparé ces moyens, c’est pour eux une raison de croire qu’il existe un autre être qui les a disposés en leur faveur.
Du moment, en effet, qu’ils ont considéré les choses comme des moyens, ils n’ont pu croire qu’elles se fussent faites elles-mêmes, mais ils ont dû conclure qu’il y a un maître ou plusieurs maîtres de la nature, doués de liberté, comme l’homme, qui ont pris soin de toutes choses en faveur de l’humanité et ont tout fait pour son usage. Et c’est ainsi que n’ayant rien pu apprendre sur le caractère de ces puissances, ils en ont jugé par leur propre caractère ; d’où ils ont été amenés à croire que si les dieux règlent tout pour l’usage des hommes, c’est afin de se les attacher et d’en recevoir les plus grands honneurs ; et chacun dès lors a inventé, suivant son caractère, des moyens divers d’honorer Dieu, afin d’obtenir que Dieu l’aimât d’un amour de prédilection, et fît servir la nature entière à la satisfaction de ses aveugles désirs et de sa cupidité insatiable. Voilà donc comment ce préjugé s’est tourné en superstition et a jeté dans les âmes de profondes racines, et c’est ce qui a produit cette tendance universelle à concevoir des causes finales et à les rechercher. Mais tous ces efforts pour montrer que la nature ne fait rien en vain, c’est-à-dire rien d’inutile aux hommes, n’ont abouti qu’à un résultat, c’est de montrer que la nature et les dieux et les hommes sont privés de raison.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: Éthique, appendice de la première partie

[ anthropocentrisme ] [ animisme moderne ] [ interprétation du monde ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

humilité

Si ce célèbre Ancien qui riait de tout vivait de notre temps, il mourrait de rire, sans doute. Pour ma part, ces troubles ne m'incitent ni au rire, ni, non plus, aux larmes ; ils m'engagent plutôt à philosopher et à mieux observer ce qu'est la nature humaine. Car je n'estime pas avoir le droit de me moquer de la nature, et bien moins encore de m'en plaindre, quand je pense que les hommes, comme les autres êtres, ne sont qu'une partie de la nature, et que j'ignore comment chacune de ces parties s'accorde (conveniat) avec le tout et lui est conforme, comment, par ailleurs, chaque partie se rattache aux autres ; ce n'est que par ce défaut de connaissance que certains êtres de la nature, dont je n'avais qu'une perception incomplète et mutilée, et qui n'étaient guère ainsi conformes à un esprit philosophe, m'ont paru jadis vains, désordonnés et absurdes. Mais, maintenant, je laisse à chacun la liberté de vivre selon son naturel (ingenio) ; ceux qui le veulent, certes, peuvent mourir pour leur bien, pourvu qu'il me soit permis à moi de vivre pour la vérité.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: Lettre XXX à Henri Oldenbourg

[ voie ] [ nécessité ] [ tempérament ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

monade

L'effort par lequel toute chose tend à persévérer dans son être n'est rien de plus que l'essence actuelle de cette chose.

Auteur: Spinoza Baruch

Info: Éthique III, Proposition VII

[ conatus ] [ définition ] [ foi ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel