Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 114
Temps de recherche: 0.1552s

responsabilité

On est le cavalier de sa destinée ou c'est votre destinée qui vous choisit comme cavalier.

Auteur: Nisbet Jim

Info: Injection mortelle

[ chiasme ] [ existence ] [ assumer ]

Commenter

Commentaires: 0

souffrance

L’amour on n’le fait pas, l’amour on le subit.

Auteur: Nekfeu

Info:

[ punchline ] [ prendre sur soi ] [ assumer ]

Commenter

Commentaires: 0

question

Si le rôle qui m’était dévolu fut juste de féconder son imagination, car c’était à lui de donner vie, étais-je prêt à assumer de sa part une naissance monstrueuse qu’elle que fut la beauté artistique ?

Auteur: Kathémo Victor

Info: Le descendant africain d'Arthur Rimbaud, p. 26

[ rapports humains ] [ inspirateur ]

Commenter

Commentaires: 0

assumer

Gémir, pleurer, prier est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le Sort a voulu t'appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler.

Auteur: Vigny Alfred de

Info: Fin de : La mort du loup

[ existence ] [ vivre ] [ prendre sur soi ]

Commenter

Commentaires: 0

rapports humains

Dans le monde, il y avait ceux qui donnaient des soucis aux autres et ceux qui se faisaient du souci. Irabu appartenait à la première catégorie et lui (Yoshio) à la seconde. C'étaient parce que les angoissés allaient jusqu'à assumer les soucis que n'avaient pas ceux qui en donnaient aux autres que le monde vivait en paix.

Auteur: Hideo Okuda

Info: Les remèdes du docteur Irabu

[ angoisse ] [ paresse ] [ insouciance ]

Commenter

Commentaires: 0

monologue intérieur

On n'est pas obligés d'y aller, dit-elle, si tu n'en as pas envie. John Mercer se regarda dans le miroir, sans répondre. Il vit sa femme avancer les mains pour lui nouer sa cravate. Elle s'occupait de lui, comme toujours. Il leva un peu le menton, pour qu'elle puisse faire le noeud. Elle commença par le laisser flottant, avant de le serrer doucement.
- Les gens comprendraient.
Si seulement c'était vrai ! Ils auraient peut-être l'air indulgents, mais, au fond d'eux-mêmes, ils ne pourraient s'empêcher de penser qu'il s'était dérobé à son devoir. Il imaginait déjà ce que l'on raconterait à la cafétéria. On évoquerait son absence, on dirait qu'il devait être sous le choc, puis peu à peu on lâcherait que, en dépit de ce qu'il devait ressentir, il aurait dû assister à l'enterrement. Serrer les dents et assumer ses responsabilités. C'était la moindre des choses. Et ils auraient raison. Il serait impardonnable de ne pas y aller. Seulement, il ne savait pas du tout comment il allait faire pour tenir le coup.
Eileen glissa la pointe de sa cravate entre les boutons de sa chemise. Elle la lissa bien.
- On n'est pas obligés d'y aller, John.
- Tu ne comprends pas.
À la lumière du matin, l'air de la chambre semblait bleu acier. Dans le miroir, il avait la peau blanche et flasque, le visage presque éteint. Quant à son corps, bon, elle devait encore tendre un peu les bras pour en faire le tour, mais il n'avait pas l'impression d'être aussi robuste que dans le temps. Les choses qu'il portait semblaient plus lourdes. Il se fatiguait trop vite. Là, bras ballants, il dégageait une impression de vide et de tristesse. Il avait vieilli. Depuis peu.
- Je comprends que tu ne sois pas dans ton assiette, lui dit-elle.
- Ça va aller.

Auteur: Mosby Steve

Info: Un Sur Deux

[ couple ] [ dialogue ]

Commenter

Commentaires: 0

introspection

Chaque personne doit, à un certain niveau, se prendre comme point de référence pour la normalité, et assumer que l'espace de son propre esprit n'est pas, ne peut pas, lui être entièrement opaque. C'est peut-être ce que nous entendons par santé mentale: que, quelles que soient nos excentricités auto-admises, nous ne sommes pas les méchants de nos propres histoires. En fait, c'est bien le contraire: nous jouons, et jouons seulement, le héros, et dans le tourbillon des histoires des autres, dans la mesure où ces histoires ne nous concernent pas du tout, nous ne sommes jamais moins qu'héroïques. Qui, à l'époque de la télévision, ne s'est pas tenu devant un miroir et a imaginé sa vie comme un spectacle peut-être déjà observé par les multitudes? Qui n'a pas, avec cette idée à l'esprit, apporté quelque chose de performant dans sa vie quotidienne? Nous avons la capacité de faire le bien et le mal, et le plus souvent nous choisissons le bien. Quand nous ne le faisons pas, ni nous ni notre auditoire imaginaire ne sont troublés, parce que nous sommes capables de nous articuler à nous-mêmes, et parce que nous avons par nos autres décisions, mérité leur sympathie. Ils sont prêts à croire le meilleur de nous, et pas sans raison.

Auteur: Teju Cole

Info: Open city

[ équilibre ] [ refuge ] [ moi ] [ ego ]

Commenter

Commentaires: 0

erreur

Dans l'interprétation d'une oeuvre musicale il y a un point où s'arrête la précision, et où commence l'imprécision de la véritable création.

Auteur: Jelinek Elfriede

Info: La Pianiste

[ improvisation ] [ récupération ] [ assumer ]

Commenter

Commentaires: 0

vengeance

Il m'y attend, affolé de ma disparition, lamentable. Il veut s'excuser, tout effacer, m'embrasser. Mais c'est fini. Je ne l'aime plus. Est-ce que je l'ai vraiment aimé lui, ou l'image que je m'étais faite de lui ? C'est quoi la fidélité? C'est quoi la confiance? J'ai à peine dix-sept ans. Il y a longtemps que je l'aime, lui. J'ai commencé tôt. Je veux assumer la défaite, le poignard dans le coeur, mais je ne veux pas en rester là. Puisqu'il veut jouer les victimes, tenter de se faire pardonner une soi-disant folie de passage, je vais attendre patiemment de lui faire goûter, à lui aussi, le poison de la trahison. Je ne vais pas le quitter tout de suite, je veux qu'il prenne le même poignard dans le coeur.

Auteur: Laborit Emmanuelle

Info: Le cri de la mouette

[ pensée-de-femme ]

Commenter

Commentaires: 0

engrenage

Et dire que je ne désirais même pas un bébé ! pensait-il tout en creusant le sol. N'est-ce pas le plus extraordinaire de toute l'affaire ? Pas plus qu'elle je ne désirais un bébé... Mais n'était-il pas vrai que dans sa vie, depuis ce moment-là, tout s'était déroulé sous la forme d'une suite de choses qu'il ne désirait nullement faire ? Il avait pris un emploi désespérément ennuyeux pour prouver qu'il pouvait assumer des responsabilités autant que n'importe quel chargé de famille ; il s'était installé dans un appartement coquet mais cher pour prouver qu'il croyait enfin dans les principes fondamentaux de l'ordre et de l'hygiène ; il avait eu un deuxième enfant pour prouver que le premier n'avait pas été une erreur ; il avait acheté une maison à la campagne parce que c'était l'étape suivante normale et qu'il avait voulu prouver qu'il était capable de l'entreprendre. Prouver, prouver...

Auteur: Yates Richard

Info: La fenêtre panoramique

[ couple ] [ destin ]

Commenter

Commentaires: 0